ページの画像
PDF

Aurea nunc solio stellantis regia cœli

Accipit, et numerum divorum altaribus addit.

Dixerat; et dicta Ilioneus sic voce secutus : Rex, genus egregium Fauni, nec fluctibus actos Atra subegit hiems vestris succedere temis; Nec sidus regione via littusve fefellit. Consilio hanc omnes animisque volentibus urbem Afferimur, pulsi regnis, quæ maxima quondan Extremo veniens sol adspiciebat Olympo. Ab Jove principium generis; Jove Dardana pubes » Les Latins sont fameux par l'hospitalité : » Enfans du vieux Saturne, en eux l'humanité » N'est pas le fruit des lois ; leur bonté volontaire »Suit de leur premier dieu l'exemple héréditaire. »Je m'en souviens encor : quelques vieillards Toscans »(Mais leur récit se perd dans la nuit des vieux ans) » M'ont dit que Dardanus, enfant de l'Etrurie, » Pour la Thrace autrefois déserta sa patrie, »Y choisit son séjour, et des champsThraciens »Transporta ses foyers sur les monts Phrygiens. » Et maintenant ce prince, adoré dans l'Asie, » Partage avec les dieux la céleste ambroisie. » Il dit : Ilionée en ces mots lui répond : « Noble sang de Faunus, si des mers d'Hellespont » Les Troyens sont venus sur cet heureux rivage, » Non, ce n'est point l'effet d'une erreur, d'un orage, » Nid'un astre ennemi l'aspect insidieux ; » C'est notre propre choix qui nous porte en ces lieux, » Malheureux, exilés d'une terre féconde, » Et des plus grands états qu'ait vus l'astre du monde. » Dardanus, les Troyens sont nés de Jupiter ; » Sorti du même sang, de nos rois le plus cher,

Gaudet avo : rex ipse, Jovis de gente supremâ,
Troïus AEneas tua nos ad limina misit.
Quanta per Idaeos sevis effusa Mycenis
Tempestasierit campos, quibus actus uterque
Europa atque Asia falis concurrerit orbis,
Audiit, et si quem tellus extrema refuso
Submovet oceano, et si quem extenta plagarum
Quatuor in medio dirimit plaga solis iniqui.
Diluvio ex illo tot vasta per aequora vecti, 1
Dîs sedem exiguam patriis, littusque rogamus
Innocuum, et cunctis undamque auramque patentem.
Non erimus regno indecores; nec vestra fèretur
Fama levis, tantive abolescet gralia facti ;
Nec Trojam Ausonios gremio excepisse pigebit.
Fata per Enea juro, dextramque potentem,
Sive fide, seu quis bello est expertus et armis;
Multi nos populi, multa (ne temne quòd ultro

Praeferimus manibus vittas ac verba precantia)

» Énée, en supplians devant vous nous envoie. » Hélas! vous connoissez les désastres de Troie : » Qui ne les connoît pas! et ce peuple lointain » Qu'embrase de ses feux le climat africain, » Et ceux que le soleil sous les glaces de l'Ourse » D'un rayon plus oblique éclaire dans sa course, »Tous ont su quel orage et quels flots débordés » Mycènes a vomi dans nos champsinondés, » Et comment, dans leur fière et longue jalousie, » On vit s'entrechoquer et l'Europe et l'Asie. » Depuis ce choc affreux, dont trembla l'univers, » Poussés de rive en rive, errans de mers en mers, » Aujourd'hui nous venons, sur ce nouveau rivage, » Des biens communs à tous réclamer le partage : » L'eau, l'air, un simple abri, voilà tous nos souhaits. »Vous ne rougirez point un jour de vos bienfaits : » Peut-être vos secours vous vaudront quelque gloire ; » Et notre cœur jamais n'en perdra la mémoire : » J'en jure par Énée, oui, j'atteste ce bras » Fidèle dans la paix, vaillant dans les combats, » Vos dons seront payés, et Laurente avec joie » Un jour s'applaudira d'avoir accueilliTroie.

|

Et petiere sibi et voluere adjungere gentes.
Sed nos fata deûm vestras exquirere terras
Imperiis egêre suis. Hinc Dardanus ortus
Huc repetit; jussisque ingentibus urget Apollo
Tyrrhenum ad Thybrim et fontis vada sacra Numici.
Dat tibi præterea fortunae parva prioris
Munera, reliquias Trojâ ex ardente receptas.
Hoc pater Anchises auro libabat ad aras :
Hoc Priami gestamen erat, quum jura vocatis
More daret populis; sceptrumque, sacerque fiaras,

Iliadumque labor vestes.

« 前へ次へ »