ページの画像
PDF

Informi limo glaucâque exponit in ulvâ. -
Cerberus hac ingens latratu regna trifauci

Perspnat , adverso recubans immanis in antro.
Cui vates, horrere vidensjam colla colubris,

Melle soporatam et medicatis frugibus offam

| Objicit : ille, fame rabidâ tria guttura pandens,

Corripit objectam, atque immania terga resolvit
Fusus humi, toteque ingens extenditur antro.
Occupat MEneas aditum, custode sepulto,
Evaditque celer ripam irremeabilis undae.
C ntinuè audita voces, vagitus et ingens,

Infantumque anima flentes in limine primo ;

Quos dulcis vita exsortes et ab ubere raptos

Abstulit atra dies, et funere mersit acerbo.
Hos juxta falso damnati crimine mortis.
Nec verò ha sine sorte datae, sine judice, sedes.
Quaesitor Minos mm movet : ille silentum

Conciliumque vocat, vitasque et crimina discit.

Dà, ce monstre à trois voix, 1'effroyable Cerbère,
Sans cesse veille au fond de son affreux repaire :
Tlles voit, ilse lève; et, deja cvurroucés,
Tous ses hideux serpens sur son cou sont dressés.
La prêtresse, appaisant sa fureur rugissante,
Luijette d'un gâteaul'amorce assoupissaute.
Lemonstre, tressaillant d'un avide transport,
Ouyre un triple gosier, le dévore, et s'endort ;
Et dans son antre affreux sa masse repanllue
Le remplit tout entier de sa vaste étendue.
Le héros part, lelaisse en son hideux sejour,
Et s'éloigne des eaux qu'un passe sans retour.
Tout à coupil entend mille voix gémissantes;
C'étoient d'un peuple enfant les omhresinnocentes;
Malheureux, qui, fletris dans leur première fleur,
A peine de la vie ont goûté la duceur,
Et, ravisen naissant aux baisers de leurs mères,
N'ont qu'entrevu le jour et ferme leurs paupières:
Il se souvient d'Ascagne, et s'émeut à leurs cris.
Près d'eux sont les mortels injuslement proscrits.
Maisl'enfer ne voit point de jugement injusle :
Minos y tient Ouyert son tribunal auguste;

[ocr errors]

Proxima deinde tenent maesti loca, qui sibiletum

| Insontes peperere manu, lucemque perosi

Projecere animas. Quàm vellent aethere in alto
Nunc et pauperiem et duros perferre labores !
Fas obstat, tristique palus inamabilis undâ

Alligat, et novies Styx interfusa coërcet.

Nec procul hinc partem fusi monstranturin omnen Lugentes campi : sic illos nomine dicunt. Hîc quos durus amor crudeli tabe peredit Secreti celant calles, et myrtea circùm Silva tegit; curœ non ipsâ in morte relinquunt. His Phaedram Procrinque locis, ma stamque Eriphylen Crudelis nati monstrantem vulnera, cernit, Evadnenque , et Pasiphaén. His Laodamia . It comes; et juvenis quondam, nunc femina, Caenis, Rursus et in veterem fato revoluta figuram.

Il tientl'urne terrible en ses fatales mains,
Et juge sans retour tous les pâles humains.
Nonloinsont cesmortels qui, pursde tousles crimes,
De leurs propres fureurs ont été les victimes,
Et, détournant les yeux du céleste flambeau,
Dune vie importune ont jeté le fardeau.
Qu'ils voudroient bien revivre et revoir la lumière !
Recommencer cent fois leur pénible carrière !
Vains regrets! Par le Styx neuffois environnés,
L'onde affreuse àjamais les tient emprisonnés.
Ailleurs, dans sa profonde et lugubre étendue,
Le triste champ des pleurs se présente à leur vue.
Là, ceux qui, sans goûter des plaisirs mutuels,
N'ont connu de l'amour que ses poisons cruels,
Dans des forêts de myrte, aux plus sombres retraites,
Vont nourrir de leur cœur les blessures secrètes :
Là, le trépas n'a pu triompher de l'amour;
Là, se voit rassemblé, dans le même séjour,
Tout ce qu'il eut de noble, et ce qu'il eut d'infâme ;
Cette Évadné qui suit son époux dans la flamme;
Phèdre, brûlant encore d'illégitimes feux ;

Procris, mourant des mains d'un époux malheureux ;

Inter quas Phœnissa recens a vulnere Dido
Errabat silvà in magnâ: quam Troius heros
Ut primùm juxta stetit, agnovitque per umbram
Obscuram, qualem primo qui surgere mense
Aut videt aut vidisse putat per nubila lunam,
Demisit lacrymas, dulcique affatus amore est:
Infelix Dido, verus mihi nuntius ergo \.
Venerat extinctam, ferroque extrema secutam!
Funeris, heu! tibi causa fui! Per sidera juro,
Per superos, et si qua fides tellure sub imâ est,
Invitus, regina, tuo de littore cessi.
Sed me jussa deùm, quæ nunc has ire per umbras,
~Per loca senta situ cogunt, noctemque profundam,
Imperiis egere suis; nec credere quivi
Hunc tantum tibi me discessu ferre dolorem.
Siste gradum, teque adspectu ne subtrahe nostro.
Quem fugis? extremum fato quod te alloquor hoc est.

Talibus Eneas ardentem et torva tuentem

« 前へ次へ »