ページの画像
PDF
ePub

ÉCOLE HOLLANDAISE. 2000 REMBRANDT. occo GALERIE DE SANS-SOUCI.

ADOLFE, PRINCE DE GUELDRE,

MENAÇANT SON PÈRE.

En traitant un sujet de l'histoire moderne, Rembrandt sut le choisir conforme à ses goûts. La scène a peu d'étendue, puisqu'elle se passe en prison, et la lumière y est resserrée. Le peintre a pu, sans ridicule, ne faire voir que les têtes de ses personnages et leur donner des expressions pleines de vigueur.

Arnould d'Egmond, duc de Gueldre en 1423 , prince vertueux et plein de modération, eut le malheur d'avoir une méchante femme et un fils dénaturé. Philippe de Comines raconte que «comme Arnould se voulait aller coucher, son fils l'enlève, le mène cinq lieues à pied, sans chausses , par un temps très froid, et le met (au château de Baeren) au fond d'une tour où il n'arrive de clarté que par une bien petite lucarne.» Charles, duc de Bourgogne, chercha à faire un accom modement entre eux, mais le prince Adolfe s'y refusa, et eut l'indignité de répondre: «Il y a quarante-quatre ans qu'Arnould est duc, il est bien juste que je le sois à mon tour.»

Rembrandt a suivi exactement le rapport de l'historien Comines. Quant aux enfans que l'on voit dans le fond du tableau, et que l'auteur du Catalogue de Schmidt a pris pour de petits nègres, ils sont sans doute ceux du prince Adolfe, Charles, depuis duc de Gueldre, et Philippine, qui épousa René II , duc de Lorraine.

Ce tableau, très remarquable sous tous les rapports, porte le nom de Rembrandt et l'année 1665; il se trouve dans la galerie de Sans-Souci, et a été gravé par G. F. Schmidt en 1756, et par Berger en 1767. Haut., 5 pieds; larg., 4 pieds.

DUTCII SCHOOL. 00-0000-0000 REMBRANDT. 000000 POTSDAM GALLERY.

[ocr errors]

ADOLPHUS, PRINCE OF GUELDERLAND,

THREATENING HIS FATHER.

Rembrandt, in treating a subject from modern history, knew how to choose it suitable to his manner. The scene has little extent, since it takes place in a prison, and the light, in it, is scanty. The artist has been able to shew, without ridiculousness, the heads only of his personages, and to give them most forcible expressions.

Arnold of Egmont, duke of Guelderland in 1423, a virtuous and peaceable prince, had the misfortune to have a wicked wife, and an unnatural son. Philippe de Comines relates that, « As Arnold was going to bed, his son hurried him off, obliged him to walk, without his hose, five leagues, in very cold weather; and put him in the castle of Baeren, at the bottom of a tower where there was no light admitted, but by a very small grated window. » Charles, duke of Burgundy, endeavoured to bring about a reconciliation between them, but prince Adolphus refused, and was ungenerous enough to give for answer : « Arnold has been a duke forty four years; it is but right that, I, also, should be one, in my turn. »

Rembrandt has minutely followed the historian's account. As to the children, seen in the back-ground of the picture, and whom the author of Schmidt's catalogue has taken for young negroes, they, no doubt, are those of prince Adolphus; Charles, subsequently, duke of Guelderland, and Philippina, who married René II, duke of Lorraine.

This picture, which, in every respect, is very remarkable, bears the name of Rembrandt, and the date 1665: it is in the Potsdam Gallery, and was in 1756, engraved by G. F. Schmidt; and in 1767, by Berger. Height, 5 feel 3 inches; width, 4 feet 3 inches.

ÉCOLE FRANÇAISE. coooooro N. POUSSIN. coccoroo MUSÉE DE MADRID.

PAYSAGE.

HOMME PUISANT A UNE FONTAINE.

Dans ce paysage, comme dans celui que nous avons donné sous le n° 214, et dont il fait le pendant, on voit un homme et une femme assis près d'une fontaine, au bord d'une route, mais la composition n'en est pas moins très variée. Dans l'autre un voyageur se lavait les pieds, dans celui-ci un jeune homme vient puiser de l'eau; l'autre présentait un pays plat avec une route tortueuse, ici nous voyons une route droite conduisant à la ville, et dans le fond des montagnes assez élevées.

Ce paysage se voit au Musée de Madrid ; il est le dernier de deux suites également belles, gravées toutes deux par

Étienne Baudet, et de la même grandeur.

L'une, publiée en 1684, fut dédiée au prince de Condé. Elle se compose des numéros

191. FUNÉRAILLES DE PHocion.
202. CENDRES DE PAOCION.
214. REPOS DES VOYAGEURS.

352. HOMME PUISANT A UNE FONTAINE. L'autre, gravée en 1701, fut dédiée à Louis XIV. Elle est formée des numéros

208. SCÈNE D'EFFROI.
334. Orphée et EURYDICE.
340. POLYPHÊME ET GALATÉE.

358. Drogène. Les nos 334 et 358 font partie du Musée français; les nos 340 et 352 sont au Musée de Madrid; les autres sont dans divers cabinets particuliers. Larg., 6 pieds; haut., 4 pieds.

P2, 352.

FRENCH SCHOOL. 0000000000 N. POUSSIN. 00000000.. MADRID MUSEUM.

A LANDSCAPE,

A MAN DRAWING WATER AT A FOUNTAIN.

In this landscape, as in that which we have already given (n° 214), forming the companion to it, a man and a woman are seen seated, near a fountain, by the side of a road; but its composition is not the less varied. In the former a traveller is washing his feet, in the latter a youth is drawing water : the other presented a flat country with a winding road; here we see a strait road leading to the town, and in the back-ground, some rather high hills.

This landscape is in the Museum of Madrid : it is the last of two series, equally beautiful, both engraved by Stephen Baudet, and of the same size.

The first, published in 1684, was dedicated to the prince of Condé : it is composed of Nos

197. The FUNERAL OF PHOcioN.
202. THE ASHES OF PHOCION.
214. TRAVELLERS REPOSING.

352. A MAN DRAWING WATER AT A FOUNTAIN. The second, engraved in 1701, was dedicated to Lewis XIV. Il is formed of Nos

208. A SCENE OF TERROR.
334. ORPHEUS AND EURYDICE.
340. POLYPAEMUS AND GALATÆA.

358. DIOGENES. Nos 334 and 358 are in the French Museum; Nos 340 and 358 are in the Museum of Madrid; the others are in various collections. Width, 6 feet 4 inches; height, 4 feet 3 inches.

« 前へ次へ »