ページの画像
PDF
ePub

Vous voilà tombé dans le piége!
Qui l'eust dit que ce priuilege
Que vostre interprétation
A couuert de confusion,
Ce priuilege raisonnable,
Le seul recours d'yn misérable,
De n’estre qu'vn iour en prison
Par tyrannie et sans raison,
Et par vne prompte audience ?
Pouuoir monstrer son innocence;
Que ce priuilege si doux,
Qui ne sera meshuy pour vous,
Vous eust vn an après fait faute?
Vous comptiez bien lors sans vostre hoste.
Mais trefue de Moralitez.
Reuenons à nos Députez,
Qui dès que dans la conférence
Ils eurent veu Son Eminence,
La regardans à plusieurs fois,
Firent le signe de la croix, ;
Esbahis de reuoir vn homme .
Qu'ils croyoient de retour à Rome,
Et dont les François quelque iour
Auroient regretté le retour.
Mais cependant pour la grimace
Et pour plaire à la Populace,
On le pria de s'en aller
Auant qu'on se mist à parler ?.

Les mains humblement lui baisèrent

Et de ce pas le renuoyèrent. ? Samedy six , la Ville fit

Ordonnance qui déconfit
Messieurs de la boulangerie,
La farine désenchérie
Par les bleds que l'on apportoit,
Personne ne s'en ressentoit;

7 mars.

8 mars.

Le Dimanche, ie vis vn homme
Qui disoit que vers Bray sur Somme
L'Archiduc auoit desià beu,
Et que vers Guise on auoit veu
Voltiger les trouppes d'Espagne,
Que le Duc Charles en Champagne
Près d'Auennes se promenoit,
Et forces trouppes qu'il menoit.

Lundy qu'il estoit inutile,
Le Régiment de nostre ville,
Leué non sans beaucoup de frais
En vn temps qu'on faisoit la paix,
Ioignit l'armée à Ville-Iuifue,
Qui de loin luy criant, Qui viue?
Il creut qu'il estoit desià mort,
Et demanda quartier d'abord.
Il estoit fait de lansénistes,
D’Illuminés et d’Arnaudistes,
Qui tous en cette occasion
Requéroient la confession
Dont ils auoient blasmé l'usage.
l'ouïs vn de ce badaudage
Qui demandoit à Dieu tout bas
La grâce qu'il ne croyoit pas.

Ce iour, la Cour tira de peine
Le Grand Mareschal de Turenne",

Monsieur le duc de Luynes, janséniste, en estoit Mestre de camp.

Si bien qu'il conuint faire vn ordre
Que les appresteurs de quoi mordre
Eussent à mettre sur leurs pains
Combien de liures et de grains
Pèsent ceux qu'ils mettent en vente,
Sans qu'aucun y manque ne mente,
Sur peine d'vn amendement
Et d'exemplaire chastiment.
Qui n'a voulu seruir la haine
Et la passion de la Reine.

Tenu coupable à Saint Germain
Pour n'auoir pas presté la main
A la ruine de la Fronde
(C'est comme parloit tout le monde
Du prétendu party Royal).
On disoit de ce Mareschal
Que pour nostre ville affamées
Il auoit offert son armée.

A
Nostre Parlement l'accepta,
Et dès ce jour mesme arresta
Que Déclaration et bulle,
Toute Sentence seroit nulle,
Et tout Arrest fait contre luy;
Ordonnant que dès auiourd’huy
Il reuint s'il pouuoit en France;
Et de plus pour la subsistance
Que cent mille escus il prendroit
Ez receptes qu'il trouueroita.

Le Mardy, la Cour estonnée
Sur la remonstrance donnée
Par le Procureur Général

9 mars.

'Arrét de la Cour de parlement donné... en faueur du mareschal de Turenne, etc. [253].

[blocks in formation]

Que quelqu'vn du party Royal'
Fist déliqrer l'autre semaine
Sous l'authorité de la Reine
Des commissions à certains,
Aux Damillis, aux Lauerdins,
Aux Galerandes, aux Courcelles
De lever des trouppes nouuelles,
Ausquels et tous autres deffend
Haute et puissante cour qui pend
Ceux qui sa volonté violent,
Que plus de soldats ils n'enrollent
Sans vn royal commandement,
Approuué par le Parlement;
Deffence à toute ame guerrière,
Gentilhomme ou bien roturière,
De prendre employ ny s'enroller,
Sous peine de dégringoler
Du haut de Noblesse en roture,
Ou de roture en sépulture;
Veut que les villes et les bourgs
Courent dessus eux comme à l'ours,
Qu'ils s'assemblent à son de cloche,
Qu'à pied, qu'à cheual, ou par coche
Ils courrent après tels soldats,
Et qu'ils leur rompent les deux bras.

Le dix, on sceut qu'en Normandie ,
Pour ioindre à l'armée ennemie,
Le Baron de Marre leuoit
Le plus de trouppes qu'il pouuoit :
Mais que Chamboy, guerrier habile ,
Lieutenant du grand Longueuille,

10 mars.

I Qu'auoit Monsieur le Cardinal. .. ? Arrel de la Cour de parlement portant défense à tous gentilshommes et autres de faire aucunes leuées de gens de guerre, etc. [254].

Avec cinq ou six cens cheuaux Ayant poursuiuy ces Royaux', Sceut que dans le Chasteau de Chesne Ces gens qu'on faisoit pour la Reine, Auoient esleu leur rendez vous. Il y courut tout en courroux, Et par vn plaisant artifice Faisant faire halte à sa milice, Luy trentiesme quittant le gros Vint à Chesne tout à propos, Où sans dire qu'il fust des nostres, Il fut receu comme les autres, Qui beuuoient tous comme des trous, Et qu'on tua comme des poux; Car Chamboy s'estant fait connoistre Se rendit aisément le Maistre Et les prit tous ou les tua: Comme vn second Gargantua ?.

! Poussant après les Cardinaux.

Ieudy de mars onzième jour,
Le Parlement régla la taxe
Faite à Paris et non en Saxe
Pour entretenir le soudart,
Auec rabais aux vns d'vn quart;
Ordonnant pourtant que les droles
Qui seront compris sur les rooles
De cette diminution,
Faute de satisfaction,
Demeureront déchus d'icelle
Et par vente de leur vaisselle
Par bons exploits et bons recors
Ils seront contraints et par corps
A payer les premières sommes
Auxquelles on taxa les hommes;
Et qu’ainsi tous autres nommez
Sur les rooles seront sommez.

Autre Arrest permission donne
A toute sorte de personne

« 前へ次へ »