ページの画像
PDF

Arrest portant défenses do mandier dans la ville de Paris sur peine de galères et du fouet. Ibid. 1029, in-8.

Arrest portant desfense aux escholiers de s'assembler et porter espées et autres armes défendues, a peine de la vie. Ib. 1029, in-8.

ARRESTZ (Les) et || Ordonnances de la court contre Luther : les luthe || riens et leurs liures : et aultres Liures delTen | dus : publiez à Paris. S. I. n. d. (.Farts, 1525), pet. in-8, gotli., de 4 (F. Le premier Arrt!t est daté du 5 février 1525; le 2e, du 12 août 1525. Pièce curieuse. ti5 fr. Tross, 1866. Vaut plus cher.

ARS MEMOR VTIVA. La Bible figurée. 72 fT. imprimés desdeux côtés, h. 100 millim. 1. 78; contenant plus de 1,200 motifs gravés sur cuivre. [9031]

Ce volume, entièrement gravé, se compose de 8 cahiers de 10 ff. chacun, sign. A.-H. La sign. 1). n'a que 2 (T. dans l'exempl. unique décrit par M. Tross; les chapitres y sautent de Job aux Proverbes, et les 8 (T. qui devaient contenir les Psaumes sont remplacés par 2 D". de vélin, contenant au milieu un tableau ms.; celte suite n'a pas été gravée sur de grandes planches; chaque page en a été tirée séparément, et ce sont IVi cuivres qui ont servi à l'impression du volume.

Les tètes de chapitre ont été ruhriquées à la main, et un certain nombre de ff. ont un texte explicatif ms. Chaque page pleine contient 10 petits tableaux, mais sur quelques-unes, à la fin des chapitres, on n'en trouve que 2, Il ou 0.

On remarque deux fois dans cette suite le monogr. I. IL (Johan lleyns, architecte, M. 1515?) Les filigranes du papier sont la tète de bœuf avec une fleur a longue lige entre les cornes, et la balance au milieu d'un cercle; celui-ci est une marque employée fréquemment par Jenson à Venise, mais il a servi également à des imprimeurs allemands; quant à la tète de l>œuf, on la trouve a peu près partout; ce précieux vol. que M. Tross estime environ 3,000 Tr. n'a été décrit par aucun iconographe.

ARS MORIENDI (Xylographique). [1730]

Pet. in-fol. composé de 2'i ff. imprimés d'un seul coté, 13 pour le texte et 11 planches; les pages de texte et les gravures sont entourées d'un triple filet noir, à l'exception des fi*. 13 et 17, qui n'ont qu'un filet double. Nous n'avons pu malheureusement voir cette précieuse édition d'une des plus importantes xylographies connues; nous ne pouvons donc la décrire de visu, c'est-à-dire vérifier si l'assertion de M. Tross qui i'a découverte est absolument exacte, et si l'édition est véritablement non citée et non décrite. Nous nous bornons en conséquence à reproduire fidèlement la description donnée par ce libraire érudit.

Les deux premiers D*. contiennent la préface; on remarque d'abord dans la bordure les mots ■ ARS MO lui. Mil », et la préface commence au verso du premier feuillet. Les feuillets de texte commencent ainsi:

1. Quamvis ccumlû philosopliû Tertio ethicorum IL Xpian' crederc débet letus

III. Tentacô dyaboli de fide

IV. Bona IspiracO angeli de fide

V. Temptacô dyaboli de speracôc

VI. Bona TspiracO Angeli contra desperacô?
VIL Tcmtacô dyaboli de impaciencia
MIL Bona IspiracO angeli de paciencia
IX. Temptacio dyaboli de vana gloria

Tome 1.

X. Bona IspiraeS angeli cûtra van5 gloriam
XL Temptacio dyaboli de Auaricia

XII. Bona Ispiracû angli cira AuariciS

XIII. Si agonisas log> et usum.

« Les gravures, dit M. Tross, sont d'une exécution artistique, et ont, sans les filets, une hauteur de 200 a 203 millim., et une largeur de H5 mill., le papier a la marque de la tête de bœuf ».

Le texte du premier f. se termine par : « Pmû u credat sicut bon' » ; l'édition n'a pas de signatures.

D'après cette description, il semble en effet que ni Sothcby, ni Ebert, ni lleinecken n'aient vu cette édition ; et la Bibliothèque nationale, qui possède cinq éditions de cette xylographie, n'en a aucune que Ton puisse lui assimiler.

