ページの画像
PDF
ePub

Turcs. Causes de la décadence de leur empire, 14. – Il y a 4. Motifs de son voyage, 6, 6. – Parall à la cour des

chez eux des familles ou l'on n'a jamais ri, 23. — Serviront sa plus tendre jeunesse : sa sincérité lui attire la jalousie des d'anes aux Juifs pour les mener en enfer, 24. Ne man ministres, ibid. - S'attache aux sciences : quitte la cour, gent point de viande étouffee, 30. — Leur défaite par les et voyage pour fuir la persécution, 6. – Tout bien examine, Impériaux, 84. - Causes du despotisme affreux qui règne il donne la préférence à Zachi sur ses autres femmes, i. chez eux , 265.-- N'ont aucune précaution contre la peste : Est jaloux de Nadir, eunuque blanc, surpris avec sa femme pourquoi, 305. — Le temps qu'ils prennent pour attaquer Zachi, 14, 15. — Croit Roxane verlueuse, 18 el suiv. les Abyssins prouve qu'on ne doit point décider par les prin Tourmenté par sa jalousie, il renvoie un de ses eurooques cipes de la religion ce qui est du ressort des lois naturelles, avec tous les noirs qui l'accompagnaient, pour augmenter 425. - La première victoire dans une guerre civile est, pour le nombre des gardiens de ses femmes, 16. – Ses inquietueux, un jugement de Dieu qui décide, 447. – Leur empire des touchant la conduite de ses femmes, 19. —

- Nouvelles à peu près aussi faible à présent qu'était celui des Grecs, accablantes qu'il reçoit du sérail, 43, 106. – Ordres quil 185. — De quelle maniere ils conquirent la Perse, 186. envoie au premier eunuque, 106, 107. — Après sa mort, a Repoussés jusqu'à l'Euphrate par les empereurs grecs, ibid. Narsit, son successeur, ibid. – Donne la place de premier

Comment ils faisaient la guerre aux Grecs, et par quels eunuque à Solim, et lui remet le soin de sa vengeance, Hon. motifs, 187. - Éleignent l'empire d'Orient, ibid.

- Écrit une lellre foudroyante à ses femmes, ibid. - Cha. TURENNE. Sa vie est un hymne à la louange de l'humanité, grins qui le dévorent, ibid. — Lettres de reproches qui 624

reçoit de ses femmes, 109, 110. Turquie. Sera conquise avant deux siècles, 14. – On y lève Usure. Est comme naturalisée dans les États despotiques : pour aujourd'hui les tributs comme on les a toujours levés, 94. quoi, 222. - C'est dans l'Évangile, et non dans les rêveries

- D'Europe. Est presque déserte, 76. — Ainsi que celle des scolastiques, qu'il en faut puiser les règles, 373. - Poor d'Asie, ibid. Comment les successions y sont réglées : quoi le prix en diminua de moitié lors de la découverte de inconvenients de cet ordre, 220 et suiv. - Comment le l'Amérique, 379, 380. — Il ne faut pas la cofondre are prince s'y assure la couronne, 221. - Le despotisme en a l'intérêt : elle s'introduit nécessairement dans les pays ou il banni les formalités de justice, 227. - La justice y est-elle est défendu de préter à intérêt, 389. — - Pour l'usure mieux rendue qu'ailleurs ? ibid. - Droits qu'on y lève pour maritime est plus forte que l'autre, ibid. - Ce qui l'a intre les entrées des marchandises, 296. — Les marchands n'y duite et comme naturalisée à Rome, ibid. et suiv. – Sca peuvent pas faire de grosses avances, 297.

taux dans les différents temps de la république romaine : Tutelle. Quand a commencé, en France, à étre distinguée de

ravages qu'elle fit, ibid. - Sur quelle maxime elle fat ré la baillie ou garde , 335. - La jurisprudence romaine chan glée à Rome, après la destruction de la république, 22. — gea sur cette matière, à mesure que les meurs changèrent, Justificalion de l'auteur, par rapport à ses sentiments sur 344. — Les meurs de la nation doivent déterminer les lé

celle matière, 542 et suiv. — Par rapport à l'érudition sur gislateurs à préférer la mère au plus proche parent, ou le cette matiere, 514. – Usage des Romains sur cetle matiere, plus proche parent à la mère, ibid.

