ページの画像
PDF

Puisque mon cher prince est ici,
Adieu, chagrin; adieu, tristesse.

Mon nauire est en seureté
Plus que iamais dessus la Seine.
Quoiquïm m’ait tant persécuté ,
Mon nauire est en seureté.
Louis a tout vent arresté
Et m’a mis hors de toute peine.
Mon nauire est en seureté

Plus que iamais dessus la. Seine.

L’Archiduc n’a qu’à reuenir Pour nfendormir auec ses charmes. Ie Pai bien dans mon souuenir. L’Archiduc n’a qu‘à reuenir.

Paris méprise à l’aduenir

Autant ses douceurs que ses armes. L’Archiduc n’a qu’à reuenir

Pour m’endor1nir auec ses charmes.

le ne crains aucun danger Puisqlfà présent le Roy me garde. Du François ni de l’Estranger Ie ne crains plus aucun danger. Et si quelqu’vn veut mbutrager, N’ai ie pas bonne sauuegarde? Ie ne crains plus aucun danger Puisqu’à présent le Roy me garde.

[graphic][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

Peuple de Paris, courez de iour à autre au Palais. Faites qu’au plustost Messieurs du Parlement, i’entends ceux qui sont recognus pour véritables François, s’assemblent; qu’ils appellent des députez de chascun Parlement de France, gens de bien et bons compatriotes; que sans s’amuser à certains ordres soupçonnez qui, sous

' prétexte de police, eslouffent les meilleurs desseins, chas

cun quartier députe quelques habitans pour s’assembler en vne chambre du Palais et aduiser à ce qu’on voira bon estre ; et ainsi dans les autres communautez du Royaume qui auront leurs députez en celle-ci, gens recognus de nulle mauuaise intrigue et de probité.

Que toute la populace et pauures contraignent les bienfaisans qu’on recognoistra qui se sont donnez à Dieu et au secours du prochain, s’assembler en vne chambre du Palais pourpouruoir aux nécessitez d’vn chascun sur le bien qu’on désignera estre propre pour cet effet ; ce qui profitera aussi à l’aduenir, tant pour toutes sortes de personnes incommodées , que nommément pour les pauures soldats estropiez ou non et leurs familles qui auront seruy le roy et l’Estat.

’ Ce nom de François jeté dans le titre me porte à croire que le pamphlet est de François Davenne. On peut consulter sur ce fou célèbre l’article de lbtmbamzde de [a boum: paix générale, etc. [68], dans la Bibliographie des Mazarinades.

Et afin qu’on aye plus de facilité à faire cette iuste contrainte, voicy les adresses de quelques-vns :

Le feu sieur baron de Ranty, ne pouuant ayder, si ce n’est par ses prières, profitera beaucoup si on ‘va chez luy s’enquester de ceux qui estoient de sa pieuse intelligence, tant dans cette ville que dans les Prouinces, pour le soulagement des pauures principalement honteux. Sa maison est en la paroisse Saint Paul, rue Beautreillis, proche I’Arsenal ;

Monsieur I’Éuesque du Belley *;

Le sieur Regnard,'près les filles Saint Thomas, près le fauxbourg Montmartre;

Les sieurs de Chaumuel, le sieur abbé de Matha et autres aux Incurables;

Le sieur abbé Normand’, près la porte Saint Michel ; ‘

le sieur de Couttayes, vers la Pitié, ioignant I’Image Saint Louys;

Les sieurs Curez de Saint Germain l’Auxerrois, Saint Merry, Saint Nicolas du Chardonnet et autres zélez pour les pauures, entre lesquels ie ne nomme point leur chef, Monsieur le Coadiuteur de Paris , qui estendra aussi bien ses soins sur les pauures que sur le reste du public.

Le sieur Camus, Fauxbourg Saint Iacques, aux Carmélites, et ceux que feront cognoistre les charitables et nullement bigottes habitudes, comme en ont de certains à la mode qui d’vn costé adorent le Veau d’or de la Cour et ses diaboliques maximes,,et de l’autre veulent couurir leur hypocrisie de quelqu’apparence de bien, ou pensent

' Jean-Pierre Camus, évêque de Belley. Il était alors retiré aux Incurables de Paris.

