ページの画像
PDF
ePub

tification. Toujours dévoré de l'amour de son pays; toujours guidé par la haine mortelle qu'il avait jurée à ses ennemis, il ne cessa, pendant quatre ans que nous restâmes en Turquie, d'y intriguer pour que la Porte déclarât la guerre à la Russie. En 1774, il reçut avec des transports de rage la nouvelle de la triple invasion* qui enlevait à la république le tiers de ses possessions. Ce fut au printems de 1776, que les Américains se décidèrent à soutenir par les armes leurs droits violés. Mon pays a perdu sa liberté, me dit Pulauski; ah! du moins combattons pour celle d'un peuple nouveau !

Nous passâmes en Espagne; nous nous embarquâmes sur un vaisseau qui fesait voile pour la Havane, d'où nous nous rendîmes à Philadelphie. Le congrès nous employa dans l'armée du général Washington. Pulauski, consumé d'un noir chagrin, exposait sa vie comme un homme à qui elle était devenue insupportable; on le trouvait toujours aux postes les plus dangereux: vers la fin de la quatrième campagne, il fut blessé à mes côtés. On l'emportait dans sa tente :-Je sens que ma fin s'approche, me dit-il ; il est donc vrai que je ne reverrai pas mon pays ! Cruelle bizarrerie de la destinée! Pulauski tombe martyr de la liberté américaine, et les Polonais sont esclaves!.....

Lovzinski, en quelque lieu que tu sois, que ta haine se réveille! Tu combattis si glorieusement pour la Pologne ! Que le souvenir de nos injures et de nos exploits échauffe ton courage! Que ton épée, tant de fois rougie du sang ennemi, se tourne encore contre les oppresseurs ! Qu'ils tremblent en se rappelant Pulauski !.... Ils nous ont ravi nos biens, ils ont assassiné ta femme, ils t'ont arraché ta fille, ils ont flétri mon nom ..... Les barbares ! ils se sont partagé nos provinces ! Lovzinski, voila ce qu'il ne faut jamais oublier. Quand nos persécuteurs ont été ceux de la patrie, la vengeance devient indispensable et sacrée. Tu dois aux Russes une haine éternelle, tu dois à ton pays la dernière

goutte Il dit : il expira.f La mort, en le frappant. m'enleva ma dernière consolation.

J'ai combattu pour les Etats-Unis jusqu'à l'heureuse paix qui vient d'assurer leur indépendance. M. de C***, qui a long-tems servi en Amérique, dans le corps que com

* Démembrement de la Pologne, fait par l'impératrice de Russie, l'empereur et le roi de Prusse.

+ Pulauski fut tué au siège de Savannah, en 1776.

de ton sang

mandait le marquis de La Fayette, M. de C*** m'a donné une lettre de recommandation pour le baron de Rosbelle. Celui-ci a pris à mon sort un intérêt si vif, que bientôt nous nous sommes liés d'une étroite amitié. Je n'ai quitté sa province que pour venir m'établir à Paris, où je savais qu'il ne tarderait pas à me suivre. Cependant mes sæurs ont rassemblé quelques faibles débris de ma fortune, jadis immense. Mes sæurs, instruites de mon arrivée ici, et du nom que j'y ai pris, m'écrivent que, dans quelques mois, elles viendront consoler par leur présence l'infortuné Lovzinski.

FIN.

TABLE DES MATIÈRES.

45

Abauzit

Abénaki
Alexandre
Alexandre et le Solitaire du mont Caucase
Alexandre et son médecin
Alibée
Alluvions (les) -
Avarice (l') des différeus âges

6

96
• 8

102
- 221

17

[ocr errors][merged small][merged small]

320

80

27

177

17

5
222
26

71

Ecuelle (1)

Education (l') d'un prince

Entrevue (l')

Envie (1)
Erreur (l')
Erruption d'un volcan -
Espérance (1)
Esprit (l') des différens états -
Exactitude (1)

Famille (la) indigente

Fantôme (le)
Fermeté de caractère
Fermière (la) philosophe
Fidélité (la) mal récompensée
Fonte (la) des neiges
Forgeron (le) Bazim
Fortune (la)

4

193

36
14
105

36

58
72
42

[blocks in formation]

Naturel (du)

201
Nouvelle (la) méthode

- 140
Nuit - (une) sur une montagne dans l'Affrique més :
ridionale

- 236

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
« 前へ次へ »