ページの画像
PDF

Chose ne me plaist qui m'avieingne.
Quar, s'ainsi est qu'il me sovieingne,
D'elle tout m'est let à mi,
S'amour n'a pitié de mi.
J'ai mau requis, ne veil pitié :
Quar le bien que j'ai d'amitié
S'amanriroit;
Quar amours de moi s'en riroit,
Et qui me het si s'en riroit.
Car de merci
Ne puis gouter, donc cuer nerci
Ai, celle là que je merci
De la douce vie
'ami et d'amie.
Ses amans fui à regarder
Son douz vis; dès lors vos garder
Sa belle née.
Puis la servi-ge mainte anée,
Si que d'elle me fu donnée
S'amour par grace.
Las ! or ne sai-je que je face,
Quant je ne puis veoir sa face,
Qui de biauté n'a pareille.
Qui la voit s'en esmerveille.
La douce plaisant ramembrance
D'elle me fait grant alegiance ;
Car il m'est vis
Souvent que voie son dous vis ;
Presentement lors sui ravis,
Et sent tel joie
Que je n'entens à riens que j'oie ;
Touz jours ainsi vivre voudroie ;
S'en † puis que m'en souvient :
Ma douce dame, de vous vient

La joie qui me soutient. A la foiz sui en grief penssée Qu'on dit pour longue demourée : Changon ami. Ce penser est très grief à mi; Souvent me fait le corps blesmi. A vous m'en plaing. Car certes pour ce, se loing maing, De bien amer point ne me faing. Pour ce vous pri, dame jolie : Ne vueillez entr'oublier moi, Qui vous aing sanz folie. Ne pourquant, par le vrai autel, Se vo vouloir savoie autel, Com fas le mien, Ne me soussiroie de rien. Las, qu'ai-je dit? il vaut miex bien Plus la moitiée. Ma dame, n'en soiez courciée. L'a fait pensée desvoiée Qui si me destraint; si vous proi : Pour Dieu, pardonnés le moi. Et je vous créans bonnement Que je, le plus prochenement Qu'onque pourrai, Retournerai, ne demourrai Plus; si je le fas, je mourrai, Car nus deduis N'ai; ainz sui si com vilains vuis , De rechignier nuit et jour duis, Et je à vous pens si igaument Que nulle part durer ne puis Sanz vous, que j'aim très loialment.

— Il n'i pert pas, biaus dous amis.
Ainz croi que vostre cuer a mis
Allieurs s'entente,
Que autre amez espoir plus gente ;
Ce me doulouse et me tourmente.
Hé demourée
Grief m'es et au mauves agrée
Et'à celle delis amée.
Quant le voir savoir pourrai,
Bien croi que de duel mourrai.
Que je die voir bien apert ;
Quer au partir le cors apert
De retourner
Ames ; or voi bestourner ;
Vo vouloir amours destourner
De ce vous fait.
Lasse! que vous ai-je meffait ?
Vostre estoie en dit et en fait ?
Mort, prens-moi, c'est ma pensée,
Je croiqu'il m'a #
Ne pour quant, quant de moi parti
A pour que son cuer ne parti
Pour le depart,
Lors me mene à une part
Et me dist : « S'ore me depart
No compaignie,
Ne sera l'amour departie ;
Tost reverrai ma § amie. »
Lors dis à qui, qui qu'il ennuie :
Alez, que Dieu vous conduie.
Au cuer oi lors si grant doulour
Que j'en perdi toute coulour ;
N'i puis de bouche
Ne pas dire : « Adieu, m'amour douche, »
Nient plus que se fusse une souche,
Si atournée
Fu, et à deul abandonnée
Pour celi qu'aim plus que riens née,
Si bel qu'autre ami ne ferai.
J'ai bel ami cointe et gai
Qu'Amours, à qui suis donnée,
Veult que l'aim, si l'aimerai.
C'est droiz; il est biaus et faitiz :
S'a cors gracieux et traitiz,
Et douce chière,
Loiauté sans manière chière,
Debonnaire à touz, ne pas chière.
Ne m'en puis plaindre.
Bien m'amoit touzjours et sanz faindre.
S'en dirai — ne m'en puis refaindre,
Puisqu'autre ami mon cuer n'a mie :
Par sainz Dieu , je sui s'amie.
Voire mès, je remaing chetive,
Si qu'il me desplait estre vive,
Et aim la mort.
Li esloigniers me point et mort.
Fortune à moi grever s'amort,
Et pource est, las !
Mon cuer triste et pensis. Ha! las !
Ne li plaist joie ni soulas
Pour tel manierette.
Jolie ne sui-je pas,
Mes je sui blondete
D'ami seulete.
Ou vostre amour est amanrrie,
Ou la moie est bien enforcie,
Car je d'anoi
Sens orendroit plus c'onques n'oi.

Le temps m'est grief, se de vous n'oi
, En bien parler.
Frans cuers, avanciés-vous d'aler.
Lors me verrés rire et baler ;
L'espoir qu'encor vous voie et j'oie,
C'est ce qui tient mon cuer en joie.
Mon cuer en plus ne se deporte,
D'autre part il se desconforte :
Car en doutance
Est, amis, que n'aiez nuisance.
Plus i pense qu'à ma grevance.
Plus curieus
En est fin cuer, dous, gracieus,
Aussi languit-il pour nous deus.
A vous pense adès, et l'atent.
Et, se vostre cuer n'est piteus,
Que fera le mien dejeteus, A
Qui si atent?
S'onques eustes nul meschief
D'amours, savoir povez le grief
Et le martire,
Qu'au cuer ai; tel ne le puis dire,
Mellé de duel mortel et d'ire,
Quant je m'avise
Que vostre cuer si po me prise
Qui souloit estre d'autre guise;
A po que n'en muir de mort dure ;
Diex ! vo cuer comment l'endure ?
Ainsi languis; ne, pour tourmente
Qu'onques souffrisse, n'oi entente
Qu'à vous cherir; . -
N'autre je n'aim, ne ne desir;
N'onques ne change mon desir,
Tant par amours

« 前へ次へ »