ページの画像
PDF

Sic memorat, geminasque legit de classe biremes, Remigioque aptat; socios simulinstruit armis. Ecce autem, subitum atque oculis mirabile monstrum, Candida per silvam cum fetu concolor albo Procubuit, viridique in littore conspicitur, sus : Quam pius Eneas tibi euim, tibi, maxima Juno, Mactat, sacra ferens, et cum grege sistit ad aram. Thybris eâ fluvium, quàm longa est, nocte tumentem Leniit, et tacitâ refluens ita substitit undâ, Mitis utin morem slagni placida que paludis Sterneret aequor aquis, remo ut luctamen abesset, Ergoiterinceptum celerant rumore secundo. Labitur uncta vadis abies : mirantur et undae ; Miratur nemus insuetum fulgentia longè Scuta virûm fluvio, pictasque innare carinas. Olli remigio noctemque diemque fatigant, Ei longos superant flexus, variisque teguntur

Arboribus, viridesque secant placido aequore silvas.

Il dit, et dans sa flotte il choisit deux vaisseaux : Déjà la rame est prête à sillonner les eaux; Ils partent. Tout à coup, ô surprise! ô merveille ! Une laie et ses fils, tous de couleur pareille, S'offrent à ses regards sur la rive étendus : De leur sang aussitôt les flots sont répandus : « C'est à vous, ô Junon, que j'en offre l'hommage! » Ainsi le dieu du Tibre accomplit son présage. Le fleuve cependant, durant toute la nuit, De son onde fougueuse a fait taire le bruit; Ce n'est plus un torrent, c'est un marais tranquille, C'est d'un lac endormi la surface immobile; Et, sans que les rameurs luttent contre les eaux, La vague complaisante obéit aux vaisseaux : Ils poursuivent leur cours, la nefglisse sur l'onde, Le fleuve les reçoit dans sa forêt profonde. Surpris de voir troubler leurs bords délicieux, Le fleuve infréquenté, le bois silencieux Admirent ces vaisseaux, cette troupe guerrière. Les rameurs patiens, le jour, la nuit entière, Du courant tortueux suivant les longs détours, Fendent l'onde docile, ou combattent son cours ;

| Sol medium cœli conscenderatigneus orbem,
Quum muros, arcemque procul, ac rara domorum
Tecta vident, quae nunc Romana potentia cœlo
Equavit; tum res inopès Evandrus habebat.

Ociùs advertunt proras, urbique propinquant. :

Fortè die solemnem illo rex Arcas honorem

Amphitryoniada magno divisque ferebat
Ante urbem in luco. Pallas huic filius unà,
Una cmnes juvenum primi, pauperque senatus,
Thura dabant, tepidusque cruor fumabat ad aras.
Ut celsas vidère rates, atque inter opacum
Allabi nemus, et tacitis incumbere remis ;
Terrentur visu subito, cunctique relictis
Consurgunt mensis.Audax quos rumpere Pallas

[merged small][graphic]

Sur eux les bois en voûte inclinent leur feuillage,
Et des forêts dans l'onde ils sillonnent l'image.
Déjà l'astre du jour brilloit au haut des cieux :
On approche; et déjà se montrent à leurs yeux
Et la ville et ses tours, et ce palais de chaume,
La capitale alors de cet humble royaume,
Mais où doit Rome un jour, mettant le monde aux fers,
De sa toute-puissance étonner l'univers.
Ils voguent, et déjà s'approchent de la ville.

Cejour, sousleurs remparts, au fondd'un boistranquille,
· Le roi, son fils Pallas, les premiers de l'état,
Ce peuple encore agreste, et son petit sénat,
Au fils d'Amphitryon, noble vengeur des crimes,
0ffroient un encens pur et le sang des victimes.
Des vaisseaux tout à coup les mâts frappent leurs yeux :
A travers la forêt, d'un cours silencieux
Ils approchent. Soudain dans le sacré bocage
Tout fuit : Pallas lui seul, conservant son courage,
Fait poursuivre la fète et le sacré festin;
Il court au-devant d'eux les armes à la main ;
Et, d'un tertre élevé qui commande à la plaine :
(( Étrangers, leur dit il, quel sujet vous amène*

Et procul e tumulo : Juvenes, qua causa subegit
Ignotas tentare vias? quò tenditis?inquit.
Qui genus?unde domo?pacemne huc fertis, an arma?
Tum pater Eneas puppi sic fatur ab altâ,
Pacifera que manuramum praetendit oliva :
Trojugenas ac tela vides inimica Latinis,
Quos illi bello profugos egêre superbo.
Evandrum pefimus : ferte haec, et dicite lectos
Dardaniae venisse duces, socia arma rogantes.
Obstupuit tanto percussus nomine Pallas :
Egredere, o quicumque es, ait, coramque parentem
Alloquere, ac nostris succede Penatibus hospes.
Excepitque manu, dextramque amplexus inhaesit.

Progressi subeunt luco, fluviumque relinquunt.

Tum regem Eneas dictis affatur amicis :

Optime Grajugenûm, cui me fortuna precari,

« 前へ次へ »