ページの画像
PDF
ePub
[ocr errors]
[ocr errors]

(No. CXLIX.) 15 FLORÉ A L an 12.

(Samedi 5 Mai 1804.)

MERCURE
DE FRANCE...

LITTÉR A TU R E.

PO É S I E.

LES NOUVE AUX GAM Á s.

JETTE: pièce est une traduction d'une ode
portugaise de Filinto Elisio. Elle a été composée
à l'occasion d'une ascension aérostatique de
M. Charles, en 1983. Son auteur est un des littés
rateurs les plus distingués dont le Portugal puisse
s'honorer aujourd'hui. Forcé de quitter sa patrie,
pour quelque démélé avec le Saint Office, il s'est
réfugié à: Paris, où, depuis vingt-cinq ans, il vit
tout-à-fait ignoré. C'est dans son exil que cê
moderne Ovide a composé la majeure partie de
ses vers. Ceux qu'on va lire ne peuvent que donner,

l'idée la plus avantageuse de la littérature portua
· gaise et du Parnasse lusitanien, si peu condus eni

T

France, et si dignes de l'étre. Cependant la traduction, quelque brillante qu'elle nous paraisse, n'égale pas tout-à-fait l'original, dit M. Sané, qui nous a envoyé l'une et l'autre , et fourni cette notice sur le poète portugais, en nous laissant, probablement par modestie , ignorer le nom du traducteur.

Nota. Nous ne connaissons pas davantage, ou nous connaissons encore moins, l'auteur de l'élégante traduction de Céix et d'Alcioné, que plus sieurs abonnés nous demandent.

C'est ainsi que jadis, d'un vol audacieux,
Dédale osa franchir l'immensité des cieux;
Et que, planant soudain au-dessus des nuages,
A ses pieds orgueilleux il foala les orages,
De l'empire des airs il traça le chemin;
Mais dans les noirs replis d'un vas[e souterrain,
La nature, en courroux contre ce téméraire,
Enferma son secret et sa prudence austère :
Contre un desir fatal voulant nous prémunir,
En déroba l'entrée aux races à venir,
Et les enveloppa d'un voile de ténèbres.
Mortels ambitieux ! pour que vos noms célèbres
Passent de siècle en siècle à vos derniers neveux,
Que ne surmontez-vous ? Quel précipice affreux
A vos bouillans desirs peut servir de barrière ?
Les héros, emportés par leur fureur guerrière,
D'un regard intrépide, en volant à l'honneur,
Ont fixé du trépas le glaive destructeur ;
Ils ont, d'un fer sanglant dirigeant la victoire,
De leurs noms redoutés éternisé la gloire.

« 前へ次へ »