ページの画像
PDF

Au lieu de s’engager dans. un long et fatigant proces, elle prend le parti de se rendre recom— mandable ar les succès de son école, 46

Où en effet es exercices publics sont conduits d‘une façon aussi touchante que merwilleuse, 47.

Et entremêlés de conférences savantes d’une grande utilité. 48

Les succès éclatants de ces exercices et la paisible indépendance dont elle jouit la font reculer sur la verification de ses lettres. 9

Tentative du procureur du roi au Châtelet, pour l’entamer sur le point de cette indé endance, 50

Habilement faite sur les députés e la compa— gnie, 51

Et repoussée avec non moins d’habileté par l‘un d’eux, 52

Et laquelle se termine par une petite menace. 53.

Pour se prémunir contre, elle n’y sait que d’accroître de plus en plus l’honneur des études académiques. - 53

Dans cette vue, elle résout d’entretenir deux m0déles pour pouvoir oser des groupes, 54

Qu’en même tem s e le établit tour à tour ses portiers, en abo ' saut le syndicat. 54

De plus, elle entreprend d‘enseigner l‘anatomie, la géométrie et la perspective, et trouve dans chacune de ces sciences un maître habile qui veut bien se charger de ce soin gratuite—

ment, 55 Savoir par le sieur Quadroux ou Caderousse pour l’anatomie, 56 Aidé de plusieurs secours fournis par M. Le Brun; 56 - M . \_

M. Chauveau pour la géométrie, 57 Et M. Bosse our la perspective. mais qui veut en être rie par l’Academie. Elle y consent et fait la demarche. - 57 Elle pourvoit aussi a la décoration de l’intérieur de son logement, qu’un beau zèle de quelques uns de ses membres entreprend d’omer des portraits des protecteurs et bienfaiteurs. < 59_ Le ralentissement de ce zèle, qui survient bien

tôt, 60 Est relevé par un, engagement formel et à terme préfix. 60

L’Académie pourvoit encore à la décence dis— tinctive de l’état d’académicien, en y déclarant incompatible toute bouti ne, enseigne ou autre

A ressemblance avec ceux e la maîtrise, _61

Avec laquelle elle ne veut pas même être soup—

- çonnée de correspondre le plus indirecte

ment. 62 Fermentation dans l’Académie, occasionnée par la conduite de M. de Chamois, 62 Dans la tenue du registre des délibérations, dont la forme , prescrite par les statuts, 63 Est entièrement négligée et en quelque sorte détruite par ce chef. 63 La rupture entre la compagnie et lui paroît iné1 Vitable. 65

L’expédient de créer un secrétaire chargé de la tenue de ce registre , etc. , proposé par un écrit anonyme, 65

Calme et fixe tous les esprits. Une députation va

- retirer le registre des mains de M. de Char:

;. mois, avec beaucoup de politesse. 67

Après quoi la compa ie se crée un secrétaire, et défère cet emploi M.‘ Testelin l’aîné. 68 Autre cause d’embarras et bien plus considérable dans la difficulté de subvenir aux dépenses courantes et indispensables de l’école académique. 70 Nu autre fonds pour satisfaire à ces dépenses que le droit très cashel de 20 livres par récep— tion et un don assez léger des douze anciens et non réitéré. 70 Contribution de 10 s. par semaine imposée pour suppléer l’insuffisance de ce fonds sur chaque étu 'ant dessinant d’a rès le modèle , non aca— démicien ou non fils d‘académicîen. 71 . Le produit de cette contribution , trop faible en— core , le vide en est d’abord ré aré ar les aca

’ démiciens présents à la reddition es comptes , du mois. 72

Plusieurs s’étant absentés , la char c, n;gor— tant plus ne sur le petit nombre es me res assidus , necessite à former un fonds annuel par voie de cotisation. 73

Cette taxe , ayant rebuté et aliéné et fait quitter le gros des académiciens , est abolie de la mê— me.

La jeunesse suit leur exemple et déserte l’école, laquelle ne se soutient plus que par la libéralité de uelques anciens. 74

La ma1txise saisit ce contretemps , et, poussée ar M. Mignard, s’érige aussi une école pub ’

[ocr errors]

montra contre l’Académie. 75

Elles le portent à cet excès de se faire déclarer Prince de ce nouvel établissement, et d’y représenter sur ce pied—là. 7

Rien n’est oublié de sa part pour tâcher d‘élever l’école de Saint—Lue sur les ruines de celle de l’Académie. 77

Prix d’honneur qui y est pr0posé aux dé ens de M. Bonneau, procureur du roi au Châte et. 79

Mais M. Testelin l’aîné, élu ancien de l'Acadé— mie , entreprend d’enrelever l’école et en vient à bout. 79

Les leçons de perspective, qui avoient été inter— rom ues , se reprennent en même temps. * 81

Le eré 't de l’Académie ne erd rien par cette décadence passagère , et ’l’empone auprès des puissances supérieures sur celui de M. Mansard en faisant supprimer un privilège qu’il avoit surpris, très contraire aux graveurs. 81

P0ur mériter de lus en plus cette considération, elle redouble exactitude dans l’application des règles établies. Refus de recevoir un habile sculpteur absent. 82

La supériorité que cette considération donne à l’Académie sur la maîtrise , aulieu de conduire à la séparation plénière, produit un effet op—

osé, 83

Et la pluralité des académiciens se prête aux

insinuations acifiques de quelques honnêtes gens d’entre es martres. 84

Les jurés abusent de cette disposition de l‘Acadé— mie, et font des propositions absurdes, 85

Lesquelles, ayant été réformées, donnent lieu à

des conférences par députés. , . 86‘ Ces conférences , quoi ne vivement traversées par . les jurés, mettent la jonction en termes de pou- ' voir être acceptée de l’Académie. 87

[graphic]

Les 'urés rompent la négociation par un coup d’éclat, 88

Et l’Académie prend le parti de poursuivre sans délai les lettres de son établissement. 89

La cause de l’Académie, instruite et prés d’être

jugée , les jurés , par pure crainte , font de nou—

Ve les propositions d’accommodement. '89

L’Académie a la foiblesse d’y donner les mains. Nouvelles conférences et nouveaux articles pour former l’accord, signés de plus de 60 des principaux de la maîtrise. 90

Les jurés en éludent la ratification et le font man—

er. 91

Pour le renouer, l’on recourt à la voie de l’arbi— trage. 92

Et les parties, ar un compromis en forme, son— mettent tous leurs différends à M. Hervé, con—seiller au parlement. 93

Dé laisir de M. -Le Brun et de quelques autres des plus illustres académiciens de ce qui se passe à ce sujet, et sur quoi fondé. 93

Raisons qui, d’un autre côté, font agir les mem— bres académiques qui sont pourla jonction, 94

Et motifs cachés qui y portent les grands moteurs de la jurande. 96

Tour frauduleux des députés de la maîtrise jus— qu‘en la assation même du contrat, rendu inu— tile par . Testelini Le contrat est ensuite si— gné, ratifié, etc. ‘ 98

Les jurés y contreviennent dès le premier pas , et

11. 1 t

[graphic]
« 前へ次へ »