ページの画像
PDF

Suscipiunt pateris. Ipse atri velleris agnam
AEneas matri Eumenidum, magna que sorori,
Ense ferit; sterilemque tibi, Proserpina, vaccam.
Tum Stygio regi nocturnas inchoat aras,
Et solida imponit taurorum viscera flammis,

Pingue super oleum infundens ardentibus extis.

Ecce autem, primi sub lumina solis et ortus, Sub pedibus mugire solum, et juga cœpta moveri Silvarum, visa que canes ululare per umbram, Adventante deâ. Procul, o, procul este, profani,

Conclamat vates, totoque absislite luco.

D'autres frappent du fer les victimes mourantes,
Et recoivent leur sang dans des coupes fumantes.
Un glaive au Inême instant, dans les mains du héros,
A la terre, à la nuit, vieux enfans du chaos,
Immole une brebis dout la couleur rappelle
La noire obscurité de la nuit éternelle.
La fille de Cérès, Proserpine à son tour,
Stérile déité d'un stérile séjour,
En hommage regoit une vache infęconde.
Puisil consacre au roi de ce lugubre monde
Loffrande fùnéraire et ces tristes autels
Que dans l'ombre des nuiis invoquent les mortels.
Lii-même ilabamdonne aux flammes dévorantes
Des taureaux égorgés les entrailles sanglantes.
Vulcain en fait sa proie, et du gras olivier
Lonctueuse liqueur arrose le brasier. -
Voilà qu'aujour naissant mugissent les campagnes ;
Ia cime des foréis tremble au front des montagnes;
La ferre éprouve au loin d'affreux ébranlemens,
Et les chiens frappent l'air de leurs longs hurlemens.
Soudain à son approche ont tressailli les mânes :
« Loin de ce bois sacré , loin de mes yeux, profancs!
Tuque invade viam, vaginâque eripe ferrum :
Nunc animis opus, AEnea, nunc pectore firmo.
Tantùm effata, furens antro se immisit aperto :

Ille ducem haud timidis vadentem passibus aequat.

Dî quibus imperium est animarum, umbraeque silentes Et Chaos, et Phlegethon, loca nocte tacentia latè, Sit mihi fas audita loqui, sit numine vestro Pandere res altâ terrâ et caligine mersas. Ibant obscuri solâ sub nocte per umbran, Perque domos Ditis vacuas et inania regna : Quale per incertam lunam sub luce malignâ Est iter in silvis, ubi cœlum condidit umbrâ

Jupiter, et rebus nox abstulit atra colorem.

Vestibulum ante ipsum, primisque in faucibus Orci, Luctus et ultrices posuere cubilia Cura ;

Pallentesque habitant Morbi, tristisque Senectus,

X) Sécria la prêtresse. Et toi qui suis mes pas,
» Enée, arme ton cœur; Enée, arme ton bras. »
Elle dit, et s'élance au fond de l'antre sombre ;
Et lui, d'un pas hardi, vole, et la suit dans l'ombre.

Tristes divinités du gouffre de Pluton !
Toi, lugubre Chaos ! et toi, noir Phlégéthon !
Permettez qu'un mortel, de vos rives funèbres
Trouble le long silence et les vastes ténèbres,
Et sonde, dans ses vers noblement indiscrets,
Labîme impénétrable où dorment vos secrets.
Tous les deux s'avançant dans ces tristes royaumes
Habités par le vide, et peuplés de fantômes,
Marchoient à la lueur du crépuscule obscur :
Tel, lorsqu'un voile épais du ciel cache l'azur,
Aujour pâle et douteux qu'épargne un ciel avare,
Dans le fond des forêts le voyageur s'égare.

Devant le vestibule, aux portes des enfers,
Habitent les Soucis et les fiegrets amers,
Et des Remords rongeurs l'escorte vengeresse ;
La pâle Maladie, et la triste Vieillesse;

Et Metus, et malesuada Fames, ac turpis Egestas,
Terribiles visu formae; Letumque, Labosque 3
Tum consanguineus Leti Sopor, et mala mentis
Gaudia, mortiferumque adversoin limine Bellum,
Ferreique Eumenidum thalami, et Discordia demens,

Vipereum crinem vittis innexa cruentis.

In medio ramos annosaque brachia pandit Ulmus opaca, ingens, quam sedem Somnia vulgò Vana tenere ferunt, foliisque sub omnibus harent. Multaque praeterea variarum monstra ferarum, Centauriin foribus stabulant, Scylla que biformes, Et centum geminus Briareus, ac bellua Lernae Horrendum stridens, flammisque armata Chimaera, Gorgones, Harpyia que, et formatricorporis umbrae. Corripit hîc subitâ trepidus formidine ferrum

AEneas, strictamque aciem venientibus offert :

| Et, ni docta comes tenues sine corpore vitas

« 前へ次へ »