ページの画像
PDF

Filius huic, fato divûm, prolesque virilis
Nulla fuit; primaque oriens erepta juventâ est.
Sola domum et tantas servabat filia sedes,
Jam matura viro, jam plenis nubilis annis.
Multiillam magno e Latio totâque petebant
Ausoniâ. Petit ante alios pulcherrimus omnes
Turnus, avis atavisque potens; quem regia conjux
Adjungi generum miro properabat amore ;

Sed variis portenta deûn terroribus obstant.

Laurus erat tectimedio, in penetralibus altis, Sacra comam, multosque metu servata per annos ; Quam paterinventam, primas quum conderet arce-, Ipse ferebatur Phœbo sacrasse Latinus,

Laureatisque ab eâ nomen posuisse colonis.

Lui donnèrent le jour; Faune eut Picus pour père ;
Et du sang de Picus l'orgueil héréditaire
Remontoit à Saturne, ayeul de ses ayeux.
Un fils héritoit seul de ce nom glorieux ;
Mais la mortl'enleva dans sa tendre jeunesse.
Espoir d'un si beau trône, une jeune princesse
A passé la saison de la virginité,
Et le temps pour l'hymen a mûri sa beauté.
Avant que sur ces bords parût le grand Énée 2
Cent princes aspiroient à ce noble hyménée;
Turnus, le plus vaillant et le plus beau de tous,
Brigue avec plus d'espoir le nom de son époux.
Il a pour lui son rang, sa vaillance et la reine ;
Mais le Destin s'oppose à cette illustre chaîne,
Et fait parler des dieux l'inflexible refus.
Au milieu du palais, de ses rameaux touffus
Un laurier étendoit l'ombrage pacifique;
Le peuple avec respect voyoit cet arbre antique :
Aux lieux où de Laurente on fondoit les remparts,
De Latinus, dit-on, il frappa les regards;
Lui-même au dieu du jour consacra son feuillage :
Laurente en prit son nom.Tel qu'un bruyant nuage,
III. 15

Hujus apes summum densa (mirabile dictu),
Stridore ingenti liquidum trans aethera vectae,
Obsedere apicem; et, pedibus per mutua nexis,
Examen subitum ramo frondente pependit.
Continuò vates : Externum cernimus, inquit,
Adventare virum, et partes petere agmen easdem
Partibus exîsdem, et summâ dominarier arce.
Præterea, castis adolet dum altaria ta dis,
Utjuxta genitorem adstat Lavinia virgo,
Visa (nefas) longis comprendere crinibus ignem,
Atque omnem ornatum flammâ crepitante cremari ;
Regalesque accensa comas, accensa coronam
Insignem gemmis; tum fumida lumine fulvo
Involvi, ac totis vulcanum spargere tectis,
Id verò horrendum ac visu mirabile ferri :
Namque fore illustrem famâ fatisque canebant

lpsam; sed populo magnum portendere bellum.

Un jour vint se poser sur l'un de ses rameaux Un essaim, dont les pieds en mille et mille anneaux, L'un par l'autre attachés à la branche pliante, , Montrèrent tout à coup une grappe pendante. Un prêtre saint alors fait entendre sa voix : « Mon dieu parle, dit-il, il m'inspire.Je vois » Des lieux d'où cet essaim guide sa colonie » Un peuple belliqueux marcher vers l'Ausonie. » Ils viennent, et bientôt successeurs de nos rois, » Leur chef au Latium dispensera des lois. » C'est peu : dans tout l'éclat de sa pompe royale, Un jour auprès du roi, de sa main virginale * Sa fille présentoit l'encens aux Immortels; Tout à coup, ô terreur! s'élançant des autels Le feu sacré saisit sa belle chevelure, De son auguste front embrase la parure, Son bandeau, sa couronne, éclatans de rubis, Parcourt en petillant ses superbes habits, D'un brûlant tourbillon l'embrasse tout entière, Et le temple étonné resplendit de lumière. L'Augure est consulté : « Ce présage certain » Annonce, répond-il, un illustre destin ;

Atrex, sollicitus monstris, oracula Fauni Fatidici genitoris adit, lucosque sub altâ Consulit Albuneâ, nemorum qua maxima sacro Fonte sonat, saevamque exhalat opaca mephitim. Hinc Itala gentes, omnisque CEnotria tellus, In dubiis responsa petunt. Huc dona sacerdos Quum tulit, et caesarum ovium sub nocte silenti Pellibus incubuit stratis, somnosque petivit, Multa modis simulacra videt volitantia miris, Et varias audit voces, fruiturque deorum Colloquio, atque imis Acheronta affatur Avernis. Hîc et tum pater ipse petens responsa Latinus Centum lanigeras mactabat ritè bidentes, Atque harum effultus tergo stratisque jacebat Velleribus. Subila ex alto vox reddita luco est :

Ne pete connubiis natam sociare Latinis,

« 前へ次へ »