ページの画像
PDF
ePub

graces et louenges pour si grant don par lui envoyé ça jus en terre. De rechef, nous qui avons grant affection à ta personne, te mandons que nous sommes prestz et appareillez à toy et aux tiens faire plaisir, selon le povoir que Dieu nous a donné. Par ces présentes lectres avons commis et baillé pour à toy envoier à nostre amé si notable homme, Paulin d'Arrac, le maistre de la sale, escuier de honneur et nostre familler. Donné àPise le vin" jour de juillet, ou premier an de nostre papalité 1. »

S'ensuivent aucunes constitucions faictes par l'approbacion du saint concile de Pise, l'an mil quatre cens et neuf.

« Il plaise à nostre très excellent seigneur Alixandre, par la divine Providence pape cinquiesme, que toutes les promocions, translacions, confirmacions, collacions et quelzconques provisions faictes à quelzconques personnes consentans à ce présent concile, de prélacions, dignitez, bénéfices, offices d'église, cures ou non cures, les consécraciôns des évesques et ordinacions des clercs, par iceulx contendans à la papalité, ou par leur auctorité, en temps et ès heux à eulx obéissans, soient et demeurent bien faictes, mais que ce ait esté fait devant la sentence diffinitive, et que les choses aient esté faictes selon les reigles du droit canon.

Item. 11 plaist audit concile que nostre dit seigneur ordonne sur le fait de l'arcevesque de Gennes.

lient. Et par l'approbacion du saint concile les bé

1. Pise, 8 juillet 1409. C'est le lendemain de son couronnement.

néfices de saincte Eglise donnez par les juges ordinaires demourront paisiblement à ceulx à qui ilz sont donnez.

Item. Par l'approbacion du saint concile nous ordonnons et décernons à procéder contre les obéissans obstinéement ou baillans faveur à Pierre de La Lune et à l'Ange Corrarion, naguères contendans à la papalité et de ce saint concile condemnez par sentence diffinitive de scisme et de l'hérésie notoire. Par la manière que les sains canons ont ordonné, contre iceulx est à procéder.

Item. Nous ordonnons que se le cardinal de Flisc! veut venir dedens deux mois à nous en propre personne et obéir, qu'il soit receu bénignement et joyra des bénéfices et honneurs entièrement qu'il obtenoit le xv® jour de juing mil quatre cens et huit.

Item. Toutes les dispensacions faictes par les évesques des diocèses ès parties non obéissans ausdiz contendans, sur le défault d'aage pour la cause de obtenir bénéfices et prélacions; item, toutes absolucions et habilitacions en fait de pénitences faictes, tant par lesdiz contendaris comme par lesdiz ordinaires pendant le scisme sur les (cas) réservez au siège apostolique, de nostre certaine science, par l'approbacion du saint concile, nous les ratifions et approuvons. »

1. Peut-être le cardinal Fieschi.

CHAPITRE LIV'.

Comment l'évesque de Paris trespassa. – Des mariages, du duc de

Brabant à la nièpce du roy de Bohesme , de l'ainsné filz Montagu à la fille du seigneur d'Albret , et du roy de Chipre à Charlotte, fille du duc de Bourbon.

Sachez qu'en ces jours, messire Pierre d'Orgemont', évesque de Paris, trespassa en la maison épiscopale, à la fin du mois de juing'. A laquelle éveschié succéda messire Simon de Montagu, évesque de Poictiers et chancelier du duc de Berry, frère du Grant-maistre d'ostel du Roy et de l'arcevesque de Sens. Et fut receu honnorablement en l'église Nostre-Dame de Paris, le XXII° jour de septembre ensuivant. Et estoient présens, Charles, roy de France, les ducs de Berry, de Bourgongne et de Bourbon, le roy de Navarre et plusieurs autres princes, prélas et autres gens sans nombre. Et fist la feste à l'aide de sondit frère Grant-maistre d'ostel du Roy, si habundamment et tant pompeusement, qu'il n'estoit mémoire que paravant les festes et mengers faiz au temps passé feussent paraulx à cestui, tant en vaisselle d'or et d'argent, en diversitez et quantitez de mez, de vivres et de boires, que chascun en estoit esmerveillé. Pour lequel estat, grant partie des princes là estans, notèrent grandement ledit maistre d'ostel,

1. Ce chapitre est encore mal coté (LXII) dans l'édition de 1872, qui ne reprend le numérotage régulier qu'à partir du chapitre Lv.

