Tableau des révolutions du système politique de l'Europe depuis la fin du quinzième siècle, 第 1 部、第 1 巻

前表紙
 

レビュー - レビューを書く

レビューが見つかりませんでした。

ページのサンプル

他の版 - すべて表示

多く使われている語句

人気のある引用

ix ページ - Etats à ne pas dévier, dans leurs relations, de la ligne du juste. Les individus humains ont assuré leurs droits en créant cette garantie; ils ont créé cette garantie en formant l'ordre social: et, en le formant, ils sont sortis de l'état de nature. Les souverains...
li ページ - Chez un peuple civilisé jusqu'à la corruption, il faut « quelquefois que l'État entier périclite, pour que l'es« prit public se réveille ; et c'est le cas de dire ce que « Thémistocle disait aux Athéniens : « Nous périssions
76 ページ - Dans le moyen âge où il n'y avait point d'ordre social , la papauté seule sauva peut-être l'Europe d'une entière barbarie. Elle créa des rapports entre les nations les plus éloignées; elle fut un centre commun, un point de ralliement pour les Etats isolés...
x ページ - XIII encore dans l'état de nature, puisqu'ils n'ont pas encore crée cette garantie commune de leur existence et de leurs droits, et que chacun d'eux est seul juge et seul défenseur de ce qui lui appartient exclusivement, et de ce que les autres doivent respecter. Au défaut de cette garantie commune de leur existence et de leurs droits...
xxix ページ - Chaque état, dans ses relations extérieures, n'a et ne peut avoir d'autres maximes que celles-ci : quiconque, par la supériorité de ses forces et par *sa position géographique , peut nous faire du mal , est notre ennemi naturel ; quiconque ne peut pas nous faire du mal, mais qui, par la mesure de ses forces et par la position où il est, peut en faire à notre ennemi, est notre ami naturel.
xxvii ページ - Les passions sont immortelles, parce qu'elles renaissent avec les générations qui les éprouvent et les objets qui les inspirent et les nourrissent. C'est sur la crainte et la défiance que sont fondées la plupart des combinaisons politiques et toute la science des rapports qui lient les états les uns aux autres. Cette crainte et cette défiance, indestructibles comme les passions qui les inspirent et les justifient, prolongent l'état de guerre ouverte et sourde, l'état de nature dans lequel...
l ページ - La paix amène l'opulence, l'opulence multiplie les plaisirs des sens, et l'habitude de ces plaisirs produit la mollesse et l'égoïsme. Acquérir et jouir devient la devise de tout le monde ; les âmes s'énervent et les caractères se dégradent. La guerre et les malheurs qu'elle...
xxix ページ - État , dans ses relations extérieures , n'a et ne peut avoir d'autres maximes que celles-ci : Quiconque, par la supériorité de ses forces et par sa position géographique, peut nous faire du mal, est notre ennemi naturel ; quiconque ne peut nous faire du mal, mais peut, par la mesure de ses forces et par la position où il est, nuire à notre ennemi, est notre ami naturel. Aussitôt que ces maximes toutes simples eurent été saisies, il resta démontré que l'on devait tout craindre de...
viii ページ - États, en leur qualitéde personnes morales, sont justiciables de la même loi qui sert à déterminer les rapports des individus. Chacun d'eux a sa sphère d'activité, qui est limitée par celle des autres; là où la liberté de l'un finit, celle de l'autre commence...
xliii ページ - Les guerres injustes naissent du défaut d'une garantie commune, et prouvent sa nécessité; les guerres justes ne sont qu'un emploi légitime de la force pour faire triompher le droit; elles sont dans les rapports de nation à nation, ce que les mesures...

書誌情報