Œuvres posthumes, revues, corrigées et augmentées

前表紙
 

レビュー - レビューを書く

レビューが見つかりませんでした。

他の版 - すべて表示

多く使われている語句

人気のある引用

192 ページ - And not for justice ? What, shall one of us, That struck the foremost man of all this world But for supporting robbers, shall we now Contaminate our fingers with base bribes, And sell the mighty space of our large honours For so much trash as may be grasped thus ? I had rather be a dog, and bay the moon, Than such a Roman.
286 ページ - Votre courroux s'abuse : On n'est point délateur alors qu'on vous accuse. Ce droit de dénoncer qui vous semble odieux, Fut, dans les plus beaux temps, utile à nos aïeux : Je ne veux point choisir un exemple vulgaire ; Cet orateur fameux, plébéien consulaire , Cicéron qui toujours soutint avec éclat Le sénat près du peuple et le peuple au sénat. N'at-il pas accablé de foudres équitables Verres que protégeaient ses richesses coupables? N'at-il point accusé l'orgueilleux Lentulus, L'ardent...
viii ページ - En admirant les traits de génie qui éclatent dans les monstrueuses productions de Shakspeare , Chénier ne concevait pas qu'on pût mettre sérieusement en parallèle avec le théâtre classique des Grecs et des Français, un prétendu genre romantique, ignoble symptôme de la décrépitude de l'art théâtral , quand il n'en est plus le premier essai. Il lui semblait impossible que l'esprit humain rétrogradât, en effet, de Racine à Schiller, à moins qu'on ne s'avisât aussi de renoncer à...
316 ページ - Enfants de Quintius ! postérité d'Emile ! Esclaves accablés du nom de leurs aïeux , Ils cherchent tous les jours leurs avis dans mes yeux, Réservent aux proscrits leur vénale insolence , Flattent par leurs discours, flattent par leur silence; Et craignant de penser, de parler et d'agir, Me font rougir pour eux, sans même oser rougir.
254 ページ - Entre tous les héros qui, présens à nos yeux, Provoquaient la douleur et la reconnaissance , Brutus et Cassius brillaient par leur absence. Que dis-je ? le tyran ne peut dormir en paix : Quand la nuit sur nos murs étend son voile épais , Des regrets importuns fatiguent son oreille ; Des Romains opprimés la douleur se réveille; Et leurs cris menaçans, par Tibère entendus, Vont lui porter ces mots : « Rends-nous Germanicus !
496 ページ - Au modèle donné de tous points ressemblans, Et si fort qu'ils trompaient jusqu'aux regards du père: Il ne reconnaît plus la bague héréditaire. Son cœur est soulagé du poids qui l'accablait: Chacun de ses enfans sera donc satisfait. En secret tour-à-tour le vieillard les appelle, Les bénit, leur remet la bague paternelle, Lève les mains au ciel , qu'il invoque pour eux , Et meurt heureux lui-même, en laissant trois heureux. SALADIN, après nn silence.
297 ページ - C'est le sang des Pisons qui coule dans vos veines. On connaît leur fierté : plein des vertus romaines , De ces grands souvenirs votre cœur enchanté Sait palpiter encore au nom de liberté. Ne vous défendez pas de mériter l'estime : Vous servirez, Cnéius, un pouvoir légitime Mieux que des courtisans par intérêt soumis, Amis de la grandeur, mais des lois ennemis , Et qui, toujours du prince étudiant les vices, Lui vendent des forfaits qu'ils nomment leurs services.
265 ページ - Sans me déshonorer par une lâche absence, Je m'étais à moi-même ordonné le silence : J'espérais que César, assuré de ma foi, Daignerait se charger de répondre pour moi. Il m'en laisse le soin. Rome, mieux informée, Pourra savoir un jour qui souleva l'armée. D'Agrippine, aujourd'hui, la sévère douleur Appelle un attentat ce qui fut un malheur. Mais dans un autre temps, dans une autre province, Je n'étais point alors le lieutenant du prince: Germanicus a vu ses légions sans frein.
316 ページ - Quel prestige maintient cet empire suprême, Pesant pour les sujets, pour le tyran lui-même? Un seul , maître de tous , ordonnant de leur sort , Et promettant la vie, ou prescrivant la mort! Un seul ! et les Romains tremblent devant un homme! Les Romains! Où sont-ils?
283 ページ - Quand ils sont nés à peine, ils rêvent un empire. SÉJAN. Sans cesse elle nourrit leurs désirs criminels. TIBÈRE. Ombragés en naissant des lauriers paternels, Bercés des longs honneurs prodigués à leur race, D'une orgueilleuse mère ils ont déjà l'audace; Et j'entrevois , surtout dans les yeux de Caïus , Les vices de Sylla, mais non pas ses vertus.

書誌情報