ページの画像
PDF
ePub

lement le duc Guillaume et tous les autres princes avecques toute la chevalerie et noblesse d'icelles deux parties, soy portèrent très -vaillamment. Et y furent mors de leurs gens en celle journée, environ de cinq à six cens hommes, entre lesquelz furent mors, Jehan de La Chapelle, chevalier, conseiller du duc, messire Florimont de Brimeu , Jehan de ta Trimoulle, qui ce jour avoit esté fait chevalier, Hugotin de Nanton, Jehan de Thouenne, viconte Brunequel1, natif d'Acquitaine, Daniel de Lampoule natif de Haynnau , Roland de La Mote et aucuns autres jusques au nombre de cent à six vingts hommes, et le surplus varlets. Et adonc que les dessusdiz ducs furent demourez victorieus, yssirent de la ville de Tongres environ deux mille hommes, pour cuider aider leurs gens. Mais quant ilz les virent de loing ainsi desconfis, ilz se commencèrent à retraire vers leur ville, mais* ilz furent poursuivis de la compaignie de cheval, dont est faicte mencion, et de rechef en occirent grant quantité, et puis retournèrent devers lesdiz ducs. Lesquelz , après qu'ilz virent tout à plain qu'ilz estoient demourez vie- > torieus sur la place et que leurs ennemis estoient du tout desconfis, s'assemblèrent ensemble, et là, en regraciant humblement leur Créateur de leur glorieuse fortune , firent grant joye les uns avecques les autres. Et tantost se logèrent en leurs tentes auprès du lieu où ladicte bataille avoit esté, et là demourèrent quatre jours et trois nuis8. Duquel lieu les ambaxadeurs du

1. Jehan de Theuenne, visconte de Brunequet {Suppl. fr. 93), lis. Bruniquel.

2. Daniel de La Poulle (ibid.).

3. La chronique, Cord, 16, donne sur cette bataille quelques

Roy dessusnommez, se départirent dudit duc de Bourgongne, et, par Tournay et autres lieux, s'en retournèrent à Paris devers le Roy et son grant conseil. Mais paravant leur venue , ledit duc de Bourgongne avoit envoie ung sien chevaucheur portant ses lectres et la nouvelle de sa victoire devers le dessusdit Roy et autres ses bons amis. Pour lesquelles nouvelles plusieurs grans seigneurs et autres ses adversaires, qui estoient à Paris, en entencion de faire poursuite devers le Roy contre ledit duc pour la mort du duc d'Orléans défunct, ne furent point de ce grandement resjouys, mais en eurent grant desplaisir en cuer, et par le contraire , ceulx tenans son party en eurent grant joye.

Or est ainsi que le lundi, lendemain de ladicte bataille, ainsi qu'à xn beures, Jehan de Bavière, évesque de Liège, et avecques luy le damoiseau de Hainseberge1 et plusieurs autres, nobles et non nobles,

détails intéressants que nous reproduisons ici. « Et fu celle ordonnance et bataille le xx!^ jour du mois de septembre. Ledit jour, à heure de tierce (neuf heures du matin) se mirent ensemble les deux parties dessusdictes, et à l'assambler commenchèrent Liégois à traire leurs canons et leurs trébus, mais ilz les avoient si hault assis que ilz passèrent par dessus la bataille de leurs anemis et ne firent gaires de raaulx. Et après le trait desdiz canons, assamblèrent les deux batailles l'une contre l'autre et commenchèrent à combattre main à main. Là y eubt grant estequis et-grande occision, et se frappèrent Bourguignons, Flamens, Piccars et Hennuyers ès Liégois moult raddement. Et ilz se deffendirent au mieulx que ilz porrent de leurs planchons à longues pointes. Et ainsi que la bataille estoit en ce point ^frappèrent ceulx de cheval ès Liégois, par derière, par tel manière que ilz furent incontinent desconffis. » (Bibl. imp., Cord. 16, fol. 334 ve). Cette chronique porte la perte des Liégeois à vingt-huit mille hommes. 1. Le damoisiau de Hinsberch (Suppl. fr. 93).

