ページの画像
PDF
[ocr errors]

L’indispensabilité de cette réunion confirmée par lettres patentes, avec une nouvelle révocation de tous bre— vets. ‘112

Vains efforts de M. Mignard pour détourner de cette réu— nion l’élite des brevetaires logés aux galeries du Louvre , '114

Et ensuite de l’ordre plus inférieur, ’15

Auxquels l'Académie tend les bras comme aux autres, '116

Et qu’elle reçoit tous. 11‘]

Bnavnrs du roi donnés en faveur de l‘Académie : Brevet du 28 décembre 1654; lui accorde un logementau collège royal , un fonds annuel de 1000 liv. pour l’entretien de l’école, l’exemption de toutes tutelles et curatelles et de tout guet et garde pour 30 académiciens désignés, ac— corde à chacun d’eux le committimus, et à la compagnie la faculté exclusive de tenir école publique et l’excep— tion de toutes lettres de maîtrise pour raison du joyeux avènement, sacre et mariage du roi. 166

Nota. Ce brevet registré au Parlement avec une modification sur l‘exemption des tutelles.

Brevet du 6 mai 1656 , permet au sieur Sarrazin de délaisser son logement de la galerie du Louvre au profit. de l’Académie , et rembourse pour elle ledit Sarrazin

> de 2,000 fr. de réparations a la charge de remploi. ’5

Brevet accordant à l’Académie le grand atelier auparavant occupé par le sieur Dubourg , tapissier haute—lis— sier. 'H

Nota. Ces trois brevets se trouvent tout au long dans un cahier imprimé susmentionné; ledit dernier y est, dans le titre, daté par erreur du 13 août 1657.

BnonuLsnle dans l‘Académie entre M. Le Brun et

M. Bourdon a l’occasion de Bosse. '23 Raccommodée facilement. ’94 Entre M. Le Brun et M. Errard, beaucoup plus considé

rable dans son principe et dans ses suites. '3I Celle—ci terminée d'une manière fort honorable pour le premier. '96 Bmsrsn, du corps de la maîtrise, admis aussitôt après la jonction au nombre des douze anciens de l’Académie. 103 Est déclaré déchu de la qualité d’académicieu , priviléges et droits y attachés, si mieux n’aime payer l‘amende

[graphic][graphic][graphic][graphic]

et faire les satisfactions qui seront réglées. 154 Persiste dans sa révolte jusqu’à sa mort. 155 C Canut turbulente et injuste qui de tout temps infecta le

corps de la maîtrise; idée de cette cabale. ’146

Fait guerre ouverte aux beaux arts pendant deux siè— cles. 8 Donne lieu, malgré elle , à l‘établissement de l’Acadé—

mie. 22 Traverse tant qu’elle peut cet établissement, 43, 74 Ainsi que la jonction, tant en projet qu’effectuée ,

86, 100 et 199 Et fait tous ses efforts pour empêcher la grande restauration. ’108, 112 et 199

menoussa, maître chirurgien, enseignant l‘anatomie aux élèves académiques. Voyez Quadroulx. — Nota. Le nom s’écrit de l’une et de l’autre façon dans ces mémoires et dans les registres de l’Académie. Celle-ci pour— rait bien être la véritable.

Cnanaaa des comptes.» Enregistre purement et simple— ment les statuts et lettres patentes de 1663, et même gratis. 139

Cninm_arvs (Philippe de). Nommé l’un des députés de l’Académie pour solliciter auprès du Parlement l’enre— gistrement des statuts et lettres patentes ci—des—

sus. "1 33

[graphic]

Cusncsum de France (Pierre Séguier). Instgne bienfai— teur de l'Académie. Voyez : Séguier.

CKANCELIEB de l’Académie. Origine de cette qualité dans une politesse de M. le chancelier (Séguier). 170

M. Le Brun, premier élu pour remplir cette dignité aca— Les provisions des académiciens sont expédiées en son nom, et il reçoit leur serment; réflexion sur ce. 41 Il assiste aux exercices académiques et les cultive régu

démique. 1 88 Il en quitte l’exercice par un mécontentement et remet les sceaux a M. Ratahon. ‘36 Est engagé par l'Académie a les reprendre. '69

