ページの画像
PDF

Trojae nomen iit, diversa per aequora vectos
Forte sua Libycis tempestas appulit oris.
Sum pius AEneas, raptos qui ex hoste Penates
Classe veho mecum, fama super aethera notus.
Italiam quaero patriam, genus ab Jove summo :
Bis denis Phrygium conscendi navibus aequor,
Matre dea monstrante viam, data fata secutus;
Vix septem convulsae undis Euroque supersunt.
Ipse ignotus, egens, Libyae deserta peragro,
Europa atque Asia pulsus. Nec plura querentem

Passa Venus, medio sic interfata dolore est :

Quisquis es, haud, credo, invisus cœlestibus auras
Vitales carpis, Tyriam qui adveneris urbem.

Perge modo, atque hinc te reginae ad limina perfer.
Namque tibi reduces socios classemque relatam
Nuntio, et in tutum versis Aquilonibus actam ;
Ni frustra augurium vani docuere parentes.
Adspice bis senos laetantes agmine cycnos,
AEtheria quos lapsa plaga Jovis ales aperto
Turbabat cœlo : nunc terras ordine longo

Aut capere, aut captas jam despectare videntur.

« T'roie est notre berceau : nous errons sur les mers, « Et le hasard des vents nous jette en ces déserts. « C'est moi qui de Pergame, aux feux abandonnée, « Sortis en emportant mes dieux; je suis Énée ! « Jusqu'aux voûtes du ciel ce nom a retenti ; « Je vais au Latium d'où mon sang est sorti : « Sur la foi de ma mère et des destins suprêmes, « En partant pour l'exil, j'équipai vingt birèmes ; « Sept à peine des vents ont trompé les efforts, « Et me voilà perdu sur ces arides bords,

« Repoussé de l'Europe et chassé de l'Asie. »

C'en est trop pour Vénus; de tendresse saisie : « Oh , dit-elle, levez un front moins soucieux ; « Quiconque aborde à Tyr est encor cher aux cieux : « Cessez donc d'accuser leur bonté souveraine ; « Allez, portez vos pas au palais de la reine; « Vous verrez vos vaisseaux qu'ont dispersés les vents, « Et vos bras presseront tous vos amis vivans. « Croyez-moi, s'il est vrai que par des règles sûres « Mon père m'enseigna l'art divin des augures ;

« Faut-il vous en montrer des indices parlans?

Ut reduces illi ludunt stridentibus alis,
Et coetu cinxere polum, cantusque dedere;
l Iaud aliter puppesque tuae, pubesque tuorum,
Aut portum tenet, aut pleno subit ostia velo.

Perge modo, et qua te ducit via dirige gressum.

Dixit, et avertens rosea cervice refulsit,
Ambrosiaeque comae divinum vertice odorem
Spiravere; pedes vestis defluxit ad imos ;
Et vera incessu patuit dea. Ille, ubi matrem
Agnovit, tali fugientem est voce secutus : #
Quid natum toties, crudelis tu quoque, falsis

Ludis imaginibus ? Cur dextrae jungere dextram

Non datur, ac veras audire et reddere voces"

Talibus incusat, gressumque ad moenia tendit.

« Contemplez donc aux cieux ces douze cygnes blancs " « Que naguère, plongeant de la sublime voûte, « Un aigle dispersait et troublait dans leur route : « Maintenant alignés en symétrique vol, « Ils sont près de se rendre ou rendus sur le sol. « Eh bien ! comme leur troupe en cercle réunie « Épanche vers les cieux sa joyeuse harmonie, « Bat de l'aile et se livre à de folâtres jeux ; « Ainsi vos compagnons , loin des flots orageux, « Ramenant dans le port vos carènes perdues, « Rentrent ou sont rentrés , sous leurs voiles tendues. o

« Mais, adieu, hâtez-vous; ce sentier vous conduit. »

Elle dit, se détourne, et comme elle s'enfuit ,
D'une molle lueur sa tête s'illumine ;
Sa chevelure exhale une senteur divine ;
Sa robe sur ses pieds coule en se détachant,
Et la fille des cieux se trahit en marchant".
Énée a reconnu sa mère fugitive,
Il tend les bras vers elle, et d'une voix plaintive :
« O cruelle! pourquoi cacher tes traits divins ?

« Pourquoi tromper ton fils par des fantômes vains,

At Venus obscuro gradientes aere saepsit,
Et multo nebule circum dea fudit amictu,
Cernere ne quis eos, neu quis contingere posset,
Molirive moram, aut veniendi poscere causas.
Ipsa Paphum sublimis abit, sedesque revisit
Laeta suas, ubi templum illi, centumque Sabaeo

Ture calent arae, sertisque recentibus halant.

Corripuere viam interea, qua semita monstrat,
Jamque ascendebant collem qui plurimus urbi
Imminet, adversasque adspectat desuper arces.
Miratur molem AEneas, magalia quondam ;
Miratur portas, strepitumque, et strata viarum.
Instant ardentes Tyrii : pars ducere muros,
Molirique arcem, et manibus subvolvere saxa :
Pars optare locum tecto, et concludere sulco.
Jura, magistratusque legunt, sanctumque senatum.
Hic portus alii effodiunt; hic alta theatris

Fundamenta locant alii; immanesque columnas

« 前へ次へ »