ページの画像
PDF

primé mon livre, et que je ne possède moi-même qu'imparfaitement. Pour suppléer à mon insuffisance j'ai eu encore une fois recours à l'inépuisable complaisance d'un ami qui a bien voulu me seconder dans la lecture de toutes les épreuves de ces trois volumes : la coopération de M. Parison à cette partie de mon travail est sans contredit la meilleure garantie que je puisse offrir au lecteur. Je ne terminerai pas cet avertissement sans dire un mot de la réimpression que les libraires de Bruxelles ont faite de la troisième édition du Manuel du Libraire, sous la date de 1821. En s'emparant ainsi demapropriété, ces messieurs ont uséd'un droit que je ne puis légalement leur contester hors de France ; mais en même temps ils ont fait une chose qui n'est loyale nulle part : c'est d'avoir mis en circulation une partie des exemplaires de leur contrefaçon avec des titres portant l'indication de Paris et mon adresse, et d'avoir donné ainsi à certains libraires anglais qui me sont bien connus, le moyen de les vendre pour l'édition originale. Or, comme je ne veux répondre que de mes propres fautes, je désavoue entièrement cette édition de Bruxelles, qui se distingue de la mienne au premier coup-d'œil, d'abord par les signatures qui sont placées de huit pages en huit pages, et en chiffres, au lieu d'être en lettres et de seize pages en seize pages seulement; ensuite par le nombre des pages de chacun des trois premiers volumes, qui est de 620, 610 et 638, au lieu de 616, 608 et 644. Cette différence provient de ce que dans l'édition contrefaite on a reporté à la fin de chaque volume les corrections et additions qui sont réunies à la fin du troisième dans l'édition de Paris.

ARTICLES SURVENUS DEPUIS L'IMPRESSION DE CE VOLUME.

Voir la page 5o3.

CANCIONERO, llamado Flor de enamorados, sacado de diuersos autores, agora nueuemente por muy H lindo orden y estilo copilado. Por Juan de Linares. Barcelona, en casa Sebastian de Cormellas al Cell, 16o8, pet.in-12. allongé, de 144 f. y compris la table et le feuillet de souscription.

Petit recueil rare qui nous paraît être le même que celui dont nous avons cité

[ocr errors][merged small]

une édition de 1645, dans le Manuel, I, Edition bien imprimée et ornée de 49

328. L'article devrait être placé au mot LINAREs.

ESCOBAR (Juan de). Romancero... (I, 487).

Aux éditions indiquées ajoutez celle de

jolies gravures en bois, non compris Ie frontispice. Il y en a des exemplaires en Gr. Pap. Au sujet des planches attribuées à Holbein , il faut consulter la page 182 du deuxième vol. de ces Recherches, et la note de l'article SIMoLACHRI, à la page 266 du troisième volume.

NOUVELLES RECHERCHES

BIBLIOGRAPHIQUES.

A

ABB

ABAELARDI (Petri) Dialogus inter Philosophum judaeum et christianum : ex cod. biblioth. caesar. vindob. nunc primum edidit F.-G. Rheinwald. Berolini, Enslin, 1831, in-8. de 144 pp. 3 fr. 5o c.

Morceau à réunir aux œuvres d'Abailard.

ABARCA de Bolea (Mart.). Voyez BoJARDo.

ABATE (Anthoine del). Voyez CoURoNE.

ABBANO (Petrus de). Tractatus de venenis a magistro Petro de Abbano editus. — Finitum Mantuae Anno Domini M. cccc. LxxIII, in-4. à 3o lig. par page , sans chiffr. récl. ni signat. #

Edition en caract. romains : vend. 33 fr. Andrv.

L'exemplaire décrit dans les AEdes althorp. II, p.4, n'a que 25 f.; mais celui de la Biblioth. magliab. a 82 pp. et contient de plus : Tractatus Arnaldi de Villanova de arte cognoscendi venena, et Tractatus de epidemia et peste domini Valasti de Tarenta. (Fossi , catalosus, I, p. 1.)

Une édition § traité de Venenis, Rome, par J. Phil. de Lignamine, 1475, in-4. de 5o f., est décrite par le même Fossi,

III, col. 2, et dans les AEdes althorp. II, P. 5.

ABBATTUTIS.Voy. BAsILE (G. B.) ToMe I.

