ページの画像
PDF

sons où il a mis comme l'on dit plus de trente mille frans. Et aussi Charlot Poupart, argentier, et maistre Guillaume Budé, maistre des garnisons, ont acheté grans rentes et possessions et ont acquis grosses et larges substances, lesquelles choses ilz ne pourroient faire des salaires de leurs offices. Item. Aussi il y a défaulte en vostre escuierie, qui est office de très grant recepte, et y sont faictes plusieurs grandes despenses qui peu tournent à vostre honneur et prouffit. Item. Et quant est aux salaires des serviteurs de vostre hostel, ilz sont très mauvaisement contentez en la Chambre des Deniers, ne les serviteurs ne pevent avoir leur loier, pour quoy ilz ont grant povreté et souffrete et ne pevent estre entour vous si honnestement qu'il appartient. Non obstant qu'il y en a aucuns qui ont port", lesquelz sont très bien paiez desdiz sa laires. Item. Et quant à la réparacion de vosdiz fours et moulins et de voz chasteaulx, tout va à ruyne on temps présent,jà soit ce que ou temps passé il y eut une grande somme et espéciallement ou temps du roy Phelippe, du roy Jehan et du roy Charles, ouquel temps estoit le royaume bien gouverné autrement que maintenant. Item. Et quant au fait des finances, il fault dire neccessairement que le gouvernement de présent a eu cours depuis trente ans en çà, et paravant a esté dévoré par plusieurs officiers qui n'ont point eu regard au bien de vous ne de vostre royaume, mais seulement à leur singulier prouffit. Et à déclairer les officiers de vostredit royaume esquelz il y a grant excès, vostre fille devantdicte et vosdiz subgetz vous exposent les choses qui s'ensuivent : Premièrement. Vous avez très grant et excessif nombre de trésoriers qui tousjours ont esté puis le temps dessusdit; et par la grant pratique qui est oudit office, plusieurs hommes se sont efforcez de y entrer et tant qu'il n'est guères année qu'ilz ne soient muez, remuez ou déposez à la requeste des autres qui ont eu la voix en vostre royaume. Et Dieu scel pourquoy ilz y entrent si voulontiers, sinon pour les grans lopins et larrecins qu'ilz font et tirent esdiz offices. Car se ung trésorier n'amende de vous de quatre ou six mille frans, ce ne leur semble rien, en un an seulement. Et jà soit ce que on temps passé n'en y eust que deux, toutesfoiz y en a il maintenant quatre ou cinq, pour la pratique qu'ilz y trouvent, Et a esté telle fois qu'il y en avoit six ou sept. Et ainsi appert plus clèrement que le jour, que vous avez dommage chascun an ondit office, de seize à vingt mille frans, pour le particulier défault desdiz trésoriers. Et quant est après de finances dudit trésor, ilz n'ont eu regard à paier les choses neccessaires, ne tenir les seremens qu'ilz font à l'entrer desdiz offices, mais ilz ont entendu à paier les grans et excessifs dons à ceulx qui les ont soustenus par plusieurs voyes. Lesquelz se lièvent, tant sur le fait des coffres, comme sur le fait de l'espargne dessusnommé. Et quant est aux autres officiers, c'estassavoir au gouvernement des finances et au clerc, il est assavoir que toutes lesdictes finances sont passées par leurs mains, tant qu'ilz en ont acquis innumérables et haultes possessions comme il appert. Et sont les conseillers pour le présent Andrieu Giffart, Burel de Dampmartin, Renier de Bouligny, Jehan Guerin et le gouverneur Nicole Bonnet, qui fut clerc de Jehan Chauf son prédécesseur, et le clerc maistre Gui Brocher, qui sont inutiles et coulpables du mauvais régime devant dit, excepté Jehan Guerin qui est nouvel et ne s'est point encores mesfait. Et espécialement en est coulpable Audry Giffart, lequel jà soit ce qu'il eust gasté tout ce que son père lui avoit acquis, néantmoins par la procuracion du prévost de Paris, duquel il est cousin à cause de sa femme, il a esté fait trésorier. Dont il a esté tellement rempli de deniers, qu'il est maintenant plain de rubis et de dyamans, de safirs et autres pierres précieuses, vestemens et chevaulx, et tient ung excessif estat rempli de vaisselle, c'estassavoir de plats, d'escuèles et de pots d'argent, de tasses et de hanaps. Item. Et