ページの画像
PDF

avoir ung cuer, ung courage et une pensée, jurèrent et solennellement promirent vraie fraternité et compaignie d'armes et société ensemble par espéciales convenances sur ce faictes. Lesquelles choses d'elles mesmes doivent emporter telle et si grande loyaulté et amour mutuelle telle comme scevent tous nobles. Et de rechef, pour plus grande confirmacion de ladicte fraternité et société d'armes, portèrent les armes et coliers l'un de l'autre, comme il est tout notoire. « Secondement, par les manières dudit traistre quant au regard dudit homicide commis : car lui, feignant avoir bonne et loiale amour avecques vostredit frère par ce que dit est dessus, il conversoit souvent avecques lui, et par espécial en une maladie qu'il eut ung peu devant ledit homicide commis en sa personne, il l'ala veoir et visiter, tant à l'ostel de Beauté sur Marne * comme à Paris, et lui monstroit tous signes d'amour que frères, cousins et amis povoient faire et devoient monstrer, jà soit ce que jà avoit traicté et ordonné sa mort et jà avoit mandé les homicides, et estoit la maison louée à eulx esconser et musser*, qui moult clèrement appreuve et démonstre que c'est moult cruelle trahison. Et qui plus est, le jour devant l'acomplissement dudit homicide, vostredit frère et lui, après le conseil tenu par vous à Saint-Pol en vostre présence et les seigneurs de vostre sang qui

1. Maison de plaisance bâtie par Charles V, qui y mourut. Agnès Sorel, à qui elle fut donnée par Charles VII, en a pris son nom de Dame de Beauté. On trouve quelques détails sur ce château dans la Revue archéologique (XI° année, p. 455).

