ページの画像
PDF
ePub

depuis accordé, ainsi et par la manière que cy-après sera déclairé.

CHAPITRE LXVIII.

Comment le seigneur de Crouy fut prins de ceulx tenans le parti d'Orléans en alant en ambaxade devers le duc de Berry de par le duc de Bourgongne.

Item, après toutes ces besongnes, le duc de Bourgongne envoia trois de ses conseillers ambaxadeurs, c'estassavoir les seigneurs de Crouy et de Dours, chevaliers, et maistre Raoul le Maistre, chanoine de Tournay et d'Amiens, licencié en lois, à Paris, devers le Roy et son conseil pour aucuns ses afaires, et de là devers le duc de Berry, son oncle et son parrain, à Bourges. Mais quant ilz furent entre Orléans et ladicte ville de Bourges, ledit seigneur de Crouy fut prins et retenu des gens du duc d'Orléans tout seul, le vendredi pénultime jour de janvier. Et ne fut baillé nul empeschement à nul de aultres, ne à leurs serviteurs. Et de là fut mené en ung chastel à trois lieues près de la ville de Blois. Et lendemain, fut fort examiné et interrogué très rigoreusement sur la mort du duc d'Orléans défunct, et de fait fut gehayné pour savoir s'il en avoit esté complice ou consentant. Mais onques pour chose qu'on lui feist, ne congneut riens qui lui tournast à préjudice. Et le dimenche ensuivant fut mené à Blois et mis en une prison moult destroitement. Et les autres ambaxadeurs dessusnommez s'en alèrent devers le duc de Berry, et lui dirent et exposèrent leur légacion et ce qu'ilz avoient de charge de par ledit duc de Bourgongne. Et après lui prièrent humblement qu'il voulsist tant faire au duc d'Orléans que icellui seigneur de Crouy feust délivré hors de ses mains, et lui racomptèrent premier la manière de sa prinse. Lequel duc de Berry, tantost rempli de grant fureur et courroux, envoya ses lectres signées de sa main devers ledit duc d'Orléans, contenans que tantost et sans délay il lui envoiast ledit prisonnier, lequel alant devers lui avoit esté prins desraisonnablement, et se ainsi ne le faisoit , il le tenoit pour son ennemi. Ausquelles lectres ledit duc d'Orléans rescripvi à son oncle assez courtoisement, en soy excusant de ladicte prinse et aussi en prolonguant la besongne. Et peu de jours après, le Roy et le duc d'Acquitaine, auxquelz ladicte prinse estoit jà apparue pareillement, escripvirent et mandèrent au duc d'Orléans que incontinent délivrast ledit de Crouy, sur autant qu'il les doubtoit à courroucer. Néantmoins, pour quelques lectres ou mandemens qui lui feussent envoiez ne le vouloit délivrer, mais qui plus est, fut détenu prisonnier destroictement et en grant rigueur comme dit est, et par plusieurs fois diversement examiné et questionné. Et ce pendant, les autres ambaxadeurs envoièrent leurs messages devers le duc de Bourgongne et lui notifièrent la prinse dessusdicte et les diligences qu'ilz avoient faictes pour sa délivrance. Lequel duc ne le print point bien en gré, mais en fut moult troublé, car moult amoit ledit seigneur de Croy. Et pour ce, lui considérant ceste entreprinse et aucunes autres qui s'estoient faictes sur ses gens et autres ses favorables, afin de y résister et pourveoir se besoing lui estoit, se disposa de tout son povoir à assembler finances, et tant, que aux Gantois vendi ses confiscacions, et à aucuns autres Flamens rendi leurs libertez pour argent. Et mena son filz, le conte de Charrolois", en plusieurs villes de Flandres pour leur monstrer leur seigneur à venir, et à ceste occasion en receut plusieurs dons, et après tint ung grant conseil sur ses afaires en la cité de Tournay avecques ses deux serourges, c'estassavoir le duc Guillaume, conte de Haynnau, et l'évesque de Liège; et si y estoit le conte de Namur et plusieurs autres grans seigneurs des marches de l'empire, auxquelz il requist leur service et aide se besoing lui estoit, contre tous ses adversaires, et par espécial contre le duc d'Orléans, ses frères, et leurs aliez. Lequel service ilz lui promirent à faire libéralment en tout ce qui leur seroit possible. Et de là, après lesdictes promesses, vint à Lisle. Ouquel lieu vint devers lui le mareschal Bouciquault, naguères gouverneur de Gennes, lequel il reçeut très agréablement et le mena avecques lui en sa ville d'Arras. Et là évoqua tous les seigneurs et autres nobles hommes de son pays d'Artois et des dépendences, lesquelz assemblez en la sale de son hostel, tant par sa bouche comme par maistre Guillaume Bouvier, chevalier, licencié en lois, exposa et fist exposer comment tous les jours ses adversaires s'esforçoient de prendre et emprisonner ses gens et de fait avoient prins et emprisonné le seigneur de Crouy. Pour quoy, à tous ceulx qui là estoient venus à son mandement, il leur prioit qu'ilz lui feussent loiaulx, et que se besoing lui estoit, que pour souldées avoir ilz le voulsissent servir; et que ilz sceussent certainerichting is a freelight

