ページの画像
PDF

Il entame ensuite l’affaire des nouveaux règle— mens , c‘eàt—à—dire de la grande restauration , avec M. Colbert, 7

Qui le renvoiela discuter avec M. du Metz, son pre— mier commis, 5

Que M. Le Brun instruit à fond de toutce concerne l’Académie,_ 76

Et, de son avis, dresse avec M. Testelin un plan raisonné de la restauration désirée, à l’usage de

[ocr errors]

Mais l‘honorifique avec moins de ménagement. 79 Ce plan, bien examiné etbien discuté, est agréé dans toutes ses parties, à la réserve d’une seule. 80 Le sieur Bosse entreprend d’ériger une acadé— mie articulière, par opposition à l‘Académie roya e. - _ 80 Cet attroupement est dissipé tout d‘abord de l‘or— dre de M. le chancelier, par le ministère de l’exempt de ses gardes. 82 Ses auteurs, poussés en secret par Bosse, osent présenter une requête pour en soutenir les pré— tendus droits. 82 Cette requête communiquée à l’Académie, elle bannit de ses écoles et pour toujours les principaux instrumens de ce soulèvement. 84 Elle obtient en même temps un arrêt du conseil qui sévit contre cette entreprise en général et contre le sieur Bosse en particulier. 85 Cet arrêt eût peut—être été conçu plus convenable— ment, si M. Ratabon, par des motifs person—

[ocr errors]

Le roi accorde à l‘Aœdémie une pension de 4,000 livres, 87

Applicable et ré artie aux divers objets du ser—.

vice de cet é lissement. 87 L’état de cette répartition tient lieu de règlement à l’Aeadémie en 1663. 88

[ocr errors]

obtiennent leur grâce. 92 Maladie et mort de M, Ratahon 93 Et son portrait, 93

M. Le Brun, exerçant le directorat, s’appli ne avec beaucou, de sagesse à la rédaction es nouveaux règlémens.‘ . 94

Betranohemens sur les honoraires de quelques oflicier's, pour subvenir à d'autres besoins, con—e sentis de fort bonne grâce. 95

Démarches de M. Le Brun, pleines de générosité, pour se réconcilier M. Errard et le réacquérir a l’Aeadémie, 95

Laquelle recueille des fruits très avantageux de cette réconciliation, surtout pour l’affaire des nouveaux règlemens, 97

Sur laquelle , de l’avis de M. du Metz; l’on consulte un habile procureur en parlement, 98 Qui, par un conseil très judicieux, 99 Redressc et fixe la compagnie sur tout le plan de ce travail. 1 ou Autre démarche non moins généreuse de M. Le Brun, our acquérir à l’Acadèmie MM. Mi« gnard, ufresnoy, etc., 100 Mais qui frustrent son espérance, et, après s‘être engaaés, répondent à son honnêteté par un re-. fus tres incivfl, 102 Lequel donne occasion à l’arrêt du conseil qui veut que tout peintre ou sculpteur du roi soit membre de l’Académie , 103 Donné sur la requête de (le nom a été raflé), avec la grande approbation de M. Co ert, 105 Qui, par une attention particulière, le fait anti— dater. 1 06 Arrêt qui, indépendamment de cette occurrence , remplit les intentions du roi expliquées récem— ment, 4 06 Au ne] les brevetaires du roi les plus méritans o éissent. MM. Mignard et Dufi‘esnoy y résis— tent hautement, ‘ l 07 Et se rangent du côté des maîtres de la commu« muté, dont le premier s’établit le chef, 108 Et n‘oublie rien our déranger et faire tomber encore une fois école academi e. l 08 Pour la fonder d’une manière ine ranlable, l’A—. cadémie travaille à mettre la dernière main aux nouveaux règlemens, en quoi M. du Metz la sert puissamment. 1 i o Le tout, mis en état, est présenté à M. Colbert, discuté par ce ministre, par lui rapporté au roi et approuvé par S. M. 414 Requête au parlement et arrêt qui appoiute les

[graphic][graphic]
[ocr errors][merged small]

A l’instigation de M. Mignard, les jurés y for— ment opposition au greffe du dparlement, 1 12 Et, pour engager l’Académie ans un procès en bonne forme, lui tendent le piège 113 D’ouvrir une école ublique, avec l’exercice du modèle. Ils travai lent en même temps à y at— tirer tous les brevetaires non engages encore avec l’Académie, 1 1 4 Intimidant et prévenant pour cet efl‘et ceux de l’ordre le plus commun , qui formaient le grand nombre, 1 1 5 Ce qui porte l’Académie à tendre les bras à tous les brevetaires indistinctement, 1 15 Et à lever même toutes les difficultés qui les pourroient empêcher d’y joindre, 1 16 Prenant en même temps ses précautions pour que ces facilités ne tirassent pas à conséquence pour l’avenir. 1 1 8 La déchéance que produit cet assemblaœ de sujets mêlés est réparée en partie parola bonne discipline. 1 1 8 Les nouveaux statuts et lettres patentes confirmatives sont envoyées aux trois cours souve— rames, 1 1 g Auprès desquelles le secrétaire de l’Académie est charge de diriger les diverses procédures à

faire, etc. 120 En même temps on procède à la première élec— tion des oflicxers. 121

En sollicitant le procureur général, on le trouve fortement prévenu contre l’Académie par un factum très artificieux, mais qu’elle détruit vic— toneusement. 1 2 a

[graphic][graphic]
[ocr errors]

parties. 123 Bi et de recommandation de M. Colbert à M. le procureur général, 124

Et conclusions de ce magistrat pour l‘enregistrement pur et simple, et sans s‘arrêter à loppo—

sition des jurés, etc. 126 M. de Riantz, procureur du r01 au Châtelet, se pourvoit contre les nouveaux statuts 1 26

Par une remontrance adressée au parlement, 127 Mais dont il se désiste très obligeamment. 130 Soins à prendre auprès de MM. les juges de l’op— position , 131 Extrêmement révenus par les maîtres, etc., et en faveur e l’ancienneté de leur prétendue

possession , 1 3 1 Et surtout auprès de M. Tambonneau, rapporteur, 132 Et députation solemnelle pour solliciter le juge« ment définitif, 133 Laquelle se rend à Auteuil, où l’affaire est rap— portée de petits commissaires , 134 Et où elle est ouïe sur quelques difficultés res— tantes , 135 Et où, a rès une promesse de toujours bien comser i‘Acadénue, 1 36 E c a prend l’arrêté du bureau, qui ensuite for— ma arrêt , 13 Et qui i‘emplit la compagnie de la plus sensible joie , 137 Et d‘une vive reconnaissance envers M. Le Brun. 138

Les deux autres enregistremens avoient été con

« 前へ次へ »