— Nous avons vu passer en vente chez M. Yéméniz un exemplaire de I'ars Horiexdi de 2't ff. in4, que le calai, dit être de la même édition que celle décrite par Ebert sous le n" 2, par Solheby, lleinecken et Brunet sous le n" 1; nous devons signaler cependant de notables différences, et pour (pu: le lecteur puisse en juger, nous allons donner la description minutieuse de l'admirable exempl. di: la Bibliolti. nat.; disons d'abord que l'exempl. Yéméniz a atteint le chiffre respectable de 9,550 fr. sans les frais, et est allé enrichir ce monument bibliographique qui s'appelle la biblioth. de M. Ambr. Firmin-Didot.

Voici la description de cet Ars Morif^di que possède la Bibl. nat.; il a été découvert par P. .1. Mariette; à sa vente il fut payé 1070 livres par le duc de la Vallière; vendu 1,610 fr. en 1783, et acquis par Debure pour Le Camus de Limaretà la vente de celui-ci enfin (1786), il fut acheté 1,280 liv. pour la Bibliothèque du roy.

Mariette, qui ne se contentait 'pas d'être le plus savant des iconophiles, mais joignait, au goût le plus délicat en fait de livres, un sentiment exquis de la forme, un \rai bibliophile en un mot, lit relier par Derome, en mar. r. a petits fers d'un charmant modèle, avec une large dentelle, et doubler de tabis le précieux volume; de plus il fit imprimer, en car. rouges et noirs, et mil en tête un titre spécial, ainsi conçu : n Ars Moriendi, opus, si structuraux spectes, nultius momenti, sed quod ab eo, typoyrapltia, ars nobitissima , c.vordium smnpsi'rit, mtttti pretii. baurentius Joannes Costerus, ciris llartemcnxis, excudebat, ut aiunt, rirai annum 11. S. IL CIO. CCCCXL.

« E putvere, in quo forsan adliuc jaceret, émit, et nitidiori tegumento decoravit P. J. Mariette, Hibliopoia Parisiensis ».

En regard de ce titre, et en conséquence de cette attribution qu'il revendiquait hautement (alors la fable de Coster était chose nouvelle et passionnait nombre d'amis des livres ! ), Mariette mit un précieux portrait de L. Coster remarquablement gravé par j. V. Velde. Voilà pour le décor extérieur.

Le volume est composé de 13 ff. de texte, imprimés d'un seul côté, et de 11 planches de la grandeur des pages; les pages sont entourées d'un simple trait noir.

I" f. Ars moriendl, 27 lig.

H' f. (Suite de Pavant-propos), 30 lig.

IIIe Image gravée.

IVe Temptacio Dyaboli de fide, 28 lig.

Ve Image.

VIe Bona inspira angeli de fide, 31 lig.
VII" Image.

VIIIe Templatio Dyabo de despacione, 31 lig.
IXe Image.

Xe Bona Isplracio migli' (Jir) contra despacoem 28 lig.

S

ARS MORIENDI 68

(.7

XIe Image.
XIIe Tcmptacio dyaboli de ipaciencia, 27 lig.
XIIIe Image.

XIVe Bona Tspiracio angn de paciècia, 37 lig.
XVe Image.

XVIe Temptacio dyaboli de vana gloria, 25 lig.
XVIIe Image.

XVIIIe Bona Ispiracio angtT contra vanï gloriS, 29 lig. XIXe Image.

XXe Tcmptacio dyaboli de Auaricia, 27 lig.

XXIe Image (avec trois tonneaux, voy. Sotheby & lleinecken).

XXIIe Bona Ispiracio angll cGtra auaricia, 31 lig.

XXIIIe Image.

XXIVe 32 lignes sans litre.

Les pp. 10, 12, l'i. 10, ont une place laissée en blanc pour la capitale gravée qui commence le texte.

Le caractère de cette belle xylographie est d'une grande irrégularité ; les pages manquent absolument d'uniformité; les espaces sont inégaux ; la 1V page surtout est extraordinairement compacte; les caractères sont taillés en raison du texte à reproduire, allant en grossissant quand il y a peu de copie; en diminuant, au contraire, quand le commentaire est considérable.

Les caractères sont bien ceux que Jadis on nommait : caractères de forme.

