ページの画像
PDF

Item, en ce mesme moys", Ysabel, ainsnée fille du roy de France , jadis royne d'Angleterre et pour lors femme de Charles duc d'Orléans, gisant d'une fille, trespassa de celle gésine. Pour la mort de laquelle , ledit duc, son mary, eut au cuer très grant douleur ; et depuis reprint consolacion pour l'amour de sadicte fille, qui demoura en vie".

Et en ce temps, le patriarche d'Alixandre, évesque de Carcassonne , succéda, après Guy de Roye dont dessus est faicte mencion, à l'arceveschié de Reims et à l'arceveschié de Bourges. Et en ces propres jours mourut maistre Pierre Paoul", évesque de Senlis, ou lieu duquel fut mis maistre Pierre d'Estaine , aumosnier du Roy. Et Loys de Harecourt, frère du conte de Harcourt, fut confermé arcevesque de Rouen.

[graphic]

CHAPITRE LVI.

Comment messire Bouciquault, mareschal de France et gouverneur de la cité de Gennes, fut débouté de ladicte ville par les citoiens d'icelle, tandis qu'il estoit alé au mandement du duc de Milan.

Item, en cest an, Bouciquault, mareschal de France, qui estoit le gouverneur de Gennes de par le Roy* et

1. D'après ce qui précède ce serait le mois d'août. Cela n'est pas exact, Isabelle mourut le 13 septembre 1409. 2. Elle s'appelait Jeanne et fut la première femme de Jean II, duc d'Alençon. Elle mourut, sans enfants, le 19 mai 1432. 3. Simon de Cramaud. 4. Pierre Plaoul.Voy. plus haut, p. 23. 5. Ses lettres de nomination sont du 23 mars 1400. Elles portent que le roi, à la prière de ses oncles, les ducs de Berri, de Bourgogne et de Bourbon, et de son frère le duc d'Orléans, a

là se tenoit, fut révoqué et requis de par le duc de Milan et le conte de Pavie, son frère, pour aider à appaiser une question qui estoit promeue entre eulx ès parties de leurs dominacions". A laquelle évocacion il ala, en cuidant faire agréable service au duc de Milan, luy soy non doubtant d'aucun mal engin. Mais durant son voyage, ceulx de la cité de Gennes se mirent du tout en rebellion contre leurdit gouverneur, et mandèrent à estre avec eulx aucuns estrangers, aliez et complices. Et de fait, occirent cruellement le seigneur de Chellecte*, chevalier, seigneur de Collectre, natif du pays d'Auvergne, lequel estoit lieutenant du mareschal dessusdit. Après laquelle mort, les autres François qui estoient par ladicte ville, pour doubte de la mort s'en fouyrent ès chasteaulx d'icelle, esquelz par ceulx de Gennes ilz furent prestement asségez. Et mandèrent, lesdiz Génevois, en leur aide le marquis de Ferrare* avec grant puissance de gens d'armes. Lequel y vint, à tout quatre mille combatans, pour ce qu'ilz lui promirent à paier pour ses gaiges chascun an , dix mille ducas; et le firent sans délay duc de Gennes. Avec lequel furent faiz et constituez douze conseillers, selon la coustume du pays, pour gouverner la chose publique. Et briefz jours après, Fachinquant", capitaine moult renommé en Ytalie, moult amy audit marquis, vint sans délay, à tout ses gens, audit lieu de Gennes, sur l'intencion d'estre en aide audit marquis. Mais lesdiz Génevois ne le vouldrent recevoir, et fut par eulx refusé. Et en s'en retournant, ses gens, qui estoient bien huit mille combatans, prindrent une belle ville nommée Neufville", où il avoit François qui se tenoient ou chastel, et tantost furent asségez soudainement. Mais ledit Bouciquault , acompaigné de ses gens et des gens desdiz frères, le duc de Milan et le conte de Pavie, après ce qu'il eut oy les nouvelles de la rebellion desdiz Genevois, vint hastivement ou chastel de Gaaing*, assis entre Gennes et ladicte ville de Neufville, et se combatit avecques ses gens contre ledit Fachinquant. En laquelle bataille furent occis bien huit cens hommes, dont la plus grant partie estoient audit Fachinquant; et, enfin, pour la nuit qui survint, l'une partie et l'autre laissèrent la bataille. Et Bouciquault, par le conseil de Enguerran de Bournonville qui estoit avecques lui, et de Gadifer de la Sale, tous deux hommes d'armes pleins de proesse, retourna en celle mesme nuit audit chastel