ABD ABBOT (Henri). Antiquities of Ro

me, comprising twenty-four select views of its principal ruins ; and panoramatic § of the new city, from the designs taken on the † in 1818, by H. Abbot. Lonon, Baldwin, 182o, in-fol. Publié en 6 cah. à 1 liv. 1 s. chacun. ABBT (Thomas). Verdienste. Wien, Degen, 18o4, gr. in-4. Pap. vél. coûtait 45 fr., et gr. in-8. Pap. vel. 22 fr. Belle édition d'un excellent ouvrage dont nous possédons une traduction française par J.-B. Dubois, sous le titre de Traité du Mérite, Berlin, 178o, in-8. Les œuvres diverses (Vermischte Schriften) de Abbt ont été impr. à Berlin, 1771-81, en 6 vol. in-8. et réimpr. à Vienne, 18o4, en 4 vol. in-8. [1 # ABDALLAE Beidavaei historia sinensis, persice, e genuino ms. edita, latine quoque reddita ab Andr. Mullero; accedunt notae marginales, in quibus † explicantur, nunc una cum additamentis edita ab auctoris filio Quodvultdeo Abrahamo Mullero. Jenae, 1689, in-4. On trouve ordinaircment à la suite de cet opuscule différens petits écrits du traducteur, relatifs à l'histoire et à la littérature chinoise. Vend. 17 fr. Lan

A

lès, n° 422o. Ces divers opuscules ont été ensuite réunis sous le titre d'And. Mulleri opuscula nonnulla orientalia, Francofurti, 1695, in-4. S. Weston a traduit du persan en anglais la Chronique chinoise d'Abdalla, London, 182o, in-8. de 38 pp. ABDULKURREM (The mcmoirs of Khojeh )..... Calcutta, Mackar, 1788, in-8. L'article est mal placé dans le Manuel, I, 14, au mot : ADULKURREM. Quoique fort rare, ce livre n'a été vendu que 7 fr. 55 c. chez Langlès. AB DULLAH Shirazy. Ulfaz Udwiyeh, or the materia medica, in the arabic, persian, and hindevy languages ; compiled by Nouredden Mohammed Ab-dullah Shirazy, with an engiish translation by Fr. Gladwin. Calcutta, 1793, in-4. Catalogue Marsden. ABDUR-RAHIM Effendi. Fetawai Abdur-Rahim, etc., les Fetwahs d'Abdur-Rahim(en turc). Constantinople, Rebinlachir 1243 (nov. 1827), imprimé sous l'inspection d'Ibrahim Ssaïb, 2 vol. † Collcction de jugemens prononcés en Turquie à différentes époques, et recueillis par le mufti nommé dans le titre cidessus. Revue encrcl. 1829, août, pag. 424-25. ABEL. Symphonasymphona, sive undecim linguarum orientalium discors exhibita concordia, tamulicae videlicet, granthamicae, telugicae, samscrutamicae, marathicae, † bandicae, canaricae, hindostanicae, cuncanicae, guzaratizae et peguanicae non caracteristicae, quibus, ut explicativo-harmonica adjecta est latina. Editore Aoe (Iwaro Abel). Hauniae, 1782, in-8. Catalogue Marsden.

-ABEL (Clarke). Narrative of a jour

ney in the interior of China, and
a voyage to and from that country,
in 1816 and 1817, containing an

account of the most interesting transactions of lord Amhert's embassy to the court of Pekin. London, Longman, 1818, in-4. earles et fig. color. 3 liv. 1o s. Vend. 1oo fr. cuir de Russie Langlès ; 1 liv. 15 s. Drury. Pour un journal de la même ambassade, voy. dans le Manuel au mot ELLIs (H.). ABEN Amin. Voy. HITA (Perez de). ABENÇUFIAN. La vie du roy Almansor, écrite par le vertueux capitaine Aly Abençufian, viceroy et gouverneur des provinces de Deuque en Arabie (trad. de l'espagnol par Fr. d'Obeilh).Amsterdam, chez Daniel Elsevir, 1671 , pet. in-12. Ouvrage apocryphe, mais dont la présente édition est assez recherchée : 6 à 9 fr. Vend. 15 fr. mar. citr. Sensier ; 3o fr. mar. Motteley ; 66 fr. non rogné, Berard. ABOU'LDHAFAR.The Seven Seas: a dictionary and † of the ersian language by his majesty Abou'ldhafar Moëzz-eddin Haider, the king of Oude; in seven parts. Luknow, at his majesty's press, 1822, in-fol. Cet ouvrage, comme le titre l'indique, est divisé en sept parties, dont les six remières forment le dictionnaire , et † septième contient tout ce qui est relatif à la grammaire, à la rhétorique, à la prosodie et à l'art métrique des Persans. Il n'est destiné qu'aux personnes qui savent assez le persan pour entendre les explications données dans cette langue. M. Silvestre de Sacy (Journal des savans, déc. 1826), de qui nous empruntons ces détails, regardeles Sept Océans comme un ouvrage fort inférieur en mérite à plusieurs autres dictionnaires persans qu'il cite ; mais ce qui, selon notre savant orientaliste, distingue celui-ci des autres roductions de ce genre, c'est qu'il est e fruit des études et des laborieuses recherches d'un prince souverain, d'origine indienne, et qu'il a été imprimé

