ページの画像
PDF

tirée qu'à un très petit nombre d'exemplaires, et elle a † été vendue 3o fr. et plus. La seconde est encore † chère. J'en ai indiqué une autre ans le Manuel (II, 6o7) sous le titre d'Heroides du galant Owide, Philadelphie, 1784, in-8. de 368 pp. pap. vél. avec le texte lat., dont un exemplaire a été vendu 46 fr. salle Silvestre en 18o5; mais quoique cet exemplaire m'ait passé sous les yeux, dans le temps, je n'oserais pas affirmer aujourd'hui que mon indication soit exacte, car l'exempl.datéde 1784 que je possède n'a point de texte latin, et le mot galant ne se lit pas sur le titre. Néanmoins, si ce volume a réellement 368 pp., comme je l'ai dit, ce doit être une édition différente des deux que je viens de décrire. Au reste, cette traduction, qui suit de très près le texte latin, n'est pas sans mérite, et on l'a choisie pour faire suite à celle que Saint-Ange a donnée des autres partiesd'Ovide, (Voyez ci-dessus.) —Ovide de l'art d'aymer, translaté de latin en françoys; avec plusieurs autreS petitz oeuvres dont le contenu est à la page suyvante ; le tout mieux que par cy-devant reueu et corrigé. en Anvers, chez Gerard Spelman, anno 1556, in-16. de 1 16 f. non chiffrés, sig. a-p.iv. Ce volume, devenu rare, est la réimpression d'un semblable recueil imprimé à · Paris, chez Estienne Groulleau en 1548, pet. in-8. selon Duvcrdier, qui en attribue mal à propos toutes les pièces à Albin des Avenelles. Il faut distinguer dans ce recueil deux parties difféTenteS. La première, contenant l'art d'aimer, la clef d'amour et les sept arts libéraux d'amour, en vers de huit syllabes, avait d'abord été impr. à Genève, sans date, in-4. (Manuel, II, 6o7). Il y en a une autre édit. de Genève, in-8. goth. (La Vallière-Nyon, n° 148o1) qui n'a été vendue que 3 fr. Mac-Carthy. Ces trois pièces, anonymes, mais qui appartienment bien à un même auteur, sont, au jugement de La Monnoye (note sur Du

La seconde

(très abrégée) des trois livres d'Ovide de arte amandi. Dans la seconde de ces pièces intitulée La chief d'amour, ou la Clef d'amour selon les dernières éditions, se trouve vers la fin la date du 25 octobre 15o9 exprimée en quatre vers. C'est donc bien à tort que dans une note manuscrite, le président Bouhier, cité par M. Barbier (Dict. des anonymes, n° 135oo), attribuait cette traduction de l'art d'aimer à Raoul de Beauvais , poète du 12° siècle , qui , selon Galland (Acad. des Inscript.,\II, 73o) serait l'auteur du Roman de Perceval, et aurait aussi mis en roman l'art d'aimer d'Ovide. artie est en entier d'Albin des Avenelles, nommé au commencement du remède d'amour, opuscule en vers de 1o syllabes publié d'abord séparément sous le titre suivant : LE REMEDE D'AMoUR, composé par Eneas Sylvius, autrement dict pape Pie II, translaté de latin en francoys par maistre Albin des Avenclles, avec aulcunes additions de Baptiste Mantuan, et la complainte du dit Enée sur la description des deux amants Euriale et Lucresse...... avec la declamation morale de l'amant renonçant à fol amour. Paris, à l'enseigne de l'escu de France , in-4. goth. de 12 f. avec une fig. en bois sur le titre. (Manuel,