Les capitales sont gravées au double trait mince et disposées pour l'enluminure.

La hauteur totale est (mesure prise en dehors des traits) de 191 millim., la largeur de 142, la hauteur des planches varie de 13b à 130 millim., la largeur de 97 à 100.

Le papier est très-fort, résitant, à pontuseaux larges et apparents; la marque est parfois le trèfle ou quintefeuille, parfois la roue dentée, dite roue de Ste-Catherine.

Le volume est imprimé au frotton du Cartier; l'encre est régulièrement pâle et bistrée.

Après avoir vu ce bel exemplaire, M.Sotheby; fils, (sou père, on s'en souvient, avait écrit ses l'rincipla typographica , sans avoir vu les xylographies de Paris, Munich et Vienne), écrivit cette note: « Perfect tliis tlie Mariette'» copy is an earlier and muclt flner copy than thèse in tlie Spencer and Jlritish Muséum libraries ».

Un bel cxempl. de l'édition de cette xylographie classée par M. R. Weigcl comme la première de toutes les éditions de VArs Moricndl, ce qui est parfaitement discutable : 7150 lhalers T.-O. Wcigcf (1872). — Un exempl. médiocre de la 7e édition (suiv. lleinecken), relié en mar. vert, avec quelques mouillures, 1,200 thalers T.O. Weigel, acheté par M. Clément, de Paris. — Un second cxempl. de la même édition; l'impression est inoins belle et on peut signaler quelques différences aux pp. 26 et 27, en mar. bleu, 1,245 thalers T.-O. Weigel.

ARS MORIENDI.

Au Ie' f., en deux lignes : Tractatus breuis ac valde v tilis de artc et scientia benc moriendi.

A la fin (v° du dernier f.) : Ans Moriendi, en trèsgrands car. ombrés gr. sur bois et tirés sur fond noir, et au dessous, en car. goth. mobiles : C\m orationibvs pvlchcrrimis dicendis circa agonisantem. S. I. il. d., in-4, de 20 ff., avec 12 pl. xylographiqiics de la grandeur des pages, (le titre final forme la 12e); les pages entières avec explication ont 36,37 et 38 lignes.

Les car. mobiles, dont s'est servi l'imprimeur, ont été comparés avec soin par M. Claudin, libraireexpert , et reconnus uour partie identiques a ceux

qu'employait P. Metzinger, le proto-typogr. de Dijon; mais comme le car. est usé et que bon nombre de lettres sont absolument différentes, M. Claudin en tire cette déduction assez plausible que le matériel de l'imprimerie de Dijon aurait passé dans les mains d'un nouvel imprimeur, auquel serait due l'impression de ce curieux monument xylographique.

Le filigrane du papier se compose de la roue denU'e qui se voit fréquemment sur les papiers de Lyon au XVe siècle, et de la lettre B.

Les planches sont toutes signées du monogramme I. D., que M. Claudin croit être la marque de Jean Duvet; il faudrait alors faire remonter l'exécution de ces belles pl. à 1510 au moins, époque à laquelle l'auteur de l'Apocalypse aurait eu environ 25 ans. Le fait n'est pas impossible, mais a cependant besoin de confirmation.

Un exempt, de cette précieuse xylographie a été adjugé au prix de £7, sh. 15 à la v,eLibride 1862 à Ixindres; un autre (peut-être le même, relié à nouveau), acquispour le cabinet des estampes de la hibl. nat., 460 fr. a la vente Randin et Roslain de Lyon.

— L'édition typographique, imprimée par Nicolaûs Goctz de Slcltstadt, imprimeur à Cologne de 1474 a 1478, pet. in fui., goth., fig. s. b.; exempl. incomplet du premier f. contenant la préface et le texte relatif a la première pl., 100 th. 15 gr. Weigel.

— ARS MORIÊDI ex va || rijs scripturarfl sententijs collecta | cQ Uguris ad resistrndû in mortis (I agone dvabolice sugestioni valès || cuilibet Christi fideli ulîlis ac mul || tum necessaria. 5. f. n. d., (Lipsix, Conrad K<ichelofen,Ae 1489 a 1495), 14 ff. contenant 14 planches gr. d'un côté et 13 ff. de texte de l'autre cûlé, pet. in-4, en mar., 103 th.

10 gr. Weigel, 1872.