2. Termes synonymes, cacher. Le vieux mot esconce, signifie une lanterne; qui cache la lumière.

là estoient et plusieurs autres, prindrent le vin et mengèrent et burent ensemble, et vostredit frère le pria et invita au disner avecques lui le dimenche ensuivant, laquelle chose il lui octroya, jà soit ce qu'il lui gardast telle faulse pensée de le faire ainsi si honteusement et villainement murdrir; laquelle chose est trop abhominable et horrible à le oyr seulement réciter. Et lendemain, non obstant toutes choses promises et devant dictes, il, comme obstiné en son desloial propos et en mectant son conseil et corrompu vouloir à exécucion, il le fist tuer plus cruellement et plus inhumainement qu'onques ne fut veu homme de quelqu'estat qu'il feust par ses murdriers affectez et locatifz, comme dit est, et lesquelz jà par longtemps l'avoient espié et agaictié. Car ilz lui coppèrent une main, laquelle fut trouvée lendemain en la boe, et après lui coppèrent le bras au dessus du coubte tellement qu'il ne tenoit qu'à la pel. En oultre lui effondrèrent et acraventèrent la teste , tellement que la cervelle en chey presque toute ou ruissel et en la boe. Ouquel ruissel ilz le navrèrent et trainèrent jusques à ce qu'ilz le virent tout roide mort. Qui est et seroit une grande pitié, douleur et horreur à le oyr réciter d'un plus bas homme et du plus petit estat du monde. Et onques sang de vostre noble maison de France ne fut tant cruellement ne tant honteusement espandu, dont vous, ne tous ceulx de vostre sang, de vos subjectz et bien vueillans ne devez telle lamentable desplaisance estre demourée sans punicion et réparacion quelconques, comme ce fait cy est jusques à présent, qui est la plus grande vergongne et chose plus honteuse qui onques advint ne peust advenir de si noble maison, et encores plus seroit se la chose demouroit longuement en tel estat. Tiercement, par faulses feintes et dampnables manières par ledit traistre tenues et eues après l'acomplissement de l'orrible et détestable homicide. Car il vint au corps avecques les autres seigneurs de vostre sang, et se vesti de noir, et fut à son enterrement, soy feignant de pleurer et gémir et avoir desplaisance de sa mort, cuidant par ce couvrir et céler la grande mauvaistié de son péchié. « Plusieurs autres feintes et très dampnables manières tint, qui seroient à vous et aux autres seigneurs de ce royaume trop longues à racompter. Et en ce feint propos demoura jusques à ce qu'il congnut et perceut que son péchié venoit à clarté et lumière. Et jà par diligence de justice estoit congneu et descouvert, et adonc au roy de Cécile, et à son oncle le duc de Berry confessa en appert, avoir commis et perpétré, au moins avoir fait commectre et perpétrer ledit homicide, et dist que le dyable l'avoit tempté et surprins qui ainsi lui avoit fait faire, sans autre cause ou raison quelconques assigner; et aussi c'est vérité. Lequel , non content d'avoir une foiz iniquement et dampnablement tué son cousin germain, vostre seul frère, comme dit est, mais en persévérant en son desloial et pervers courage, de rechef l'a fait occire et tuer et dampner et tout entièrement sa fame et renommée, par faulses mençonges et accusacions trouvées, comme par la grace de Dieu il est à vous et à tous le monde notoirement sceu. « A l'occasion duquel faulx et traistre homicide , nostretrès redoubtée dame et mère, à laquelle Dieu soit miséricors, fut tant désolée et desconfortée que dame ne créature quelconque povoit estre, pour la miséracion pitéable de son seigneur et mary, et mesmement que par manière si dampnable lui fust osté et plus tost qu'elle n'eust voulu.Après laquelle aventure elle se tira vers vous et, je Jehan", en sa compaignie, comme à son roy et seigneur souverain et comme à son singulier recours et refuge, suppliant le plus humblement qu'elle peut et sceut, que de vostre bénigne grace vous la voulsissiez, et nous aussi ses enfans, en compassion et miséracion dudit homicide regarder, et lui faire administrer raison et justice telle, si grande et si prompte comme au cas appartenoit et appartient, considéré l'omicide de lui, et comme vous estiez et estes obligié et contraint, tant par ce que c'est le droit de quelconques roy de administrer justice, et de cela est vraye debteur à ses subgetz, laquelle, de son office, sans requeste de partie, il doit administrer à ung chascun, tant au povre comme au riche. Et plust tost et promptement se doit exciter contre le riche et puissant, que contre le povre et diseteux, car il est nécessaire. Et aussi, à proprement parler, justice exerce sa vraye opéracion et lors se doit appeller vertu. Et à ce et pour ce principalement et directement furent les roys ordonnez et establis, et fut force, puissance et seigneurie mise en leurs mains à les exerciter puissamment et vertueusement, et mesmement quant les cas se y offrent et requièrent, ainsi que fait le cas présent. Et aussi que la chose vous touche grandement en vostre chef et en vostre nom, comme chascun scet. Car son mary et nostre trèsredoubté seigneur et père, ainsi mauvaisement occis, estoit vostre seul frère germain. Laquelle justice vous lui avez deuement octroiée estre faicte et administrée, et sur ce lui assignastes jour dedens lequel vous lui deviez faire. Pour laquelle obtenir, continuellement elle eut ses gens devers vous afin qu'ilz le vous accordassent, ramenteussent et sollicitassent. Laquelle justice jusques au jour préfix et encores longtemps après, elle a actendu. Et pour ce, quelque diligence qu'elle ait fait ou fait faire, pour les empeschemens qui y ont esté mis par ledit traistre et ses serviteurs et officiers estans entour vous, comme par cy-devant a esté dit, elle n'en a peu riens obtenir. Combien trèsredoubté et souverain seigneur, que je sçay bien pour certain que vous avez tous jours eu et encores avez grande et bonne voulenté de l'administrer, nostre trèsredoubtée dame et mère devers vous retournée en propre personne, et moy Charles en sa compaignie, en poursuivant la requeste et en requérant instamment que vous lui administrissiez justice, et devant nostre trèsredoubté seigneur monseigneur d'Acquitaine vostre ainsné filz, et quant à ce vostre lieutenant tant par raison comme par certaine commission et puissance par vous sur ce donnée, madame la Royne et lui, et chascun d'eulx à par lui, fist faire certaine proposicion contenant au long et diffusement la manière dudit homicide et les causes pour lesquelles il fut fait et perpétré, et aussi contenant les responses et la justification par faulses mauvaises et desloiales accusacions devant mises par ledit traistre et homicide, en certaine proposicion par lui faicte devant mon trèsredoubté seigneur monseigneur d'Acquitaine, pour torcionnèrement et par force

1. Jean, comte d'Angoulême.

« 前へ次へ »