choisi. - « Personam dilecti et fidelis nostri Johannis Le Meingre, « dicti Bouciquaut, marescalli Francie, viri utique generosa stirpe « progeniti, in armis strenui, moribus instructi et ornati, consilii « que pollentis, specialem gubernatorem civitatis Janue. » 1. Un fameux chef de condottieri, que le Religieux de SaintDenis appelle Fascinus Canis, Facino Cane, s'était emparé d'une partie de la Lombardie. En se rendant au secours du duc de Milan, Bouciquaut avait pris les villes de Tortone et de Plaisance. (Voy. Chr. de Ch. VI, t. IV, p. 255 et suiv.) 2. Le Religieux de Saint-Denis l'appelle Dominus de Choleton (ibid., p.260), et dit qu'il fut tué par un nommé Jean Turlet. 3. Nicolas III, marquis de Montferrat.

1. Facino Cane, comme on vient de le voir. Le Religieux de Saint-Denis ne parle pas de ce refus des Génois de recevoir le condottière. Au reste ce partisan était tellement redouté qu'on l'appelait le fléau de la Lombardie, et l'ennemi de Dieu et des hommes.

2. Noefville, dans Supp. fr. 93, Borgo Novo ?

3. Gaing, dans Suppl. fr. 93, Gani ?

de Gaaing, lequel il garny et pourveu très grossement de vivres et autres choses neccessaires à guerre. Et le dessusdit Fachinquant demoura dedens la ville. Mais dedens briefz jours ensuivans, lui voiant qu'il ne povoit avoir ledit chastel, se départi, à tout ses gens, et retourna en ses fortresses. Et le mareschal Bouciquault commença à mener forte guerre aux Génevois, et eulx à lui. Et avec ce envoia ses messages devers le roy de France pour lui signifier les besongnes dessusdictes , en lui requérant qu'il lui voulsist envoier aide de gens d'armes. Lequel Roy et son grant conseil, quant il sceut les nouvelles, considérant la muableté et desloyaulté des Génevois, disposa à procéder meurement contre iceulx. Et depuis, y envoya à ses despens, les seigneur de Torcy, de Rambures et de La Vielzville, à tout certain nombre de gens d'armes, jusques à la cité d'Astinence" appartenant au duc d'Orléans, prouchaine du territoire de Gennes, en espérance de bailler secours à icellui Bouciquault. Mais quant ilz furent venus jusques là , ilz sceurent véritablement que tout - le pays estoit tourné en rebellion, réservé aucunes fortresses que tenoient encores lesdiz François dehors de ladicte ville de Gennes; lesquelz ne povoient point faire grans dommages, pour ce qu'ilz n'y povoient tenir grant nombre de gens, pour les vivres, qu'ilz avoient à danger. Et par ainsi lesdiz chevaliers, aians considéracion l'un avec l'autre, et qu'ilz ne povoient faire chose de grant valeur, s'en retournèrent en France. Et adonc, furent quis dedens Paris et ailleurs, tous les marchans et autres gens dudit pays de Gennes, et ce qui en fut trouvé, furent mis prisonniers, et leurs biens arrestez et mis soubz la main du Roy. Si avoient iceulx Génevois esté par longtemps en l'obéissance du roy de France, et l'avoient servy en plusieurs guerres assez diligemment.

1. Monstrelet se sert ici du mot latin. C'est Ast, ou Asti.

CHAPITRE - LVII.

Comment les seigneurs du sang royal vouldrent réformer ceulx qui avoient gouverné les finances du Roy. Et de la mort de Montagu, grant-maistre d'ostel.

En ces propres jours, les seigneurs du sang royal estans à Paris, c'estassavoir le roy Loys de Cécile, les ducs de Berry, de Bourgongne et de Bourbon, avec plusieurs autres grans seigneurs, sachans et eulx bien informez que le roy Charles de France estoit tout apovry de ses finances par ses officiers et gouverneurs, et mesment que sa vaisselle et la plus grant partie de ses joyaulx estoient tous engagez, exposèrent à un certain jour à la personne du Roy, l'estat et gouvernement meschant et povre qui estoit en son hostel et en ses officiers, présens la Royne, le duc d'Acquitaine et autres du grant conseil, requérans qu'il feust content que aucuns d'eulx peussent avoir puissance de réformer tous ceulx généralment qui depuis le commencement de son règne avoient eu le gouvernement de ses dictes finances et de ses offices, sans nulz excepter, et qu'ilz peussent iceulx destituer, corriger, punir et condemner selon le cas qu'ilz auroient mesfait. Laquelle requeste leur fut par le Roy accordée ". Et pour y

1. Le Religieux de Saint-Denis met au mois d'octobre cette

« 前へ次へ »