— La riche collection Weigel contenait plusieurs autres éditions ou fragments de VArs moriendi en allemand, imprimées: à Leipzig, en 1494 (95 th.); par Melchior lxitter à Ixipziq, en 1507 (74 thaï.); par Johann It'eyssenburger » Xilrnberg, s. d.,

c 1504). (66 thaï.); une autre édit. de \ùrnbcrg, Weysscnburger, 1512 (71 thaï.) ; enfin une 3e édit. typogr. de IVeyssenburgcr a Landshut en 1514 (84 thaï.).

— ARS Moriendi. Quamuis secundum philosophe^ etc., f. 1 (v°) col. 2. Temptacio dyaboli de hde... f. 12 i" col. 1, lig. 1 : si agonizans'loqui et usum, etc.. col. 2, à la fin : Et tantum de Artc moriendi. S l. n. d. {Colonial, apud Ilenric. Ouentell, c' 1480), in-4, de 12 ff., à 2 col., avec 11 fig. xylographiques, sans chif., réel, ni sign. II.un. 1831), précieux vol. 750 fr. Tross, (1869).

— ARS MORIENDI. |l (Q) Vamuis sîdiîi philosopho'4 tertio ethicorû. Olm terribilium || mors corporis sit terribilissiraa : etc., à la fin : (v° du f. 11). Et HTi de artc moriêdi qS ars artium. S. t. n. d., in fol., goth., sans ch., réel., ni sign. 12 ff. avec

11 gr. s. b.

Édition fort ancienne, que ne citent ni Brunei, ni Ilaln; elle est imprimée en car. mobiles à longues lignes, tandis que celle attribuée à Quentel, de Cologne, est a deux col. M. Weigel de Leipzig en attribue l'impression a Mcolas G6U de Schelestadl, impr. a Cologne de 1474 à 1478; il existe des épreuves de ces planches avec un texte xylographique aux musées de Berlin et de Harlem ainsi qu'a Wilton-llouse. 1250 fr. catal. Tross.

Ars Moriendi ex variis sententiis collecta cum figuris ad resistendum in mortis agone dyabolice suggestioni valens cuilibet Christi fideli utilis ac mullum necessaria. In ciuitate Ijindcshutensi ducal!, apud 1. W. anno millesimo quingentesimo decimo quarto, in-4, avec 60 belles et intéressantes pl. gravées sur bois.

Les initiales I. W. indiquent le typographe de Nuremberg, Jean Weyssenburger, dont nous venons de citer une importante production; nous avons donné, dans un autre livre, l'histoire de son établissement i Landshut.

— ARS MOBIEXDI. Tractatus succinctus ac valde || Ttilis de arte et scientia perfe [| cte viuendi bcneqi mon H endi : varijs historijs || ac orationibus || illustratus, (marque de P. Mareschal). A la Tin, au r° de Eiiij : Finis. || Impressum Lugduni a J'elro Mareschal. \\ s. d. (c* 1500), pet. in-4, goth., de 20 (T., sign. A-Eiiij par 4, avec 11 belles et grandes planches gravées sur bois.

Porté a 500 Ir. au IVe cat. Tross de 181a.

Est-ce la même édition que celle que nous trouvons décrite au cat. Libri de Londres, 1862, le lait n'est pas impossible; mais alors la description en aurait été rafraîchie.

Ars MOMzroi. Eyn loblich und || nutzbarlich puchelcin von dem ster || ben, wic ein ytzlich christen mensch recht in warem christen |f glau

tx-ii sterben sol (au v° du 15 f.) : — Gedruckt

zu Xurmberg durch || lier Hansen Weyssenburgen \\ Am erichtag nach Ijetare || Im neunten lar. (1509), pet. in-4, goth., de 16 0*., avec 13 fig. en bois, de la grandeur des pp., dont 11 entourées de bordures; le 16e f. ne contient que la grande et belle marque de l'imprimeur.

200 fr. au VI' cat. Tross (1873).

ARS NUMERANDI. Incipit côpendiosus tractatul; quin || tupliciu dicônû numeraliû.. (In fine : )Opusculû paû d. dicônibb' nûalib; finit. (Absque nota, sed Ulrich Zell, c* 1471), in-4, goth., de 5 ff., sans ch., réel, ni sign.

• Tout annonce, dit M. Libri, auquel nous empruntons ce titre, que cet opuscule a paru avant le célèbre Abaco de Trévise, 1478, et qu'il peut être considéré comme le plus ancien livre sur l'Arithmétique qui ait été imprimé. £ 6. Libri (1862).