1. Plus tard Philippe le Bon, duc de Bourgogne.

aucunes

ment que c'estoit pour la seureté de lui et aussi du Roy et de son filz le duc d'Acquitaine, du ceptre royal, et à la conservacion de la couronne de ce noble royaume, ce qu'il avoit fait contre le duc d'Orléans père du duc présent. De laquelle mort, naguères la paix fut faicte par le Roy en la cité de Chartres et escripte en lectres royaulx. Et se il y a aucunes condicions contenues èsdictes lectres qui restent encores à acomplir de par moy, je suis tout prest et appareillé par fait et par ouvre à paracomplir și avant et oultre que raison donra, jusques à pleine satisfaction. Ces choses ainsi dictes, tous les chevaliers et nobles respondirent tous à une voix que de tout leur povoir ilz le serviroient. Et de là, chascun s'en retourna en son pays et lieu dont il estoit.

Ledit mareschal Bouciquault vint à Paris, et là, en plein conseil royal où le duc d'Acquitaine estoit présent ou lieu de son père le Roy, accusa les Génevois en moult de manières, et se excusa moult fort devers le duc d'Acquitaine et le grant conseil, en priant moult fort que pour les combatre et subjuguer, finances et gens d'armes lui feussent baillez. A laquelle requeste on différa de lui respondre et lui fut jour assigné. Pendant lequel jour s'en ala devers les autres seigneurs du sang royal, lesquelz il pria moult d'estre ses moiens envers le Roy et son conseil afin qu'il feust expédié. Et adonc ledit conseil et les Trois Estas ordonnèrent que dedens le jour de Pasques lesdiz Génevois seroient évoqués et appellez à comparoir pardevant eulx à Paris, où lors devoient estre plusieurs nobles et gens d'église pour autres afaires, c'estassavoir pour avoir leur consentement que ledit duc d'Ac

quitaine soit constitué et establi régent du royaume de France, car ceulx de Paris le veulent et désirent sur toutes autres choses. Laquelle besongne venue à la congnoissance du duc de Berry, n'en fut point content. Et pour y obvier escripvi moult notablement au duc d'Acquitaine , à la Royne sa mère, et au grant conseil du sang royal, en remonstrant plusieurs causes raisonnables pour quoy ce ne se povoit faire actendu la jeunesse d'icellui, disant et affermant en oultre que de tout son povoir et selon ce que piecà avecques son frère de bonne mémoire , Phelippe, duc de Bourgongne, il avoit promis et juré sur le saint précieux corps de Nostre-Seigneur Jhésucrist que son seigneur et nepveu il garderoit et défendroit envers et contre tous jusques à la mort.

Et pendant que ces besongnes se traictoient, le Roy, qui estoit malade, retourna en santé, et par ainsi le duc d'Acquitaine ne fut point régent; dont ledit duc de Berry fut moult joieux et en son cuer appaisié.

En après, pour le grant débat qui estoit apparent entre les ducs d'Orléans et de Bourgongne , fut défendu de par le Roy par ses lectres royaulx seellées de son grant seel, par ses bailliages, seneschaulcies, viscontez et prévostez de tout son royaume, et publiées par tous lesdiz lieux, que nulz nobles, de quelque noblesse qu'ilz feussent ou de quelque prééminence , n'alassent au mandement de l'une partie ne de l'autre, ne que à l'un ne à l'autre nul ne présumast de les servir en armes, sur la confiscacion de tous ses biens. Et tantost, le mercredi de la sepmaine peneuse, le duc de Bourbon et le conte de Vertus, frère au duc d'Or

« 前へ次へ »