[ocr errors]
[blocks in formation]

verdier, I, 39), une mauvaise imitation Ce livre rare a été payé 3o fr. à la vente

de Ch. Nodier ; l'exempl. du comte d'Hoym n'avait été vendu que 5 fr. 5o c. chez Méon. est sans doute singulier qu'un ecclésiastique ait employé son temps à traduire les poèmes les plus érotiques, »our ne pas dire les plus obcènes , 'Ovide; mais, pour s'excuser, Marolles a grand soin de nous dire dans ses remarques qu'il n'a pas pris de plaisir à le faire, ct qu'il souhaite qu'on n'en prenne pas en lisant sa traduction. Or, sur ce point là, il faut convenir qu'il a été servi à souhait, tant pour ce volume que pour les aulreS ouvrages du même poète qu'il a mis en français ; et notez qu'il les a tous traduits, à l'exception § Métamorphoses, dont il n'a d§ qu'une partie. Ovidio metamorphoseos uulgare (in prosa tradotto da Giovanni de" Bonsignori di città di Castello). — Stampatoin Venetia per Zoane rosso uercellese ad instantia del... Lucantonio Zonta fiorentino. M. cccc. LxxxxvII. Adi a del mese de aprile, in-fol. à 2 col. fig. en bois.

Première édition de cette traduction com

posée vers 137o, et que La Crusca n'a citée que d'après des manuscrits. Le volume a 4 f. prél. et cxLi f. chiffrés, avec des sign. de a-s. On remarque à plusieurs des gravures les lettres i a, qui sont probablement le monogramme du graveur. Vendu 36 fr. 95 c. BrienneLaire ; 1 liv. 1 1 sh. Hibbert.

L'édit. de Venise, per Christ. de Pensa ad instantia di miser Lucantonio Zonta, 15o1, adi vij de marzo, in-fol. avec les mêmes fig. 12 fr. La Vallière. Les autres réimpressions ont peu de valeur.

" — Le Metamorfosi ridotte da Gio.

And. dell' Anguillara in ottava rima : con le annotationi di Gius. Horologgi et gli argomenti et postille di Fr. Turchi. / enetia, Bern. Giunti, 1584, pet. in-4. de vIII f. et 547 pp. fig. de Giacomo Franco. La plus recherchée des anciennes éditions de cette traduction, devenue classique en Italie : elle vaut de 12 à 18 fr., et

ToME lI.

un exempl. en mar. a même été vendu 1 liv. 15 sh. Hibbert ; mais il est à remarquer que Giunti a fait deux édit. de ce livre sous la date de 1584 et avec les mêmes figures. La première est celle dont la dernière page est cotée 547. Dans la seconde, dont les notes sont en plus petits caractères que dans l'autre, et où sont ajoutées plusieurs notes marginales, le chiffre de la dernière page est 539, et en outre l'épître dédicatoire commence par les deux mots si come qui ne sont pas dans la première édit1On.

Cette même traduction a été très fré

quemment réimprimée en Italie. Les meilleures éditions modernes sont celles de Milan, 18o5, 3 vol. in-8. de la collect. des classiques ital.— de Milan, soc. de' classici, 1827, 6 vol. in-32. portr. — de Florence, 1827, in-16.

Il existe une édit. des trois premiers livr.

des Métamorphoses de l'Anguillara, impr. à Paris, chez André Wechel, en 1555, in-4. de 48 f., fort rare et peu connue, qu'Ebert regarde comme la première † cette traduction : celles de 1553 et 1554 citées par Paitoni ne lui paraissant pas bien avérées.

— Le metamofosi recate in altrettanti

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

édit. in-4. de 82 f. à 31 lig. décrite par Fossi, II, p. 268. Cette traduction anomyme est citée par La o† 11Il manuscrit. Quelques personnes l'attribuent à Alberto della Pagnina, d'autres à Filippo Ceffi.

Poggiali, dans sa Serie, décrit une autre

ancienne édition in-4. de cette traduction, impr. en caract. rom. sans chiffres, récl. ni signat., mais avcc un registre à la fin donnant le premier mot des feuillets, au nombre de 84, le prcmier desqucls est tout blanc. Le sommaire suivant se lit au commencement du 2° f. Incomincia il prologo sopra lepistole douidio nasone di compagna, il quale fu sottilissimo e ottimo poeta : et l'on trouve vers le milieu de l'avantdernier feuillet la même souscription que dans l'édit. de Riessinger, mais autrement orthographiée et sans nom d'imprimeur. Les caractères paraissent être très anciens et appartenir à un impr. vénitien. Les figures en bois qui sont placées à chaque épître dénotent l'enfance de l'art à l'époque où elles furent exécutées. C'est cette même édit. qui est décrite dans la Bibl. Pincll. IV, n° 2542.