On a eu longtemps l'habitude d'attribuer à Dlrich Zell la paternité de tous les incunables allemands des débuts de l'imprimerie, qui ne portent ni le nom de l'imprimeur, ni le nom de la localité oh ils ont été exécutés; les savants travaux de M. Maddcn et la constatation de l'existence d'un atelier des frères de la vie commune à Waydenbach nous permettent d'émettre l'hypothèse que l'on doit renvoyer a ces doctes et modestes typographes l'attribution de cet • Ars numerandi ».

ARSÈNE (Le P.). Dernière lettre du révérend Père Arsène de Paris, étant de présent en l'Inde Occidentale, en la côte du Brésil, en une île nommée Maragnan, qu'il envoie au Rev. P. Provincial des Capucins de la province de Paris (27 août 1012). Paris, J. Nigaud, 1613, in-8. 25 à 30 fr. Pièce rare et recherchée.

Cette lettre et celle du P. Claude d'Abbeville (voy. ce nom) ont été réimprimées à Paris, chez D. Langloys, 1613, in-8; on y a joint la relation du sieur Dumanoir.

ART (L') de bien traiter, divisé en trois parties, ouvrage nouveau, curieux et fort galant... exactement recherché et mis en lumière par L. S. R. Paris, Fréd. Léonard, 1674, in-12.

Livre rare et curieux ; vendu, en mar. r. rel. de Trautz, 150 (r. Picbon.

ART (L') de bien vivre. Paris, Ant. Ve

rard, 1492, pet. in-fol., goth., fig. s. b. [1730]

Celle édition est bien décrite au .tfonuel.-l'exempl. Solar a été vendu 805 fr. «vaudrait plus aujourd'hui. Un bel exempl., dans une très-belle reliure du vieux Niédrée, a été vendu 1205 fr. ïéméniz; il venait de llich. Iléber.

— Dans la même vente ïéméniz figurait l'édition de Paris, Henry Pacquol, s. d., in-li, goth,, sans ch. ni réel., avec sign. A. Y. par 8, h l'exception du dernier cahier par 4, à 2 col.; les fig. sont la copie de l'édit. de Vérard (400 fr).

— L'édition de Rouen, Jean Crevel, s. d., in-4, goth., à 2 col., fig. s. b. 190 fr. Chcdeau.

ART et science (Sensuit L' ) de bien parler et de soy taire, moult utile à scauoir et entendre à toute personne. Nouuellement imprime à Rouen {chez Robinet Macé), s. d. (vers 1510), pet. in-4, goth., de 6 ff. [13414]

En mar. de Kochlcr, 215 fr. baron P.; — 270 fr. Potier.

ART (L') science et praticque de'plaine musique || tresutile profitable et familière nouuellement côpo || see en francoys moyennant laquelle vng chascû por || ra côprendre pratiquer f sauoir p soy mesmes f pueir (sic) \\ a grant congoissâce P pfectiô en lad" sciêce de musique. — suit la grande marque de l'imprimeur Gaspard Philippe; (A la fin: ) Imprime a Paris par Gaspard Philippe demou \\ rant en la rue sainct iaques aux deux daulphins cou \\ ronnes au dessoubz saint yues, s. d., pet. in-8, goth., sign. musique notée. [10120]

Communiqué par le baron J. Pichon.

ART (The) of illuminating as practised in Europe from the eariiest times, illustrated by borders, initial letters and alphabethsselected and chromilithographes by W. R. Gymms, with an essay and instruction by M. Digby Wyat. London, published by Day and son, 1860, in-4.

Splcndidc publication, ornée de 100 grandes pl. 66 fr. Curmer.

ARTE de la Lengua Tarasca. S. I. n. d., pet. in-8 de vi ff. et 102 pp.

62 fr. vente faite par M. Tross en novembre 1868.

ARTEFEUIL ( Louis Ventre de la Touloubre). Histoire héroïque et universelle de la Noblesse de Provence. Avignon, 1776, 2 vol. in-4, avec 8 grandes planches d'armoiries. 100 fr.

ARTENICE (L'). S. I. n. d., in-8, de iv ff. lim., et 118 pp. chiffrées; (les chiffres des pp. 85 et 86 se trouvant répétés donnent le nombre réel, bien que le dernier f. soit coté 116.)