dans le palais de ce prince et sous son inspection. Le royal auteur a fait présent à la Compagnie des Indes #§ certain nombre d'exemplaires de son ouvrage , pour être distribués aux savans de l'Inde et de l'Europe. ABREGE du procès fait aux Juifs de Metz, avec trois arrêts du Parlement qui les déclare convaincus de plusieurs crimes... Paris, Léonard, 167o, pet. in-12. de 96 pp. 0uvrage attribué à Amelot de la Houssoye, et que Rich. Simon a réfuté dans le prem. vol. de sa Bibliothèque critique. Un exempl. rel. en mar. r. et annoncé comme très rare , a été porté à 36fr. première vente Nodier, en 1827 ; mais ne s'est payé que 9 fr. à la seconde vente du même amateur. ABREGE de la vie de M. de Turenne, ou réflexions sur quelques affaires du temps. Ville-Franche , chez Charles de la Vérité (Hollande), lo75, pet. in-12. de 2 f. et 156 pp. 4 à 5 fr. Vend.jusqu'à 2o fr. Motteley ; et l'édit. de 168o, mar. r. rel. de Derome, 19 fr. Modier. ABU DSCHAFERIS Mohammed ben Dscherir ben Jesid taberistanensis annales, e codice ms. berolinensi edidit, ex arabico in lat. transtulit, adnotationibus auxit J. G. Kosegarten. Gryphiswaldia, Mauritius, 1829, gr. in-8. Tome premier, dont il y a des exempl. en Pap. vél. AbULCACIM. La verdadera hystonadelrey don Rodrigo, en la qual ouata la causa principal de la perdida de España y la côquista que della hizo Miramamolin Almancor rey que fue de Africa, y de las Arabias. Compuesta por el sabio Alcayde Abulcacim Tarif Abentarique, de nacion arabe, y natural de la Arabia Petrea. Nuevamente traduida de la lingua arabiga, por Miguel de Luna vezinio de Gra

nada. Impresso por Rene Rabut año 1592. (à la fin) : impresso en Granada en casa de Rene Rabut , ano de 1592 , pet. in-4. de 8 f. prél. texte 184 f. (mal cotés depuis 179, 1o8 à 1 12), plus 4 f. pour la table. [ 14738" ] —Segunda parte de la historia de la perdida de España, y vida del rey Jacob Almançor : en la qual el autor Tarif Abentarique prosigue la primera parte, dando particular uenta de todos los successos de España y Africa, y las Arabias , hasta el rey don Fruela , traduzida de lengua arabiga por Miguel de Luna. Granada , por Sebastian de Mena, 16oo (à la fin 1599), pet. in-4. de 8 f. prél. et 16o f. de texte. Belle édition , la plus ancienne que l'on connaisse de ces deux parties , dont la première a un avis au lecteur parJoan de Faria.On lit à la fin:Acabose de escriuir este libro..... en la ciudad de Bucara a tres dias del mes de Ramadan del año ciento y quarenta y dos de la Hixera (concuerda con el año d' 763 por el mes de Setiebre); ce qui est répété dans toutes les autres éditions. Cette histoire, dont la première partie a été écrite en 1589, est intéressante et a eu beaucoup de succès. Cependant on la regarde généralement comme un roman composé par Michel de Luna , et non point traduit de l'Arabe, ainsi que le portent et le titre et la souscription. C'est ce qu'a prouvé D.Liron dans une dissertation spéciale impr. en 17o8, in-12, La première édition est fort rare , mais l'ouvrage a été réimprimé à Saragosse en 16o3, à Valence en 16o6 et en 1646, à Madrid en 1653 et 1654, et aussi en 1675, 2 tom. en 1 vol. in-4, Ces différentes réimpressions se paient de 6 à 12 fr. dans les ventes. Celle de 16o6 a même été vend. 15 fr. chez Langlès : elle est cependant beaucoup moins belle que l'édition de Grenade ; et l'on en a retranché un sonnet de Dam. de Bacca

« 前へ次へ »