9 Maître de chambre du cæirdinal Mazarin. L’auteur de l’.Enfer bun

lesque, etc. [I2I6] nomme Pabbé Le Normand parle avec science de la Prouidencc.

s’absoudre de leurs‘ brigandages par quelques aumosnes d’vn bien qui ne leur appartient pas, et, en laschant cinq sols, croyent pouuoir en retenir douze mille....

Il ne faut se soucier des grands honneurs et moyens, seulement de la pureté (Tintention; et Dieu confond par la prière d’vn homme de bien et sa simplicitéles conseils des prudens du siècle; ce qui me fait nommer ensuite le bon Pauure ‘, le Coustellier ' rue de la Coustellerie à la Rose Blanche, le Mercier’ , Frère Michel vis à vis Saint Paul. Outre qu’entre ces personnages ci dessus désignez qui n’ont pas moins de'iugement et de qualité que de piété, il s’en trouuera que la charité fera agir en ce que le soupçon d’ambition leur feroit fuir.

Il faut demander pleine liberté d’escrire ou faire imprimer de bons aduis ou autres choses profitables au public, sauf à estre discutées ; et l’on verra en conséquence que l’Estat sera en asseurance; les incendies, lesvols, les sacriléges et autres crimes et desseins énormes seront supprimez; vn ordre certain empeschera la confusion que l’incertitude d’vn mal aussi certain, si on n’y pouruoit, qu’est la mort naturelle, fortifie; les honnestes bourgeois riches ne seront appauuris; les médiocres ne seront réduits auo néant ni les pauures au désespoir, comme les pernicieux conseils prétendent. N’est-ce pas

’ Lettre d’vn bon Pauure escrile à madame le Princesse douairière, etc, [l 851].

’ Jean Clément, coutelier. ll fut l’un des collaborateurs laïques de M. Ollier, curé de Sainvsulpice, et du célèbre controversiste, le P. Véron, dans Pœuvre de la conversion des protestants. Voir la Harangueprononce‘: auzpieds du mi et de la reine... par M. Clément, etc. [i608]. Un nommé Mittanour a publié , probablement en i650, P/Ipothebre ou le Ma’morial de la oie partout célèbre nliraculeuse du bienheureux maistre [eau Clément, etc. [136].

‘ Beaumais, compagnon de Clément.

[graphic]

vne chose estrange que des athéismes, des mensonges exécrables, des flatteries et autres telles dangereuses pratiques peuuent estre ouuertement imprimez et qu’on n’ose parler d’vn bon aduis, de dire qu’en bien faisant et publiant des choses chrestiennes et profitables au public, on appréhende les Ministres (le la Iustice qui, forcez par la vérité, auoient iustement condamné ce qu’ils ont par après indignement approuué, sauf l’honneur des bons, partie par vne pusillanimité honteuse , partie par vne correspondance criminelle deuant Dieu et deuant les hommes; leur iniuste a,cquiesccment ayant remis ou plustost entretenu dans ces monstres impitoyables la fureur et la rage pour l’exercer plus audacieusement.

[ocr errors][graphic]

Eddiezo et le désespoir des autheurs et escri

uains de la guerre ciuilc, en rvers burlesques
[t5].
(Après la paix de Saint Germain.)

Hélas! puisque la paix est faite,
Il nous faut sonner la retraite?
Nous ne pouuons plus dans Paris
Faire rouller auec grands cris
Les pièces que nostre génie
Inuentoit pour la compagnie

De messieurs les colleporteurs,
Aussi bien que nous grands menteurs. à’ ‘
Nos libelles estoyent en prose,
Qui n’estoit pas trop bien esclose;
Car les périodes carrez

Ne s’y trouuent pas mesurez.

[graphic]
« 前へ次へ »