Pastorale qui est restée Inconnue aux bibliographes dramatiques, mais qui, dénuée d'intérêt et d'action, ne méritait guère la longue note que lui

[ocr errors][merged small][ocr errors]

a consacrée le rédacteur du cat. Vémrniz; elle a pourtant atteint, grâce a une splcndidc rel. ancienne, le prix de 150 fr. a la vente de ce célèbre collectionneur; revendu 120 fr. cat. Tross, en 1869.

ARTICLES accordez entre le Roy de France et le Roy de la Grande Bretaigne, pour le commerce des François et Anglois. Paris, 1623, in-8. Pièce qui a une certaine importance économique.

8 i 10 fr.

ARTICLES accordez par le grand seigneur en faueur du Roy et de ses subieetz au sieur de Guerinè, trésorier de France , son ambassadeur en Turquie, pour la liberté et sécurité du Traflic, commerce et passage ès pays et mers du leuant. Paris, 1570, in-4."

Pièce intéressante et peu commune. 12 à 15 fr. ARTICLES contenant les causes qui ont meu le Roy nostre sire Henry deuxiesme de ce nom très chrestien, à faire la procession générale a Paris, ville capitale de son Rovaume, le quatriesmeiour de Iuillet 15-19. A Paris, chez Andry Roffet dict le Faulcheur, demeurai en la rue neufue Nostre-Dame denàt saincteGe» neviefue des Ardents, a l'enseigne du Faulcheur, 15-19, pet. in-4, de 4 £T.

Pièce non citée par Le Long; c'est le récit d'une procession faite a Paris, pour la conTusion des hérésies anciennes et nouvelles. 50 fr. Tross (1866); l'cxempl. acheté par M. Potier a été revendu 555 fr. en 18;0.

ARTICLES des injonctions, deffenses et déclarations faictes (f publiées en la court de Parlement pour lobseruation de la justice ès causes venant en ladicte court. A Paris, chez Jean André, le vie iour de lancier, M. D. XXXVI, iu-8, goth.

25 à 30 fr. au moins.

ARTICLES et conditions sur lesquelles les marchands négociants du Royaume supplient le Roy (le leur accorder sa déclaration et les grâces pour l'établissement d'une compagnie pour le commerce des Indes Orientales. A Paris {Amsterdam, Elsevier), 16(55, in-12, de 23 pp.

ARTUS. Sensuit le preux || Chevalier Artus de Bretaigne, traictant de || merueilleux faitz. Imprime nouuellemêt a Paris en la |] rue neufue Rostre dame a lê || seigne de lescu de France... XXXVI. (A la fin : ) Cy finist le Hure du vail || lant Cheualier Artus, filz du Duc de Bretaigne || Imprime nouvellement a Paris par Alain || Lotrian Imprimeur et libraire demourant |] en la rue neufue Nostre Dame a lenseigne de || lescu de France. S. d. (après 1518), pet. in-4, goth., à 2 col., avec fig. er. bois ; sign. « - zr et A-M. Chaque cahier a 4 ff.,

à l'exception du premier, qui en a 6. [17027]

M. Tross a cité le premier cette édition évidemment fort rare, mais peu précieuse; il a cependant pu la porter à 700 fr. dans un de ses calai, de 1805, et la vendre à ce prix exagéré alors, peut-être Irop modéré aujourd'hui ; nous croyons que cette édition est la mttne que celle qui est indiquée dans le Manuel, sous la rubrique d'Alain Lotrian et Denis Janot. c'est-à-dire avec un titre réimprimé, ce qui se faisait si souvent quand plusieurs libraires se partageaient un tirage.

— de Bretaigne. Paris, Michel le Noir, 1502, pet. in-4, goth., fig. s. b.

Untrès-lM'l exempt, dans une richissime reliure de Chambolle-Buru, 3,500 fr. Tuftou.

— de Bretaigne ( Sensuit le preux chevalier). Paris, veufue feu, Jehan Trepperel, s. d., in-4, goth., à 2 col., fig. s. b. [17027]

En anc. rel. mai', (excmpl. Secousse), 300 fr. l'éménii.

Pari', Xicolas Honfons, 158a, in ù, fig. s. b. lett. rondes à 2 col. (excrnpl. Audenet), 260 fr. Yéméniz ; et ne valait pas la moitié.

