ページの画像
PDF
ePub

vostre royaume et de toute la chose publique, et aussi apperte contradiction. Car il se dit bien avoir fait, et conséquemment il requiert mérite et rémunéracion, et toutesfoiz veult il dire que vous lui avez donné grace et rémission. Laquelle chose ne cheitmie en bien fait, mais en péchié et non en mérite. Et encores plus, car il ne fut onques advisé , ordonné ne parlé pour le salut de l'âme du défunct, pour quelconque satisfaction faire à la partie blécée. Laquelle chose vous ne povez ne devez par quelque manière pardonner ne remectre. Et par ce appert plus clèrement que ce que dit est, qui fut fait audit lieu de Chartres, fut contre tous principes de droit, contre tout ordre et principe de raison et de justice, en violant icelles en toutes choses et en tous défaulx si notoirement en tous ses principes. Pour quoy et pour toutes autres choses qui seroient trop longues à escripre, appert notoirement comme dit est, que tout ce qui fut fait audit lieu de Chartres ne vault riens et n'est point chose digne de récitation. Et se aucuns vouloient dire qu'il voulsist aucunement et se deust tenir, si est la chose moult clère par ce que cy sera dit, que le devantdit traistre vient directement contre ledit traictié, et par plusieurs et diverses manières icellui a efforcié et violé. Premièrement : car quelque chose que vous lui deissiez ou commandissiez et que doresenavant il ne vous forfeist ou procurast chose qui feust à nostre préjudice, dommage ou deshonneur, et que ainsi l'eust promis et juré, néantmoins a fait tout le contraire. Et pour cuider dampner la bonne mémoire de nostre trèsredoubté seigneur et père, et pour nous cuider perpétuellement destruire et deshériter, il a fait prendre

[ocr errors]

vostre bon et loial serviteur le grant maistre d'ostel', à qui Dieu pardoint, et l'a fait emprisonner et tourmenter et tellement que ses membres par force de question firent rompre par force de violence et de martire qu'il lui fist souffrir. Et s'esforça de lui faire confesser contre vostredit frère, nostre trèsredoubté seigneur et père, qui Dieu pardoint à l'âme , aucunement de ses charges, lesquelles autrefoiz faulsement et mauvaisement il lui avoit imposé, pour vouloir couvrir son très mauvais péchié. Et par ce, volt de rechef estaindre, effacer et dampner la bonne mémoire de vostredit frère, et tendre à nostre destruction. Et ledit maistre d'ostel fist mener au lieu de sa mort. Lequel, voiant sa mort devant ses yeulx, afferma publiquement et sur la dampnacion de son âme prinse, que onques en toute sa vie ne sceut ne perceut que nostredit trèsredoubté seigneur et père feist mal, ne trahison, ne autre chose qui feust contre le bien de vostre personne, et aussi pareillement [n'a] il fait, mais vous avoit bien servi tous les jours de sa vie. Et se il avoit dit aucune chose au contraire ou se il l'avoit confessé, si avoit ce esté par force de très inhumaine question et tourmens qui lui avoient esté fais, dont, comme dit est, il avoit tous les membres desrompus. Et ainsi, sur le péril de son âme et sur la mort que prestement il actendoit, il le prenoit. Et en celle affirmacion ainsi persévéra jusques à la mort, présens chevaliers et autres plusieurs notables personnes. Et par ce appert trop clèrement qu'il vient de fait et directement contre ce qu'il a promis et juré audit lieu de Chartres. En

1. Jean de Montaigu.

[ocr errors]
[graphic]
[ocr errors]

estat qu'il soit de ce royaume ne autre, qui puist avoir accès à vous pour quelque cause que ce soit, si non par la licence et congié de ceulx qu'il a à ce commis et ordonnez devers vous. A celle fin, a débouté et gecté hors de vous et de vostre famille les anciens et vaillans hommes et serviteurs qui loyaument vous ont servy, et leurs lieux a rempli de ses propres famillers et serviteurs, et d'autres telz qu'il lui a pleu, et en grant partie de gens estranges et à vous non congneuz. Et semblablement fist de nostre trèsredoubté seigneur, monseigneur d'Acquitaine. Ainsi despointa et demist voz officiers et par espécial en tous les services et offices de vostre royaume, et vos biens ou finances a laissié où bon lui a semblé, et à son singulier prouffit les a appliquez. Non point qu'il les ait aucunement despendus au bien de vous, ne en aucun relièvement de voz subgetz. Les autres, sur aucunes feintes et couleurs il a vexez, traveillez et desrobez, et à proprement parler les a despoullez de leurs finances, lesquelles en ses propres usages et privées utilitez il a appliquées et converties, comme ce est tout cler et tout notoire, à Paris et ailleurs, à son propre prouffit. Briefment, il a ouvert et introduit en ce royaume les voies de faire et commectre tous crimes et maléfices indifféremment, sans ce que punicion ou correction quelconques en actende estre faicte. Et tant que soubz umbre de défaulte et négligence d'avoir exercé et fait justice dudit fait très énorme et détestable homicide, plusieurs autres homicides, crimes et maléfices sont commis en plusieurs et diverses parties de vostre royaume depuis ledit cas advenu, disans, par lesdiz mesdisans et malfaicteurs, que aussi bien

[ocr errors]
[graphic]
« 前へ次へ »