ページの画像
PDF

Vous aim, et ai fait par mains jours.
Pour ce me sont griès vouz sejours,
Que d'autrui n'ai envie.
Se j'en mens, Dex m'envoit touz iours
Meschief et longue vie.
Et, puis que je sui en tel point,
Dieu proi qu'aussi vous mette à point
Prochenement.
Lors sarez que mon cuer ne ment,
Qui si se plaint piteusement;
Car miex voudroie
Que mort nous deux meist à voie
Q'une autre amée je vous voie,
Voire moi souffrir assommer
A celi que je n'os nommer.
Je requier Amours, en ma fin,
Par qui j'ai servi de cuer fin,
Non paoureus,
A mon gré le plus amoureux
Du monde, et le plus savoureus,
Que très briement
Revieingne cil que doucement
Desir et aim parfettement
Lès moi, en voiant, en oiant :
Car je ne puis autrement
Avoir cuer lié ne joiant.

[graphic]

#$s, racieus temps est, quant rosier # Flourist, § l'osier. Lors en bosquet, =oClos de murs, fermant à loquet, En chantant. i. nouvau hoquet, M'alai jouer A pié sec, sanz moi embouer, Avec genz qu'on doit bien louer. Là, sanz estre mort de fourmi, Un petitet m'i endormi. Dormi voire, et songai. i. songe, Tel que toutes foiz mon frain ronge Qu'il m'en souvient. Il me plait tant qu'il le convient. Encor m'esmerveil-je d'où vient Tieus visions ; Quer avis m'ert que lisions Biaus diz, et gais chans disions. Et s'ot chacun sa conpaignette Entre glai et fueille et flour et viollette. Sus la viollette estions, Faisans joieuses questions. Lors dis : « Si sommes » Trois belles dames et trois hommes.

[graphic]
[graphic]
[graphic]

Entrons u bois cueillir des pommes,
» Se bon vous semble,
» Deux et deux, ne pas touz ensemble. »
Ce dit, li un de l'autre s'emble,
Et tantoust, avec la plus belle,
Je me couchai entre deux fous
Et fis umbre d'une branchelle.
Branchu estoient tout li arbre.
Là vi manoirs fais de fin marbre.
Tout estoit mien à mon avis,
Et s'avoie adès vis-à-vis
Celle qu'amoie,
Tout à mon vouloir com l'amoie ;
Ma dame et m'amour la clamoie.
Lors chantâmes au revenir :
Je ferai le bois flourir
Et reverdir,
Et venir après moi,
Et après moi venir,
Voire flouri et boutonné
Et de rosiers environné
Et de flourettes
Indes, jaunes, rouges, blanchettes,
Et de toutes les manierettes
D'erbes qui naissent,
Et, tous les oisiaus qui s'en paissent
Ne ne veil que leurs chans abaissent.
Puis dirai à ceux qu'ai amé :
J'oi le rousignol
Chanter dessus le raim
U bois qui reverdie
Souz une ente flourie.
Flori chant faisoit la mesange,
Le tarin encor plus estrange,

Et l'aloette, Et le pinçon et la fauvette, Le chardonnerel, la moette Et l'arundelle, L'estournel et la tourterelle ; Chascuns là son chant renouvelle. J'en juge et dis : Vois orendroit; Le plus jolis chans qui soit, C'est du rousignollet Qui bien y entendroit. En droit #je m'esveillai ; Par leurs chans lors me merveillai Où pouvoie estre. Car je, n'à destre n'à senestre, Ne vi que dains et biches pestre, Et autres bestes. Lors huchai : « Biaus seigneurs, où estes? » Failli me sont deduit et festes; » Jamès si aise ne serai. » J'ai perdu ce que j'amoie, que ferai? » Ceus qui o moi èrent venu, Si s'en estoient revenu Vers la cité, Pour aucune nécessité. Et, j'enquerant les, visité Loins mainte place. En vain fu. Lors tournai ma face Vers la cité, suivant leur trace, Et en pensant mon frain rongoie. Mès je ne sai vraiement Si fu voir, ou se songoie. En joie estoie ainsi ravis En la douceur de mon avis En tel pensée.

En mon chemin ai esgardée
Dame très digne d'estre amée ;
Car de biauté
Je li donnai la roiauté;
Dès lors mon cuer, en loiauté,
De moi pour li je congiéai.
Onques mès n'amai,
Vrai Dieux, bonne estrainne,
Quant commensié ai.
Hé Dex, com serroit plain d'amer
Qui se pourroit tenir d'amer
Tel jouvencelle,
Qui à mon gré plus qu'autre est belle.
Ma joie en # se renouvelle ;
C'est drois plaisance.
En moi a pourtrait sa semblance
Très doucement par sa puissance.
Par ce, de vouloir avivant,
Je l'amerai mon vivant.
Elle a si gracieus viaire
Qu'onques en ville ne viaire
N'en nulle terre
En France, voir n'en Engleterre,
Si très plaisant.
Ce me fera coi et taisant,
S'Amours ne truis secours faisant
A moi, qui la proi sans clamour :
Venez m'ajudar, amourettes, hé! ha !
Venez moi secourre, fine amour!
Venez m'ajudar, bonne amour!
Car je ne suis pas souffisans
Que mon vueil li soie disans
Selonc raison.
Après tournai vers no maison

« 前へ次へ »