ASCH.VM (/.of/rr). English Uorks. [19330]

L'édition de 1815 n'est pas la dernière:

— YYORkS collected and revised with a life by Giles. Lundon, 1865, 3 vol. in-12.

Epistol.c, poemata. Hanovia, 1602, in-12; 105 fr. mar. Solar, n° 2333; exenipl. de de Thou.

M. Brunet, qui consacre au poh graphe anglais une notice assez détaillée, omet une pièce qui offre un certain intérêt aux collectionneurs français:

— A Report and Discourse of the affaires and state of (iermany, and the Emperor Charles bis Court, duryng certaine yeares (1550-52), while the said Roger was Uwrc'Loudtm, by John Daye, 1552, In-A, goth., de 36 ff.

Cette pièce est considérée par le I)r Campbell comme l'un des documents historiques les plus ingénieux et les plus intéressants qui aient jamais été écrits en anglais; il en existe deux réimpr., l'une sans date et l'autre de 1570.

ASSAULT(L') de Paradiz du Chevalier spirituel. S. I. n. d. (marque d'A. Vérard à la fin), in-8, goth., de 27 If., fig. s. b.

Livret inconnu jusqu'à la vente Pichon, où il atteignit le prix de 65 fr.

ASSEDIO (L'j e presa di CafTa per li Turchi. S. I. n. d. (Fvnezia, vers 1475), in4, çoth., en prose, deO ff. dont les pp. entières ont 29 et 31 1.; il commence et finit par une pièce de vers, la première avec la date de 1475.

£2. Sh. 12 Libri.

ASSIER DE VALENCHES. I^es Fiefs du Forez. Lyon, L. Perrin, 1858 , gr. in-4 , pap. teinté, fig. et blasons.

— Recherches sur la noblesse de l' Assemblée bailliagère de la province de Forez, convoquée à Montbrison en 1789. ( La nouvelle Diana ou Arnijorial. Pièces justificatives. Le monument de Feure, etc.) Lyon, Louis Perrin, 1800, gr. in-4, pap. teinté, fig. et blasons.

Ces deux Itcaux vol., imprimas avec le soin et le luxe que donnait à ses éditions le regrettable Louis Perrin, ont été tirés à 120 ex., qui n'ont pus été mis dans le commerce. 150 à 180 fr.

ASSOUCY {Ch. C. d'). Le Jugement de Paris, en vers burlesques, par M. Dassoucy. Paris, Quinet, 1648, in-4, de 14 ff. prél., 92 pp. et 2 ù. non chif., 2 gravures. 5 à 6 fr.

— A SON Altesse Sérénissimc Madame Marguerite I.ouyse d'Orléans, sur son mariage avec S. Alt. Sér. Cosme de Médicis, prince de Toscane. A Florence, 1661, in-û.

Pièce fort rare; aux pp. 20, 21 et 22, un curieux parallèle entre Paris et Florence. 12 à 15 fr.

Ovide en belle humeur. Paris, Gabr. Quinet, 166a, in-12.

En mai: de Koehler, 210 fr. Yéméniz.

ASTABLOV {D. P. de). Apologia de la lengua Bascongada , o ensayo criticofilosofieo de sa perfection y aiitiguedad sobre todas las que se eonocen, por Don Pedro de Astarloa. Madrid, 1803, in-4.

Ce volume est assez recherché; l'auteur prouve que la langue basque ou cskuaru est la plus ancienne, la plus noble et la plus riche (les langues pariées. 14 fr. Burgaud des Marets. Cet ouvrage fut atuiqué par D. J. A. (xmde, l'auteur de l'Histoire (If ta dominalion des Arabes en Espagne ; à cette i iolentc diatribe D. IVdro de Astarloa répondit par:

Reflexiomes filosofiras en defensa de la Apologia de la Lengua Bascongada, o' respuesta a la censura criticadelcuradcMontucnga. Madrid, Cano, 1S0U, pet. in 8.

8 fr. même vente.

ASTIER (B.). Le Bouquet delà feintise, lié d'une soye desliée par la constance, et que l'amour a faict d'un lis et d'une rose sans espine, où sont ensemble pliées les amours fleuries du baron de Bellerose et de la marquise Desbeaulis, descriptes

Sar Bernard Astier, advocat du païs 'Auvergne. Lyon, P. Higaud, 1610, in12.

