ページの画像
PDF

Cuidez-vous, par menacier, Que vous m'aiez esloingnié 35 De celle à qui adrecier Me fist Amours par mestrie ? Au jour perdré-je la vie Que pour vous m'en partirai : Car belle et bonne la sai.

[graphic]
[graphic]
[graphic]

$@3 uilleurs me font mout souvent $ Lermer par leurs faus mesdis, - Merci, ma dame gentis — * Et soupirer très forment Guilleurs me font mout souvent. Ne les crées ; humblement Vous en proi, cum vrais amis : Car, po chantant mains jolis, Guilleurs me font mout souvent Lermer par leurs faus mesdis ; Merci, ma dame gentis.

[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

sq 5 racieusette,
# La très douce Gillete,
Dex vous doint très bon jour,
rMb Dex vous doint très bon jour.
Amé vous ai
En foi
Et aimerai *
Si je sai
Qu'envers moi
Aiez cuer vrai,
Si je sai
Qu'envers moi
Aiez cuer vrai.
Pour ce, doucette,
La très plaisant Gillette,
Dex vous doint très bon jour,
La très plaisant Gillette,
Dex vous doint très bon jour.

1. Le ms. répéte ici les deux derniers vers.

[ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[graphic]

# racieuse, faitisse et sage, , Jeune, à corps gentet dous visage, Lès à Paris - La plus belle n'ama Pâris. Hé Diex, je te proi que garis Soit de tout blasme A tous jours mès son corps et s'ame. Je proi pour li cum pour ma dame, Que j'aim en foi, et en suivant Je l'amerai mon vivant. C'est raisons que la doie amer. Car gente et douce est, sanz amer ; Dont n'ai mespris, Se je suis d'elle amer espris. Car m'onneur en croist, et mes pris ; Et plains d'envie Estoie, ains c'usasse la vie D'elle desirer à amie. Or sai que d'amer n'est : C'est joieuse vie et noblesce. Voire mès or changent li ver ; Car je m'en vois contre l'iver En terre estrange. Fortune ainsi pour touz se vange. Las je fais très doulereus change ! Quant departir

[graphic]
[graphic]

- -

M'esteut d'elle, vers quel part tir !
Miex me vauroit par mi partir. .
Dès ore mès pou me pris.
Adieu, ma dame de pris.
† cuer, comment peus-tu durer
Ne le congié prendre endurer ?
C'est maugré tien.
Guerredonné te sera bien ;
Quer à ma dame te les sien
Là demourras.
A li te doing ; tu t'i donrras :
Allieurs ne peuz, ne ne pourras.
Car si bonne est et sanz clamour
Que mon cuer en son commant
Li lès par amer.
Gage li lès de revenir,
el qui me fet souvenir
D'elle tous jours,
Ce m'abregera mes bons jours,
Et fera griès mes granz secours,
Qui sont amer ,
A moi qui me voi affamer.
De merci si me veil clamer,
Du mal qui me fait empirer.
Il me point et si me blesce
Le dous mau d'amer,
Si que par fine destresse
Me fait soupirer.
Se je soupir, c'est bien raisons.
Elle estoit de pès ma maison
Et mes confors.
Ore à nullui ne me confors.
Ainçois joie m'est desconfors
Dont qu'elle vieingne.

« 前へ次へ »