ページの画像
PDF
ePub

d'Armaignac', laquelle estoit niepce du duc de Berry de par sa mère, et aussi , seur du conte de Savoie. Et ce fait, les seigneurs dessusdiz se départirent, et s'en ala chascun en sa seigneurie. Et alors le duc de Bourgongne estant à Paris, gouvernoit plus que tous les autres princes du royaume et se conduisoient les besongnes et afaires par lui et ses favorisans. Dont il n'est point à doubter qu'il n'eust plusieurs envieux.

CHAPITRE LXII.

Comment le roy Loys de Cécile s'en ala à Prouvence et à Boulongne la Grasse contre le roy Lanselot. Item, la mort du pape Alixandre , et l'élection du pape Jehan , XXII. de ce nom.

En ce temps le roy Loys se parti de Paris, à tout grant nombre de gens d'armes, et s'en ala en Prouvence, et de là à Bonongue la Crasse, pour aler à l'encontre du roy Lancelot, son adversaire, défendre et garder son pays de Naples, où ledit roy Lancelot faisoit continuellement de grans maulx. Pour quoy, comme dit est, par ledit roy Loys fu faicte très grant assemblée de navire et de gens d'armes pour y résister, et avecques ce, avoient espérance que le pape Alixandre leur feroit aide et assistence en tout ce qui lui seroit possible, tant d'argent comme de gens. Mais en brief terme, la besongne tourna tout autrement qu'il ne pensoit.

Car, lendemain de l'Invencion Saincte Croix, ledit pape fut empoisonné en la ville de Bonongne la Grasse,

1. Bonne, fille de Bernard VII, comte d'Armagnac.

S

es

comme il fut commune renommée, et mourut très piteusement". Et furent ses entrailles enterrées et ses obsèques fais en l'église des Cordeliers, et célébra la messe le cardinal de Viviers, les dyacre et soubzdiacre furent les cardinaulx d'Espaigne et de Thurin, et estoient tous ceulx de la court vestus de noir, faisans très grand dewil. En après, le vio jour du mois de may, le corps dudit pape qui estoit embasmé de fines espices, fut mis en la sale où il tenoit son audience, vestu de vestemens sacerdotales, la face descouverte et ungs gans en ses mains et nudz piez descouvers, et quiconques le vouloit baiser, faire le povoit. Et furent fais neuf services de mors en ce lieu mesmes, et y avoit vingt cardinaulx, deux patriarches, quatre arcevesques et vingt quatre évesques, avec plusieurs abbez , docteurs et plusieurs autres gens d'église. Ses armes furent mises aux quatre coings du sarcus'. Et furent dictes et chantées par neuf jours, messes et services, tout ainsi et par telle manière que le lendemain qu'il fut trespassé ; lesdictes messes furent célébrées l'une après l'autre par les cardinaulx, et le 1x® jour dudit mois, fut le corps porté aux dessusdiz Cordeliers. Et le portèrent, devant, les cardi

1. L'Art de vérifier les dates met la mort du pape Alexandre V au 3 mai, qui est le jour même de la fête de l'Invention de la Sainte-Croix. Mais d'après notre auteur, ce serait le 4. Ce que corrobore la note suivante, que nous tirons d'un registre du parlement, « Le quart jour de ce mois (mai 1410) ala de vie à trespas monseigneur Alexandre Quint, pape, noble théologien , mais parum peritus in tanto regimine; et n'a duré au papat que xi mois. » (Registre xiu du conseil, folio 144 vo.) Raynaldi dit, dix mois et huit jours.

2. Du cercueil.

[ocr errors]

naulx de Viviers et de Chalant , et derrière, les cardinaulx d'Espaigne et de. Thurin. Le cardinal Milet aloit devant, qui portoit une croix devant le corps. Les choristes furent, le cardinal de Bar, non point cellui qui estoit filz au duc de Bar, mais de Bar en Puille', et l'autre fut le cardinal des Ursins. Le cardinal de Viviers fist le service, comme il avoit fait à l'enterrement des entrailles. Et ce fait, lesdiz cardinaulx retournèrent chascun en leurs hostelz, tous vestus de noir'. Et après disner se rassemblèrent ou palais où ilz furent en conclave depuis le mercredi jusques au samedi ensuivant. Et fut là nommé, Balthazar, cardinal de Boulongne, lequel plusieurs desdiz cardinaulx aians sur lui leur regard ensemble, le eslevèrent à souverain pasteur de toute l'universelle Église. Les autres qui n'estoient point bien d'accord de ladicte élection, quant ilz virent qu'ilz estoient en trop petit nombre, se consentirent avecques tous les autres. Et puis le prindrent et le menèrent en l'église cathédrale de Saint-Pierre, et là en l'y mectant prindrent le sacrement de lui, et après le menèrent en l'ostel de son prédécesseur, c'estassavoir au palais , et tantost toute sa maison fut fustée et cerchée, et emporta l'en tout ce qu'on y trouva, et mesmement n'y demoura huys ne fenestre , que tout ne feust osté. Et lendemain l'appellèrent Jehan , de ce nom pape XXIII° . Et là, cedit jour, furent faictes tant de noblesses et de joieusetez