jà soit ce qu'il ne soit point neccessaire d'avoir trésorier sur le fait de la justice dudit trésor, mais y soit de coustume tenir ung clerc conseiller, toutesfoiz il y a quatre conseillers, qui emportent grans finances on préjudice de vostre trésor. Quant est au régime des aides, il y a officiers ordonnez qui se appellent généraulx, par l'ordonnance desquelz se passe toute l'ordonnance des aides ordonnez pour la guerre, qui montent à douze cens mille frans. Et s'il est ainsi que lesdiz trésoriers se soient mauvaisement gouvernez et font encores, encores se gouvernent pis lesdiz généraulx. Car premièrement ilz sont mis ondit office par force d'amis à qui les généraulx font dons excessifz à vostre préjudice. Item, et les prouffiz que lesdiz généraulx prennent quantilz entrent esdiz offices, montans à chascun d'eulx à deux ou trois mille frans par an. Et se ung général est deux ans ondit office, il acquestera neuf ou dix mille frans et autres grans sommes, par dons couvers, dont aucunes foiz les dons sont levez on nom des seigneurs sans leur sceu. Et les particularitez des défaulx seront trouvez et extrais, qui furent fais par la réformation derrenièrement faicte. Item. Et après ledit office est venu ung autre office qu'on nomme l'Espargne, mal nommé. Laquelle tient Anthoine des Essars. A cause duquel office on liève desdictes aides la somme de cent et vingt mille frans ou environ, jà soit ce que ladicte finance feust gardée et mise en l'Espargne soubz deux clefz, dont vous devez porter l'une pour secourre à vostre neccesité et à vostre royaume. Néantmoins ceulx qui l'ont en vostre gouvernement l'ont tellement dissipé qu'il n'en y a croix ", et ne scet-on qu'il en soit mieulx à homme du monde, si non à aucuns qui l'ont soustrait de vostre main par le consentement de ceulx qui ont trouvé ledit office , dont ilz mainent excessifz estas en vostre préjudice. Item, et avec ce ledit Anthoine a en garde voz livres et vos joyaulz, et dit-on que en ce y a un povre gouvernement, en ce qui est de jour en jour achaté pour vostre corps, et ce par la coulpe dudit Anthoine. Item. Et après cest office est venu ung autre office qu'on appelle La garde des coffres, lequel office tient Marice de Ruilly, pour lequel il reçoit chascun jour pour l'ordinaire dix escus d'or en monnoie, qui se doit bailler et donner en vostre main pour en faire ce que bon vous en semble. Mais il n'y a croix.Car il l'a distribué à son plaisir. Et soubz umbre de cest office sont dissipées plusieurs grans sommes de monnoye, desquelles on parlera en temps et en lieu. Item. Est à démonstrer comment vous, la royne et le duc d'Acquitaine estes mengez et desrobez. C'estassavoir que quant vous avez à faire de promptes finances pour cause de vostre guerre ou pour vos autres grans besongnes, il fault aler à certaines personnes marchans d'argent, qui par usures et rapines illicites trouvent finances de monnoye, moiennant ce qu'ilz ont engaige de vostre vaisselle et de voz joyaulx d'or et d'argent, à grans et clères pertes, et tant, que ce qui ne vault que dix mille frans vous compte quinze ou seize mille. Et tant faut-il que vous perdez par chascun an en telles usures qui se font par les changes feins. Et par ceste manière peut-on juger clèrement qu'il y a aucuns de voz serviteurs et officiers qui sont participans et acompaignez desdiz frais et usures illicites. Et par ainsi n'avez vous jamais croix, et sont lesdiz offices et receptes povres et obligez et tempestez. Et pareillement sont gouvernez les autres officiers de vostre lignée sans en nul excepter. Item. Il est assavoir comment subtillement et malicieusement les généraulx officiers, eulx entremetans de vos receptes, vous gouvernent. Car puisque ung receveur vous aura presté par dessus la recepte cinq ou six mille escuz ou autre somme, ilz sont desmis de leurs offices afin qu'ilz s'en puissent rembourser sur leur recepte, et en son lieu met-on ung autre receveur

1. Qui ont du crédit, qui savent s'arranger. » C] g

1. Qu'il n'en reste pas une pièce. De la croix qui se gravait sur les monnaies.

« 前へ次へ »