Nota. Les fonctions et le rang de chancelier de l’Aca— démie sont réglés par les statuts de 1663, art. 16 et 17. (Imams V! (Le roi). Lettres de ce prince en faveur des arts, du 12 août 1399. 9 Camus Vil (Le roi). Lettres de ce prince, données a Chinon le 3 janvier 1430. 10 Connus 1X (Le roi). Lettres du mois de septembre 1563. 10 Cu.tanms (Martin de), chef de l‘Académie, premier et principal auteur de l’établissement de l‘Académie , mi— nute une requéte au roi pour obtenir cet établisse-— . ment. 24 S‘associe M. Le Brun, qui, de son côté , avoit formé le même projet. 25 Travaille avec lui a rallier tous les brevetaires du roi, mais surtout les véritables gens d‘art, 25 Et en forme une espèce d’assemblée générale, ou la re— quête est lue et expliquée, et où elle est approuvée et signée de tous. 2 Prend des mesures pour la réussite de cette requête au

conseil de régence, 28 Ou il la présente lui—même. 29 Abrégé de cette requête. 29 Rédige ensuite les premiers statuts, , 34 ou il se faitdonner la qualité de chef de l’Académie. 36 Il emprunte un appartement pour la loger. 36

lièrement. 47 Ses droits défendus en sa présence contre le procureur du roi au Châtelet. 52

ll néglige d’enregistrer les délibérations, du registre de la tenue desquelles il s’étoit chargé, et fait un usage abusif de ce soin, ce qui donne lieu à une grande fer— mentation dans la compagnie. 63

Elle se crée un secrétaire, auquel elle remet ses registres, après les avoir retirés avec politesse d’entre les mains de M. de Chamois. 68

Le ménagement qu’elle a pour lui n'empêche pas qu’il ne se refroidisse sur les intérêts de la compagnie. ' 71

Elle lui refuse de se relâcher sur un point de discipline qu’elle juge indispensable. 83

Il 'cst insulté au commencement de la jonction, en sa qua—

.‘lité de chef,rpar la cabale des jurés , et renonce quant à eux et leurs suppéts, 108

Se retirant en même temps des assemblées; mais l’Académie lui fait faire une satisfaction convenable et l’y ramène. 109

Cnxrsxusaur (M. de). Voyez Garde des sceaux.

Casernes de l’école académique. Fonds faits par le roi pour subvenir aux frais de ce chauffage et du lumi— naire. ‘88

Casavasu, mathématicien, enseigne gratuitement la géométrie aux élèves académiques. 57

Casa de l’Académie. M. de Chamois prend , ou se fait donner cette qualité. 36

Cette qualité subsistoit encore pendant la jonction, 108

Mais paroît s’être éteintelt lamort de M. de Chamois, car il n’en est plus parlé dans ces mémoires depuis la page 108;

[graphic]

voyez au surplus l’article ci-dessus: Charmois (Martin
de).

Grasses de peintres et de sculpteurs en France. Il s’en
étoit formé trois comme d’elles-mêmes dans le temps
qui précéda immédiatement l’avènement de l‘Acadé—
mie. 11

CLAUSES apposées par le parlement sur les divers titres
de l‘Académie par les arrêts d‘enregistrement de cette
cour: Par l’arrêt du 6 juin 1652 sur les droits de ré—
ception et sur les amendes; voyez sous ces ceux mots,

ou page 128 Par l’arrêt du 23 juin 1655 sur les tutelles et curatelles ; voyez sous ces mots, ou page ' “ 180

Par l‘arrêt du 14 mai 1664 sur les huissiers de l’Acadé—
mie, sur les élèves académiques trop peu capables pour
être promus académiciens, et sur l’instruction gratuite
des enfants des maîtres; voyez sous ces deux premiers
mots et sous ceux d’enfants des maîtres, ou pp. 140

[ocr errors]

Lequel l’engage a accepter l’offre de la place de vice—pro—
tecteur de l’Académie quand elle lui serait faite. ‘4‘]
Négociations pour conduire cette affaire a bonne

fin, ‘48 Qui se terminent a lui porter le vœu de la compagnie par une députation solemnelle. *52 Seconde députation de l’Académie en corps. ’72 M. Colbert entreprend la grande restauration de l’Académie, ’74

Dont il renvoie la discussion en détail a M. Du Metz. ‘75
Obtient pour l’Académie une pension de 4,000 livres. .‘87
Lui accorde l’arrêt qui oblige tous peintres et sculpteurs

du roi de s’unir a l’Académie. ’105
Avec une attention particulière par rapport a ceux qu‘il

W

« 前へ次へ »