ページの画像
PDF

Et m'aisai selonc la saison
- Du temps joli,
Pensant au bien fait cors poli
Qui mon cuer a si amoli
Que sanz li ne pris riens que j'oie :
Car de li vient toute ma joie.
Nul mal n'ai, fors d'ardent desir,
En tant que n'ai se que desir.
Mès un espoir
Ai dous, car j'é de li espoir ;
Merci qu'encor arai espoir.
† me SemOnt
D'aler partout, en val, en mont,
Où celle est par qui mi euil m'ont
Espris d'amoureuse pointure.
# ma droite nourreture,
De ma nourreture sanz faille,
Or ne me puis tenir que n'aille
Là où el maint.
A ce faire ai pensé jour maint.
Lors m'en alai,
Et tant fis que je à li parlai.
Et dis : « Dame, pour vous m'alai.
Pour Dieu, sans vous point diffamer,
Aiez merci de moi, douche,
Plus ne puis durer;
Trop sont grief li mal d'amer.
Amer sont; mès ainçois me prengne
La mort, que j'envers vous mespreigne,
Ne que je vueille
Que vo cors par moi los acueille
Par lequel d'onneur se despeuille.
Miex aim amer
Touz jours et de joie affamer,

Sanz moi veoir ami clamer ;
Ainsi vous ame et vous honnour :
Madame, je ne veuil mie
Avoir vostre amour
Se n'i gardés vostre honnour.
Bien veez que sui vrais sougis
A mon maintien, car je rougis,
Quant vous remir,
Et palis; lors m'esteut gemir,
Et, tant vous redous, tout fremir,
Si que je à peine
Vous puis demontrer ma grief paine.
Mès au plus que je puis m'en paine.
Puis qu'ainsi sui entalentés,
Amés moi, douce dame, amez,
Et je ferai vouz volentés.
- Biau sire, puisque vous m'amez,
Mon sen devroit estre blasmez
Se vous héoie.
Je vous aim ; qui voudra si l'oie.
Ne me chaut s'à aucun annoie.
D'autel manière
Com les autres d'amour legière
A nul ne me plaist estre fière.
Sur deserte, ne pour renon,
Je n'amerai nul hom
S'a ma volenté non. »
— Quant j'oi son vouloir escouté,
Je m'en alai : quar la douté
Comme ma dame,
Si qu'elle n'eust pour moi blasme
Sanz raison ne vilain diffame.
Lors au partir
Dis à celle vers quel part tir :

« Vous amerai sanz departir ;
« Adieu, de bon cuer sans amer;
« Madame, bon jour vous doint Dex
» Et courage de moi amer. »
Au departir fui mout pensis,
Puis § net et agensis
Tout pour li plaire,
Et estoie à touz debonnaire,
De maintien simple et de bonn[e]aire.
Et en sa voie
Par touz les lieus où la savoie,
Pour le grant desir que j'avoie,
Aloie, et, c'est chose certaine,
Je vois voulentiers j'aime ;
Petit d'achoison m'i maine.
Si font toutes gens, au voir dire ;
Pour ce d'eus ne doit nul mesdire ;
Ce les escuse,
Et Amours, qui ainsi les use.
Lors un jour, si com l'on se ruse,
Si bien m'avint,
Après ce, xvI jours ou vint,
Que seule la vi. Lors me vint
Hardemens de dire : « Jennette,
Bonnement m'agrée
Vous amer, blondette
Doucette ,
Savoureusette *.
Autre je n'aim ne n'amerai ;
Pour ce chetis me clamerai,
Se ne puis plaire
A vous, ma dame debonnaire,

1. Refrain de la ballade XII.

[ocr errors]

» Morte de Paris en Pavie ; » Ne je ne changerai ma vie » pour homme dont je soie requise. » — « Dame, voulez-vous que languisse » Et que, pour vous amer, fenisse » De mort cruieuse ? » Las ! vous semblez si amoureuse. » Pour Dieu, soiez vers moi piteuse : » Car en prison » Tenez mon cuer sans mesprison. » La gent cruieuse po prise-on. » Pourquoi donc, puisque se savez, » Mort m'i avez, » Orguilleusette? » A tort, doucette, » Mort m'i avez. » — « E[h]! plus estes plains de mensonges, » Vous hommes, que ne soit uns songes, » Et vous § » Et si bien mal avoir faigniez. » Face Dex tiex gens mahagniez ; » Car il deceuvent, » Les jeunes fames, et deceuvent » Leurs vouloirs quant il s'aparçoivent » Que nice sont. Pour tel pensée, » Fausse Amour, je vous doins congié. » J'ai plus loial trouvée. » Trouvée l'ai par mariage » En bel et gracieux et sage » Et raisonnable, » Plaisant, jolif et amiable, » Et à touz gens et agreable, » Qui m'atalente.

» N'est droiz qu'à autre amer m'assente, 5

« 前へ次へ »