ページの画像
PDF

Quum tacet omnis ager; pecudes, pictaeque volucres,
Quaeque lacus late liquidos, quaeque aspera dumis
Rura tenent, somno positae sub nocte silenti
Lenibant curas, et corda oblita laborum :
At non infelix animi Phœnissa; neque umquam
Solvitur in somnos, oculisve aut pectore noctem
Accipit : ingeminant curae; rursusque resurgens
Saevit amor, magnoque irarum fluctuat aestu.
Sic adeo insistit, secumque ita corde volutat :
En quid ago?rursusne procos irrisa priores
Experiar? Nomadumque petam connubia supplex,
Quos ego sim toties jam dedignata maritos?
, Iliacas igitur classes atque ultima Teucrum
Jussa sequar? quiane auxilio juvat ante levatos,
Aut bene apud memores veteris stat gratia facti ?
Quis me autem, fac velle, sinet?ratibusve superbis
Invisam accipiet? Nescis, heu! perdita, necdum
Laomedonteae sentis perjuria gentis ? "
Quid tum? sola fuga nautas comitabor ovantes ?
An Tyriis omnique manu stipata meorum
Inferar? et quos Sidonia vix urbe revelli

Rursus agam pelago, et ventis dare vela jubebo ?

[ocr errors][ocr errors]

N'exhalaient un murmure, une plainte, une voix ; Les étoiles glissaient dans le ciel taciturne, Les troupeaux réunis sous le bercail nocturne, Les oiseaux colorés, les voyageurs errans Qui peuplent les forêts ou les lacs transparens, Mollement engourdis dans leurs muets domaines, Savouraient le repos et l'oubli de leurs peines. Mais la fille de Tyr veille avec ses ennuis "; Pour ses yeux, pour son cœur plus de tranquilles nuits; La nuit tourmente encor sa profonde amertume , Plus brûlant que jamais son amour se rallume, Des transports plus haineux bouillonnent dans son sein Et son cœur ulcéré couve un sombre dessein. « Que faire?irai-je donc, à mon tour méprisée, « De mes premiers amans encourir la risée ? « Irai-je mendier chez de sauvages rois « L'époux que mon orgueil dédaigna tant de fois, « Ou, suivant des Troyens la flotte fugitive, « Leur livrer pour trophée une reine captive ? « Certes! de mes faveurs j'ai lieu de m'applaudir, « N'en conservent-ils pas un touchant souvenir !

« Eh! quand je le voudrais, · ur cacher ma disgrâce

Quin morere, ut merita es; ferroque averte dolorem.

Tu, lacrymis evicta meis, tu prima furentem
His, germana, malis oneras, atque objicis hosti.
Non licuit thalami expertem sine crimine vitam
Degere more ferae, tales nec tangere curas !

Non servata fides cineri promissa Sychaeo!

Tantos illa suo rumpebat pectore questus.
AEneas celsa in puppi, jam certus eundi,
Carpebat somnos, rebus jam rite paratis.

Huic se forma dei vultu redeuntis eodem

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

« Leurs superbes vaisseaux auraient-ils une place ?

(( Malheureuse Didon! qui connaît mieux que toi « Les lâches trahisons de ce peuple sans foi ? « Quoi! j'irais, toute seule, abandonnant Carthage, « Parer de mes douleurs leur triomphant voyage! « Ah! plutôt, mille fois, suivons-les sur les eaux « Avec tous mes sujets, avec tous mes vaisseaux : « Mais eux , qui de Sidon sortirent avec peine, « Voudront-ils sur les mers suivre leur folle reine ? « Non, tu l'as mérité, ton sort est de mourir, « Ta douleur est un mal que le fer doit guérir. « C'est toi, ma sœur, c'est toi qui, par mes pleurs vaincue, « As poussé mon délire au malheur qui me tue ; « Que n'ai-je, de l'hymen fuyant les saintes lois, « Vécu dans mes amours comme l'hôte des bois " !

[merged small][ocr errors]

Ces longs gémissemens s'exhalaient de son sein.
Cependant le héros, ferme dans son dessein,
Libre enfin des soucis d'une fuite pressée,

Livrait au doux sommeil sa paupière lassée,

Obtulit in somnis, rursusque ita visa monere est;
Omnia Mercurio similis, vocemque, coloremque,
Et crines flavos, et membra decora juventa :
Nate dea, potes hoc sub casu ducere somnos?
Nec quae te circum stent deinde pericula cernis ?
Demens! nec Zephyros audis spirare secundos ?
Illa dolos dirumque nefas in pectore versat,
Certa mori, varioque irarum fluctuat.aestu.
Non fugis hinc praeceps, dum praecipitare potestas ?
Jam mare turbari trabibus, saevasque videbis
Collucere faces, jam fervere littora flammis,
Si te his attigerit terris Aurora morantem.
Eia age, rumpe moras : varium et mutabile semper
Femina. Sic fatus, nocti se immiscuit atrae.
Tum vero Eneas, subitis exterritus umbris,
Corripit e somno corpus, sociosque fatigat:
Prœcipites vigilate, viri, et considite transtris ;
Solvite vela citi. Deus, aethere missus ab alto,
Festinare fugam tortosque incidere funes
Ecce iterum stimulat. Sequimur te, sancte deorum,
Quisquis es, imperioque iterum paremus ovantes.

Adsis o, placidusque juves, et sidera cœlo

[ocr errors][ocr errors]
« 前へ次へ »