jusques au nombre de six cens bacinets ou environ, vindrent de la ville de Trect1, où ilz avoient esté asségez, en l'ost des deux ducs dessusnommez, lesquelz il remercia très humblement du secours qu'ilz lui avoient fait, et fut d'iceulx et de leur chevalerie reçeu à très grant joye. Si lui fut à sa venue fait présent de la teste du damoisel de Pierelves*, lequel avoit esté trouvé mort avecques ses deux filz dessusdis. Et fut ladicte teste mise au bout d'une lance pour icelle monstrer à tous ceulx qui la vouldroient veoir. Et le mardi ensuivant, le jour de Saint Fremin martir8, la cité de Liège, Huy, Dinant et Tongres, avecques toutes les autres bonnes villes de la terre et de l'évesché de Liège, excepté le chastel de Buillon*, voians et oyans la grande destruction de leurs gens et la puissance de leurs ennemis, actairis de paour, non voians espérance de quelque secours, se rendirent en l'obéissance desdiz ducs de Bourgongne et de Hollande, par le rapport de leurs ambaxadeurs, lesquelz à ce faire ilz ehvoièrent à iceulx, en suppliant aussi très humblement audit Jehan de Bavière , leur seigneur et évesque, qu'il les voulsist recevoir à mercy et miséricorde, requérans très humblement sa grace. Laquelle chose ledit évesque leur octroya par le moien des deux ducs dessusdiz, pourveu toutesfoiz que tous lès coulpables de la sédicion mauvaise et perverse , desquelz plusieurs estoient encores vivans, qu'on leur dénommeroit, ilz les rendroient et délivreraient en la main desdiz ducs, pour

* - *

1. Maastricht.

2. Dudit sire de Pierwez [Supp. fr, 93).

- 3. Le mardi 25 septembre 1408, jour de la Saint-Firmin.

4. Bouillon, en Luxembourg.

en faire ce que par eulx en seroit appoincté par justice. Et pour ce, chascune d'icelles bonnes villes bailla bons hostaiges et bonne seurté telle qu'ilz voldrent avoir. Et lors les deux ducs, avec eulx l'évesque, et tout leur ost, partans dudit lieu, alèrent vers Liège. Et se loga ledit duc en une ville nommée Flavie 1 sur la rivière de Meuse, à une lieue près de ladicte cité de Liège. Et le duc Guillaume et l'évesque son frère se logèrent assez près, ès montaignes. Le dimenche ensuivant, iceulx ducs et l'évesque, avec tous les conseillers desdictes parties, se mirent ensemble, et y eut plusieurs propos mis avant, et furent en conseil sur les besongnes dessusdictes jusques au mardi ensuivant. Auquel jour l'évesque dessusnommé ala en la cité de Liège, et fut reçeu du remenant des habitans en grande humilité. Et desjà estoient prins en icelle et dans toutes les autres villes, et mis en prison, les plus coulpables de ladicte conspiracion. Si ala premièrement à l'église cathédrale de Saint-Lambert faire son oraison , et icelle réconsilier, et après ala au palais, où il fut très humblement requis de tout son peuple généralement, qu'il eust de eulx miséricorde, laquelle requeste il accorda, et tost après retourna aux champs devers les ducs. Lendemain , environ deux heures après midi, s'assemblèrent iceulx ducs et l'évesque en ung lieu assez hault qui estoit auprès de leur ost, avecques eulx plusieurs nobles de leur compaignie. Et là, par messire Jehan de Jumont5, mareschal du duc Guillaume , comme dessus est dit, et selon l'or

[ocr errors]

donnance desdiz ducs et évesque, fist amener de ladicte cité le damoiseau de Rochefort, noble homme et Jehan de Saraine*, chevaher, et autres jusques à quinze bourgois, lesquelz par le bourrel, les ungs après les autres, eurent les cols coppez.Et pareillement, plusieurs hommes d'église, et aussi aucunes femmes, à cause de ceste conspiracion, furent mortes et noiées en la rivière de Meuse '. Et lendemain lesdiz, et aussi l'évesque, à tout leur ost, tous ensemble se tournèrent vers Huy et se logèrent à trois lieues près en une ville nommé Beaucloquier, Ouquel lieu ilz eurent plusieurs parlemens ensemble sur les afaires du pays, et là vint le conte de Nevers, qui venoit au secours de son frère le duc de Bourgongne, à tout quatre cens combatans. Ouquel lieu pareillement furent amenez par ledit seigneur de Jeumont, dix-neuf bourgois de ladicte ville de Huy, qui, comme les autres et pour pareil cas furent décapitez , et comme devant furent noiez plusieurs gens d'église et aucunes femmes. Vint aussi au lieu dessusdit devers icellui duc de Bourgongne, Amé de Viri, Savoisien, noble homme, et très expert en armes, pour le servir, acompaigné de trois cens bacinès du pays de Savoye. En après

1. Noble homme et riche {Suppl. fr. 93.)

2. Jehan de Sarrainye (ibid.)

3. La chronique, Cord. 10, (fol. 335) confirme ces détails. « Après ces choses ainsi faictes, fu commis messire Jehan de Jeumont de aller en la ville de Liège, et autres avoec luy, et de faire faire justice de tous ceulx qui seroient trouvez couppables de la] traison et rebellion dessusdicte. La furent pluiseurs hatriaux coppés(cols couppés) et pluiseurs gens noyez, tant hommes comme femmes. Et entre les aultres y fu le dem^isel de Rochefort décolez >. 4

« 前へ次へ »