ページの画像
PDF

Tradiderit, regno aut optata luce fruatur;

Sed cadat ante diem, mediaque inhumatus arena.

Haecprecor: hanc vocem extremam cum sanguine fundo.

Tum vos, o Tyrii, stirpem et genus omne futurum
Exercete odiis, cinerique hec mittite nostro
Munera: nullus amor populis nec fœdera sunto.
Exoriare aliquis nostris ex ossibus ultor,
Qui face Dardanios ferroque sequare colonos,
Nunc, olim, quocumque dabunt se tempore vires.
Littora littoribus contraria, fluctibus undas,

Imprecor, arma armis : pugnent ipsique nepotesque.

[ocr errors][ocr errors]

« On invoque la nuit par des hurlemens sourds, « Hécate! et vous enfin, Dieux d'Élise mourante ! « Dieux vengeurs! écoutez une voix suppliante : « S'il faut, si c'est la loi du ciel et du destin, « Qu'il trouve, le perfide, un refuge lointain; « Qu'iln'y trouve, dumoins, quemalheurs poursesarmes; « Qu'arraché sans pitié de son Iule en larmes, « Privé de ses guerriers tombés autour de lui, · « Chez un peuple étranger il mendie un appui; « Et, quand d'une paix vile il obtiendrait l'aumône, « Qu'il ne jouisse pas de la vie et du trône, « Qu'il tombe avant le temps, et que ses restes nus « Soient jetés, sans honneurs, sur des bords inconnus. « Voilà mes dignes vœux, mes ardentes prières; « J'exhale avec le sang ces paroles dernières. « Et vous, fils de Sidon, jurez-moi de haïr « Lui, sa race présente et sa race à venir, « De poursuivre sans fin ces rebuts de Pergame : . « C'est le digne tribut que ma tombe réclame. « Point de paix entre vous, de trève, de repos. « O mon futur vengeur ! lève-toi de mes os !

« Vengeur qui détruiras, chargé de mon injure,

Haec ait, et partes animum versabat in omnes,
Invisam quaerens quamprimum abrumpere lucem.
Tum breviter Barcen nutricem affata Sychaei,
Namque suam patria antiqua cinis alter habebat :
Annam, cara mihi nutrix, huc siste sororem :
Dic corpus properet fluviali spargere lympha,
Et pecudes secum et monstrata piacula ducat;
Sic veniat : tuque ipsa pia tege tempora vitta.
Sacra Jovi Stygio, quae ritae incepta paravi,
Perficere est animus, finemque imponere curis,
Dardaniique rogum capitis permittere flammae.

Sic ait. Illa gradum studio celerabat anili.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

« Par le glaive et le feu cette race parjure.
« Puissiez-vous opposer le fer contre le fer,
« Le rivage au rivage, et la mer à la mer,

« Epuiser en combats tout le sang de vos veines; l

« Et puissent nos neveux éterniser nos haines! »

Alors, l'esprit troublé de projets furieux, Lasse de supporter la lumière des cieux, Elle appelle Barcé, nourrice de Sychée, Car la sienne à Sidon dans la tombe est couchée : « Hâte-toi, lui dit-elle avec calme et douceur, « Va, ma bonne nourrice, amène-moi ma sOeur ; « Qu'elle arrose son corps des flots expiatoires; « Avec l'offrande sainte et les victimes noires, « Qu'elle vienne à l'instant pour seconder mes vœux ; (( Toi-même du bandeau pare tes blancs cheveux. " Au dieu des sombres bords il faut qu'un sacrifice « Commencé dès la veille aujourd'hui s'accomplisse; " Je veux à mes douleurs opposer ce moyen, |

[merged small][merged small][ocr errors]

At trepida, et cœptis immanibus effera Dido, Sanguineam volvens aciem, maculisque trementes Interfusa genas, et pallida morte futura, Interiora domus irrumpit limina, et altos Conscendit furibunda rogos, ensemque recludit Dardanium, non hos quaesitum munus in usus. Hic, postquam Iliacas vestes notumque cubile Conspexit, paulum lacrymis et mente morata,

Incubuitque toro, dixitque novissima verba :

Dulces exuviœ, dum fata deusque sinebant,
Accipite hanc animam, meque his exsolvite curis.
Vixi, et quem dederat cursum fortuna peregi :

Et nunc magna mei sub terras ibit imago.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« 前へ次へ »