Une réimpr. de la même traduct. a été

faite à Florence chez Angelo Garinei cn 1819, in-8., par les soins de l'abbé L. Rigoli. Il faut y joindre Due errata corrige que Vincent Monti a fait paraître à Milan en 182o.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

In Brescia per Bernardinum de Misin

tis de Papia, die xIII. Zugno, Mcccc. clix (probablement pour xcix), in-4.

Quant à celles qui ont paru dans le 16°

siècle, elles sont sans valeur.

— Libro del Metamorphoseos y fa

bulas del excëlete poeta y philosofo Ouidio noble § Patricio romano : traduzido de latin en romance (absque nota), pet. in-4. goth.

On lit au commencement de cette édition

quatre stances dont les lettres initiales, prises dans un ordre rétrograde, donl'cstimc 5 liv. 15 sh. 6 d. Cctte même traduction a été réimpr. à Madrid , 1622, pet. in-8. -- Las transformaciones : traducidas del verso latino, en tercetos,y octauas rimas, por el licenciado Pedro Sanchez de Viana, en lengua vulgar castellana — Anotaciones sobre los quinze libros de las transformaciones de Ovidio, con la mithologia de las fabulas, y otras cosas. Valladolid, Diego Fernandez , 1589 , 2 vol. pet. in-4. fig. en bois. METAMoRPHosEs traduzidos en verso suelto y octaua rima por el doctor Ant. Perez Sigler. Burgos, 16o9, pet. in-12. Il existe une traduction peu fidèle des œuvres d'Ovide, en castillan, par Diego Suarez de Figueroa. Madrid, 1727-38, 12 vol. pet. in-4. dont les premiers tomes ont été plusieurs fois réimpriIIlU'S. — Lo libro de les transformacions del oeta Ovidi. — Acaben los quinze ibres de transformacions del poeta Ovidi : e los quinze libres de allegories, e morals exposicions sobre ells : estampats en Barcelona per Pere Miguel Benaventura.... any 1494, a 24 de abril, in-fol. Traduction en dialecte catalan par François Alegre. C'est un livre fort rare.

nent les noms du traducteur : # de Bustamante natural de Syl(i)os. Salva

[blocks in formation]

les 2 1 premiers. Le marquis de Truxillo promettait une édition de l'ouvrage entier, qui, selon la Biogr. univ., article Oviedo, aurait paru en 1783.

L'édit. Salamanca, J. de Junta, 1547, et celle de Valladolid, 1557, in-fol., contiennent de plus La conquista del Peru de Francisco de Xeres. La première, 37 fr. Santander. — L'ouvrage a été réimpr. dans la collection de Barcia. Voy. ce nom.

— Histoire naturelle et génér. des Indes, isles et terres fermes de la grande mer Océane, trad. du Castillan en franc. (par Jean Poleur). Paris, Vascosan, 1556 , in-fol. 12 fr. Lhéritier.

— Libro del muy esforçado cavallero Don Claribalte. Voy. CLARIBALTE.

OWEN (J.). † Joannis Ovven... libri tres... editio ultima, prioribus emendatior. Deiae Aug. p† ex officina Joh. Rodolphi Fabri Phil. profess. sumptibus eiusdem, 1613, in-8. (#

Cette édition, imprimée à Die en Dauphiné, est en 2 parties : la première contient les trois livres annoncés sur le titre ci-dessus, et la seconde a un titre particulier portant : Epigrammatum Joannis Owvcn,... liber singularis, editio ultima. Ensemble 71 et 36 f. non chiffrés, sign. A-Kiijet A-Eiij. Il y a des exemplaires dont le premier titre est daté † 1614 ; ils sont, du reste, entièrement conformes aux autres et de la même édition, laquelle n'a point de valeur, mais mérite § citée comme un livre peu connu , et parce que M. Cotton n'a pas placé Die dans son Typographical Gazettcer.

— Epigrammatum editio postrema. †. ex offic. Elzevir. 1628, in-24. de 28o pp. 3 à 4 fr.

Edition moins belle, mais plus rare que cclle de 1647. Un § VIOJI # 49 fr. en 1825, et seulement 5 fr. Chalabre.

La première édit. de ces épigrammes a

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
« 前へ次へ »