ページの画像
PDF

Meneurs de hacquets et brouettes ,
Marqueurs, enfants de la Raquette,
Porte-chaires , passeurs de Bac,
Vendeurs de pipes et tabac,
Cureurs de puits et de gadoue ,
Charetiers qui mènent la boue .
Mareschaux , Forgerons , Selliers,
Partout ëépandent par milliers.
Aux Halles les Fripiers äarmèrent;
Et les Bourgeois se cantonèrent,
Au près aussi bien comme au loin,
Sur le Quay, sur le port au Foin.
Chacun son compagnon réclame ,
Fourbit son mousquet et sa lame
Et iurant sans cesse morbieu

Prend Phallebarde ou quelque épieu.

Cette martiale iournée

Par la nuit ne fut terminée.

On vit de moment en moment,
Sans sçauoir pourquoy ni comment,
Aux portes et par la fenestre,
Peter fortement le salpestre.

Et ces gens, à n’en mentir point,
Estoient braues au dernier point.
Le lendemain la belle Aurore

Les trouua tous armez encore;

Et comme ils n’auoient pas dormy,
Remplis de vin plus qu’à demy,
De ce vin leur âme eschauffée

Se promettoit quelque trophée.

Le Chancelier, à ce matin,
Conduit par son mauuais destin ,
Portoit à la Cour Souueraine
Vu ordre envoyé par la Reyne.

On luy crie : u Demeure là. »

[ocr errors][ocr errors]

Luy, surpris de ce Quy va là ,
Qui est vn terme de milice

Peu cognu des gens de Iustice ,
Les ayant appelez mutins ,

Gagna le Qnay des Augustins.
Le peuple s’émeut dans la rue,
Le suit, le clabaude, le hue.
Son carrosse fendit le vent.

La troupe le va poursuiuant;

Et d’vne ardeur fière et mutine ,
Inuestit l’Hostel de Luyne ,
Rompt la porte de la maison.
L’vn en sa main tient vn tison,
Vn chenet , vne lichefrite ,

Le conuercle d’vne marmite.

Ils iurent tous qu’il en mourra,
Que iamais sceau n’appliquera.
Luy, réduit à cet accessoire,

Et qui, pour auoir leu l’Histoire ,
Sçait fort bien comme d’autrefois ,
Sous le règne des anciens Boys,
Vn chancelier fut mis en broche
Par le noble écorcheur Caboche,
Assisté de quelques mutins,
Vulgairement des Maillotins,
Crnt sa dernière heure venue.

A deux genoux, la teste nue,
Dans ce péril rude et pressant,

Il inuoquoit le Tout Puissant;

Et fit, comme on peut bien le craire,
A l’Éuesque de Meaux, son frère,
De ses péchez confession ,
Auecque protestation

Que si du danger il eschappe,
Iamais plus on ne l’y attrappe;

[ocr errors]

De ces angoisses oppressé,

Aussi passé qu’vn trépassé.

Les Gardes viennent à la file.

D’abord la canaille fait gile.

Et suruint à cet accident

Le Mareschal surintendant ‘,

Tousiours fier comme son espée,

Au sang des ennemis trempée,

Dont il occit vn Crocheteur

Qui n’estoit là que spectateur,

Excitant sur luy mainte pierre

Qui pensa le ietter à terre.

Et d’Ortis arriuant soudain

Prit le Chancelier par la main,

Que la Cronique médisante

Dit qu’il auoit froide et tremblante.

Ce grand Ministre de PEstat,

Eschappé de cet attentat,

Alla chercher sa seureté

Au Palais de sa Majesté.

La suite de cet heur extrême

Pour les siens ne fut pas de mesme.

Auprès de luy l’Exempt Picot

A la mort paya son escot.

Sa triste et funeste auenture,

Sans qu’il soit besoin qu’on en iure,

Fait voir que pour ne pas mourir,

Il n’est rien tel que de courir

Et qu’en de semblables affaires

Les iambes sont fort salutaires 1.
Laissons ce ministre dispos

Au Palais Royal en repos.

Faisons vn tour parmy les rues.

‘ Le maréchal de La Meilleraye. ’ Ces quatre vers rappellent le premier quatrain de Pépigramme bien

Partout les chaisnes sont tendues;
Des caues on sort des tonneaux;
On amène des tombereaux ,

Des chariots et des charrettes;
On appreste les escoupettes;

Et nos Bourgeois fort résolus,
Vieux soldats tout frais esmoulus,
Sont attachez aux Barricades,
Connue forçats à leurs rancades.
Carmeline , l’opérateur ‘ ,

Vestu d’vn colet de senteur,
Chausses de Damas à ramage,
La grosse fraize à double estage ,
Bas d’attache, le brodequin

De vache noire ou maroquin,

Le sabre pendant sur la hanche,
Et sur le tout Ïescharpe blanche,
Tenant en main bec de corbin,
Monté sur vn cheual Aubin ,
Gardoit avec six cens et onze

Le poste du Chenal de Bronze;
Et fit assez diligemment

Vn bizarre retranchement.

De cette belle architecture

A peu près voici la peinture :

De l’vn iusqu’à l’autre pilier

On mit de dents vn ratelier.

connue que Passerat a écrite contre le duc d’Aumale dans la Satire Mé

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

Sur les dents on mit des machoires,
Des brayers, des Suppositoires,

Des pellicans, des bistoris,
Des boetes de poudre d’I.ris,

Des chalits, des portes, des cruches,
Des coquemars , des œufs d’Autruches,
Quelques saloirs remplis de lard;

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

A Steuin comme au sieur des Cartes,
A Blaeu qui descrit tant de cartes,

A Mercator, à Oudinet,
Au géographe Bertinet ,
Avec compas mathématiques ,

’ Il a donné son nom a une des rues de Paris,

’ La digue de la Rochelle.

« 前へ次へ »