ページの画像
PDF

Inde hominum pecudumque genus, vitæque volantum,
Et quae marmoreo fert monstra sub aequore pontus.
Igneus est ollis vigor et cœlestis origo

Seminibus, quant)m non noxia corpora tardant,
Terrenique hebetant artus moribundaque membra.
Hincmetuunt cupiuntque, dolentgauden'que;neque aur
Dispiciunt, clausa tenebris et carcere caeco.
Quin et supremo quum lumine vita reliquit,
Non tamen omne malum miseris, nec funditus omnes
Corporea excedunt pestes; penitùsque necesse est
Multa diu concreta modis inolescere miris.
· Ergo exercentur pœnis, veterumque malorum
Supplicia expendunt.Aliœ pandunturinanes
Suspensa ad ventos : aliis subgurgite vasto :
Infectum eluitur scelus, aut exuritur igni :
Quisque suos patimur manes; exinde per ampluma
Mittimur Elysium, et pauci la ta arva tenemus :

Donec longa dies, perfecto temporis orbe,

[graphic]

» De sa flamme invisible échauffant la matière, » Jadis versa la vie à la nature entière, » Alluma le soleil et les astres divers, » Descendit sous les eaux, et nagea dans les airs : » Chacun de cette flamme obtient une étincelle. » C'est cet esprit divin, cette ame universelle, » Qui, d'un souffle de vie animant tous les corps, » De ce vaste univers fait mouvoir les ressorts, » Qui remplit, qui nourrit de sa flamme féconde » Tout ce qui vit dans l'air, sur la terre et sous l'onde. » De la Divinité ce rayon précieux, » En sortant de sa source, est pur comme les cieux ; » Mais s'il vient habiter dans des corps périssables, » Alors, dénaturant ses traits méconnoissables, » Le terrestre séjour le tient emprisonné; » Alors des passions le souffle empoisonné » Corrompt sa pure essence; alors l'ame flétrie » Atteste son exil, et dément sa patrie. » Même quand cet esprit, captif, dégénéré, » A quitté sa prison, du vice invétéré » Un reste impur le suit sur son nouveau théâtre ; » Long-temps il en retient l'empreinte opiniâtre ;

Concretam exemit labem, purumque reliquit JEtherium sensum, alque aurai simplicis ignem. Has omnes, ubi mille rotam volvêre per annos, Lethæum ad fluvium deus evocat agmine magno, Scilicet immemores supera ut convexa revisant,

Rursus et incipiant in corpora velle reverti,

Dixerat Anchises : natumque, unàque Sibyllam, Conventus trahit in medios turbamque sonantem;

Et tumulum capit, unde omnes longo ordine possit

» Et de son corps souffrant éprouvant la langueur,
» Est lent à recouvrer sa céleste vigueur.
» De ces ames alors commencent les tortures ;
• Les unes dans les eaux vont laver leurs souillures ;
» Les autres s'épurer dans des brasiers ardens ;
» Et d'autres dans les airs sont le jouet des vents ;
» Enfin, chacun revient, sans remords et sans viges,
• De ces bois innocens savourer les délices.
» Mais cet heureux séjour a peu de citoyens :
» Il faut, pour être admis aux champs Élysiens,
» Qu'achevant mille fois sa brillante carrière
» Le soleil à leurs yeux ouvre enfin la barrière.
» Ce grand cercle achevé, l'épreuve cesse alors.
» L'âge ayant effacé tous les vices du corps,
» Et du rayon divin purifié les flammes,
» Un dieu vers le Léthé conduit toutes ces ames ;
» Elles boivent son onde, et l'oubli de leurs maux
» Les engage à rentrer dans des liens nouveaux »

Il dit : et devançant Énée et la prêtresse,
De ce peuple bruyant il a fendu la presse ;
De là gagne un côteau, d'où leurs yeux satisfaits
De ses neveux futurs distinguent tous les trails.

9 • "

Adversos legere, et venientum discere vultus.
Nunc age, Dardaniam prolem qua deinde sequatur
Gloria, qui maneant Italâ de gente nepotes,
Illustres animas, nostrumque in nomenituras,
Expediam dictis, et te tua fata docebo.
Ille, vides, purà juvenis qui nitifur hastâ,
Proxima sorte tenet lucis loca; primus ad auras
JEtherias Italo commixtus sanguine surget,
Sylvius, Albanum nomen, tua posthuma proles,
Quem tibilongaevo serum Lavinia conjux
Educet silvis regem, regumque parentem;
Unde genus longâ nostrum dominabitur Albâ.
Proximus ille Procas, Trojanae gloria gentis;
Et Capys et Numitor; el, qui te nomine reddet,
Sylvius /Eneas, pariter pietate vel armis
Egregius, si umquam regnandam acceperit Albam.
Quijuvenes quantas ostentant, adspice, vires !

At qui umbrata gerunt civili tempora quercu,

« 前へ次へ »