Livre annoncé comme fort curieux au calai. Turquety, et de plus comme seul exempt, connu.

ASTROLOGUE (L') amoureux contenant la façon de cultiver, planter et recueillir tout ce qui se sème en amour (par Godenot). Paris, Lotjson, 1657, pet. in-12, de 4 (T. prél. et 68 pp., front, gr. parL. Spirinx. 8 à 10 fr. [18003]

ATH.YNASIO. Del Matrimonio de preti e délie monacbe. S. I. n. d. (Basilea, Giacomo Parco, vers 1550), pet. in-8, de 12 (T.

Cette pièce curieuse figure pour la première fois au caUil. du Pasteur Conod, oii elle est vendue 78 fr.

Copia di una lettera scritta a nu di (iennaro 1550, nella qualc sono alcune nuoue di ilermania et d'Inghillerra, cerca la religione. S. I. n, d. {Basic, 1550;, pet. in-8, de 12 fT.

Pièce inronnue, dédiée aux ■ Fratelli d'Italiaa, et vendue 51 fr. en 1867.

AUBE (/«?«;. Lamentation de la France

sur le décez de Magdaleine de Thunmie comtesse de Tende |] auec quelques autres compositions en vers. Parts, J. de Gourmont, 1581, in-4. 15 à 18 fr. (Voy. Aulbe).

AUBERT (Esprit). Les Marguerites poétiques tirées des plus fameux poètes français tant anciens que modernes. A Lyon, par Barthélémy Ancelin, 1G13, in-4, front, gr., sign. •{•— LLLLII, 1215 pp. chiffrées, avec iv ff. lira, et xiv If. pour la table et le privilège; il est à remarquer que le cahier KRK n'est que de 4 ff. [13645]

— Enmnr. de Duru, 195 fr. vente Techencr (avril 1865). En mai: 175 fr. W. Martin.

AUBERT (Guillaume). Histoire de la Terre Saincte conquise parlesChrestiens sur les Barbares soubs la conduite de plusieurs princes de France. Paris, Philibert Gaultier de Roville, 1562, in-4. [23047]

C'est le titre exact d'un livre qu'indique seulement le Manuel.

— Elégie sur leTrespas de feu Joacbim l)ubellay, Angevin, par G. \ubert de l'oietiers, aduoeat à la court de Parlement de Paris. Paris, de l'imprimerie de Frédéric Morel, 1561, in-4, de 10 pp. 20 à 25 fr.

Un bel exempl. relié par Duru est porté au rat. à prix marqué du libraire Fontaine au prix exagéré de liiO fr.

AUBERY (Jean). Les Bains de BourbonLanci et L'Archambauld. (A Paris) chez Adrian Périer, 1601, in-8, titre gravé.

Les livres Ihermo-desrriplifs étant assez recherchés depuis quelques années, celui-ci vaut bien de 8 à 10 fr. 11 faisait partie de la collection l'aveu, uuj. à la Bibl. nation.

AUBIGNÉ ( Théod. Agrippa d'). Mémoires de d'Aubigné publics par Ludovic Lalanne. Paris, Charpentier, 1854, gr. in-18, de xn-468 pp. [23661]

Ces mémoires parurent pour la première fois sous le litre d'Histoire secrète à la suite du Baron de Fœnclte, édité par Le Ducliat en 1729, 2 vol. pet. in-8. Ils furent réimprimés en 1731 aver d'antres pièces. Buchon a reproduit le texte de celte 2e édition dans le Panthéon littéraire. Le premier éditeur a modernisé le style si énergique dans sa concision de d'Aubigné. C'est bien pis encore dans l'édilion de 1731, qui ne présente en quelque sorte que la paraphrase du texte réel; des récits sont tronqués ou allongés, des pages entières supprimées, des anecdotes plus que suspectes intercalées.

Lalanne a suivi l'excellent texte d'un manuscrit qui existait à la bibliothèque du Louvre, de douloureuse mémoire.11 en existe heureusement une copie fidèle à la Bibl. nation, et deux autres à l'Arsenal. L'original (autographe, dit- on ^existe a Genève et fait partie de la bibliothèque du colonel Tronchin.

Mémoires de sa vie... Amsterdam, J.Fréd. Bernard, 1731, 2 tom. en 1 vol. in-12.

En mai: de Deroine, 175 fr. baron P.

« 前へ次へ »