Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale

Couverture
F. G. Levrault, 1823 - 484 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 267 - ... élaïnes présentent cette identité de rapports. Or , nous avons observé des différences entre les stéarines amenées à un même degré de fusibilité . Celles d'homme , de mouton , de bœuf et d'oie se coagulent en une masse dont la surface est plane ; celle de porc en une masse dont la surface est inégale.
Page 451 - ... butyrine, etc., sont formées d'oxygène , de carbone et d'hydrogène dans des proportions telles, qu'une portion de leurs éléments représente un acide gras fixe ou volatil, tandis que l'autre portion , plus de l'eau, représente la glycérine; ou bien la stéarine, l'oléine, été,, sont des espèces de sels formés d'un acide gras anhydre , fixe ou volatil, et de glycérine anhydre, constitution analogue à celle des éthers.
Page 403 - On la met avec 10 parties du liquide B. Lorsqu'on juge que la dissolution est saturée, on la décante et l'on verse sur le résidu 10 parties de B. On obtient une seconde dissolution, qu'on décante comme la première; on continue d'opérer ainsi jusqu'à ce que la substance A soit entièrement dissoute, ou jusqu'à ce qu'elle cesse de céder quelque chose au liquide B. Enfin , on traite la substance de la même manière par des liquides C , D , E , etc., qui peuvent être de l'alcool, de l'élher,...
Page 444 - ... d'oxygène, de carbone et d'hydrogène ; (6) dans l'hypothèse où ils sont considérés comme immédiatement formés d'acides gras et d'un composé qui, en fixant de l'eau, forme la glycérine. » Puis il ajoutait ces mots qui correspondaient alors à l'état de la science : « Les conjectures.... relatives à l'arrangement des éléments qui constituent plusieurs espèces de corps gras, sont, je l'avoue, des hypothèses qu'on ne pourra guère démontrer...
Page 268 - Ces différences sont-elles suffisantes pour Justifier des distinctions entre les stéarines et les élaïnes retirées des diverses graisses ? Je ne le pense point , par la raison que si une stéarine s'éloigne d'une autre par une propriété qui la rapproche d'une troisième , elle s'éloigne de celle-ci par une propriété qui la rapproche de la seconde. Plusieurs caractères ne se réunissent donc pas sur une même stéarine ou une même élaïne pour la séparer des autres. Mais s...
Page 396 - ... la fois, pendant l'exposition à l'air du beurre et de l'huile de dauphin, qui rendent ces dernières substances susceptibles d'exhaler de l'odeur pendant un temps assez long. Car s'il ne se développait pas de matière odorante à mesure qu'il s'en évapore, le beurre et l'huile de dauphin auraient bientôt cessé d'être odorants par leur exposition à l'air, comme cela arrive a cette sorte de beurre artificiel que l'on prépare en imprégnant l'axonge d'acide butyrique.
Page 9 - Connaissant, 1° la densité et le poids du cuivre grillé ; 2° la densité et le poids de l'oxide ; 3° la densité et le poids de la matière organique , il est facile de déterminer le volume de chacune de ces substances ; or, en faisant la somme des volumes , la soustrayant de la capacité des tubes , on a la quantité d'air qui s'y trouve. La combustion doit être opérée avec lenteur ; les gaz se rendent dans le flacon gradué ; lorsque la combustion est terminée , on laisse refroidir le...
Page 267 - ... l'objet de ce Mémoire ? Si les stéarines sont identiques , elles doivent se comporter absolument de la même manière lorsqu'on les étudiera dans les mêmes circonstances , sous tous les rapports possibles. Conséquemment elles présenteront même forme , même solubilité dans l'alcool , même décomposition par la potasse ; conséquemment les acides margarique , oléique , et le principe doux qu'elles donneront seront identiques et en même proportion. Ce que nous venons de dire est applicable...
Page 11 - ... combustion doit être opérée avec lenteur ; les gaz se rendent dans le flacon gradué; lorsque la combustion est terminée , on laisse refroidir le tube ; le mercure remonte dans le tube à dégagement , on note la hauteur de la colonne de mercure qui s'élève au dessus du niveau de la cuve pour en tenir compte dans la détermination du volume du gaz contenu dans les deux tubes. On pèse alors de nouveau le tube à combustion ; la différence du poids actuel avec le poids primitif provient...

Informations bibliographiques