1. De Bari, archevêché du royaume de Naples. 2. Ordinairement les cardinaux portaient le deuil en violet.

3. Jean XXIII fut élu le 17 mai 1410, ordonné prêtre le 24, et couronné le lendemain.

qu'il seroit fort à les estimer. Et furent à la proucession vingt-quatre cardinaulx , deux patriarches, trois arcevesques et vingt-sept abbez, tant mitrez comme non mitrez, sans les autres gens d'église qui estoient en très grant nombre. Et porta ledit pape, pour ce jour, une mitre vermeille bordée de blanc. Et le samedi ensuivant xxın° jour de may, icellui pape receut en la chappelle de son prédécesseur les sainctes ordres des prestres. Et célébra la messe le cardinal de Viviers, et fut dyacre 'le cardinal de Chalant. Auquel service furent tous les cardinaulx dessusnommez et les prélas. Et lendemain, qui fut dimenche, ledit pape célébra la messe en l'église de Saint-Pierre, et avoit ledit cardinal de Viviers auprès de lui qui lui monstroit son service'. Et là estoient le marquis de Ferrare et messire Charles Malateste, qui tenoient le bacin où ledit pape lavoit ses mains. Lequel de Ferrare avoit mené avecques lui en sa compaignie cinquante quatre chevaliers, tous vestus de vermeil et d'asur, et avoit six trompetes et trois paires de ménestrelz, tous jouans chascun de son instrument. Et oultre, la dessusdicte messe célébrée par ledit pape Jehan, il fut porté hors de ladicte église, et là sur ung eschafault bien et notablement ordonné ou parois d'icelle église, fut assis et posé, et là couronné, présens tous ceulx qui là estoient, dont il y avoit vingt six cardinaulx, deux patriarches, cinq arcevesques, vingt six évesques, vingt huit abbez mitrez, et vingt deux non mitrez, avec grant multitude de docteurs et autres gens d'église. Et lui estant en ladicte

1. En effet on vient de voir qu'il disait alors sa première messe.

chaière, qui estoit toute couverte de drap d'or, estoient entour et environ de lui les cardinaulx de Viviers, de Chalant, de Milet, d'Espaigne, de Thurin et de Bar dessusnommez, à tout des estoupes et du feu, lesquelz en mectant le feu èsdictes estoupes,

dirent au pape : Pater sancte, sic transit gloria mundi. C'est à dire, Père Saint, ainsi se passe la gloire du monde. Et ce firent et dirent ainsi par trois foiz, et à chascune fois estaignoient le feu et ralumoient. En après, le cardinal de Viviers dist sur lui et sur sa couronne aucunes oroisons, lesquelles finées mirent ladicte couronne sur son chef. Et estoit icelle couronne double de trois couronnes. C'estassavoir la première d'or, qui environnoit le front

par

dedens la mitre. La seconde d'or et d'argent, et estoit ainsi que ou milieu d'icelle mitre, et la tierce estoit d'or très pur et précieux, et surmontoit ladicte mitre'. Et après qu'il eust esté couronné et qu'il fut descendu dudit eschafault, fut mis sur un cheval qui estoit tout couvert de vermeil ; et les chevaulx des cardinaulx, patriarches, arcevesques et évesques estoient tous couvers de blanc. Et chevaucha en cest estat de rue en rue par toute la cité, faisant le signe de la croix , jusques en la rue où demeurent les Juifz, lesquelz lui offrirent par escript leur loy, laquelle de sa propre main il print et receut et garda, et tantost la gecta derrière lui, en disant : «Vostre loy est bonne, mais la nostre vault mieulx. » Et lui parti de là, les Juifs le suivoient, le cuidans actaindre, et fut toute la couverture de son cheval deschirée. Et le pape

1. Cette mention de la tiare est à noter, comme aussi plus bas, la manière dont les Juifs furent traités à cette cérémonie.

« 前へ次へ »