2. Le ms. Suppl. fr. 93 et les imprimés l'appellent, à tort, Jean d'Orgemont.

3. Le 16 juillet, d'après son épitaphe.

qui à son plaisir gouvernoit les finances du Roy, et le eurent pour ce en soupçon de mal. Item, le vi° jour de juillet, après la mort dudit Orgemont, évesque de Paris, le duc Anthoine de Brabant espousa en sa ville de Brucelles la nièpce du roy de Boesme, à laquelle appartenoit la duché de Lucembourg par la succession de son père ". Le traictié dudit mariage fut fait par le pourchas de l'évesque de Chaalons et de messire Renier Pot*. Et estoient venus avec icelle dame, aucuns chevaliers et escuiers, dames et damoiselles de noble estat, qui lui avoient esté baillées dudit roy de Boesme, son oncle. Si furent à la solennité desdictes nopces, les deux frères dudit duc de Brabant, c'est assavoir le duc de Bourgongne et le comte de Nevers, et leur seur, femme au duc Guillaume, conte de Haynau, le conte de Charrolois et la contesse de Clèves, enfans dudit duc de Bourgongne, le marquis du Pont et Jehan, son frère, et leur seur, contesse de Saint Pol, tous trois, enfans du duc de Bar, les contes de Namur et de Conversen et leurs femmes, avec plusieurs grans seigneurs. Et mesmement y fut le conte de Clermont, filz au duc de Bourbon, lequel jousta et fut servi du duc de Bourgongne et du conte de Nevers; le duc porta l'escu, et le conte, la lance, dont plusieurs, là estant, s'en esmerveillèrent, pour la hayne qui naguères avoit esté entre eulx pour

1. Anthoine de Bourgogne, duc de Brabant, épousa à Bruxelles (le 16 juillet, d'après le P. Anselme, et le 6, d'après Monstrelet) Élizabeth, fille unique du marquis de Moravie, duc de Luxembourg, et nièce du roi des Romains, de Bohême et de Hongrie.

2. Seigneur de La Roche, près Nolay, chevalier de la Toison d'or et chambellan du duc de Bourgogne.

la mort du duc d'Orléans trespassé. Néantmoins, ils furent là tous ensemble en grant concorde et amour l'un avec l'autre. Et fut ceste feste très plantureuse et très habundante de tous biens; à la fin de laquelle, les seigneurs se retrayrent en plusieurs lieux.

Item. Le pénultiesme jour dudit mois de juillet, . furent faictes à Meleun, très solemnellement, les nopces. de la fille du seigneur de Labrethủ, connestable de France, et de l'ainsné fils Montagu grant-maistre d'ostel du Roy .. Auxquelles nopces furent présens la royne de France et plusieurs autres grans seigneurs, et furent tous les despens, là, soustenuz et paiez de par le Roy, dont, en continuant, ledit Montagu encouru en grande indignacion et envie de plusieurs princes du sang royal.

Item. En ces mesmes jours furent rompues les tréves d'entre les roys de France et d'Angleterre, et se resmut très forte guerre, par mer tant seulement, dont plusieurs marchans desdiz royaumes soustindrent plusieurs dommages.

Item. Le second jour d'aoust ensuivant, Pierre de Lezignen, roy de Chipre espousa par procureur Charlote de Bourbon, seur germaine au conte de La Marche *. Ausquelles nopces, qui furent faictes dedens le chastel de Meleun,, estoit la dessusdicte royne de France, le duc d'Acquitaine et autres ses enfans, le roy de Na

1. Catherine d'Albret. 2. Charles de Montaigu, fils du grand maître Jean de Mon

taigu.

3. Le roi de Chipre ne s'appelait pas Pierre de Lusignan, mais Jean de Lusignan, connu sous le nom de Jean II ou Janus.

4. Charlotte de Bourbon, fille de Jean II de Bourbon, comte de La Marche, et seur de Jacques II, qui avait succédé à son père en l'an 1393. .

[graphic]
« 前へ次へ »