545 et suiv. Tuteurs. Elaient les maitres d'accepter ou de refuser le com Usurpateurs. Leurs succès leur tiennent lieu de droit, 71. – bat judiciaire pour les affaires de leurs pupilles , 454.

Ne peuvent réussir dans une république fédérative, 253. Tyen (le). Les chinois croient que les âmes s'y anéantissent, 81.

V Tyr. Nature de son commerce, 350, 359. — Dut son commerce à la violence et à la vexation, 351. - Ses colonies, ses éta

Vaisseau. Voyez Navire. blissements sur les côtes de l'Océan, 359. — Était rivale de

Vaisseaux. Rhodiens, autrefois les plus estimés, 130. - A1toute nation commerçante, 364.

trefois de faisaient que côtoyer les terres, 133.–Depuis l'inTyrannie. Les Romains se sont défaits de leurs tyrans, sans pouvoir secouer le joug de la tyrannie, 200.- Ce que l'au

vention de la boussole, ils voguent en pleine mer, ibid. teur entend par ce mot : routes par lesquelles elle parvient

VALENS (l'empereur) ouvre le Danube : suites de cet événrà ses fins, 306. — Combien il y en a de sortes, 337. – La

ment, 170. — Reçoit les Goths dans l'empire, ibid. - Vicplus cruelle est celle qui s'exerce à l'ombre des lois, 159.

time de son imprudente facilité, 171.

VALENTINIEK. Fortifie les bords du Rhin, 170. – Essuie une Tyrans (meurtre des). Passait pour une action vertueuse dans les républiques de Grèce et d'Italie, 153. —Quel était leur

guerre de la part des Allemands, ibid. - Appela les petits sort à Rome, 167. Comment s'élèvent sur les ruines

enfants à la succession de leur aieul maternel, 438. – La d'une république, 245, - Sévérité avec laquelle les Grecs

conduite d'Arbogaste envers cet empereur est un exemple les punissaient, 298.

du génie de la nation française, par rapport aux maires du Tyriens. Avantages qu'ils tiraient, pour leur commerce, de

palais, 508. l'imperfection de la navigation des anciens, 359. – Nature

VALÉRIEN (l'empereur), pris par les Perses, 168. et étendue de leur commerce, ibid.

VALETTE (le duc DE LA). Condamné par Louis XIII en personne,

229, 230.

Valeur réciproque de l'argent et des choses qu'il signifie, 37 U

et suiv.-L'argent en a deux; l'une positive, et l'autre relaULPIEN. En quoi faisait consister le crime de lèse-majesté,

tive: manière de fixer la relative, 381 et suiv.-D'un homme 285.

en Angleterre, 397. ULRIQUE-ÉLÉONORE, reine de Suède, met la couronne sur la

VALOIS (DE). Erreur de cet auteur sur la noblesse des Francs, téle de son époux, 95.

503. Uniformité des lois. Saisit quelquefois les grands génies, et

VAMBA. Son histoire prouve que la loi romaine avait plus d'aufrappe infailliblement les petits, 478.

torité dans la Gaule méridionale que la loi gothe, 143. Union. Nécessaire entre les familles nobles dans une aristo

l'andales. Étaient redoutables l'épée à la main, 176. — Passecratie, 277. - D'un corps politique : en quoi elle consiste,

rent en Afrique, où ils fondèrent un grand empire, 177. 148.

Vanité. Augmente à proportion du nombre des hommes qui Université. Querelle ridicule qu'elle soutient au sujet de la

vivent ensemble, 238. – Est très-utile dans une nation, lettre 0,74.

338, 339. - Les biens qu'elle fait comparés avec les maur Usages. Il y en a beaucoup dont l'origine vient du changement

que cause l'orgueil, ibid. des armes, 452.

Variété des plaisirs (de la), 589. USBEK. Part de la Perse: route qu'il tient, 2,4, 14, 16. – Ce

Variétés. Pensées rassemblées sous ce titre, 626 et suiv. qu'on pense à Ispahan de son départ, 4. Sa douleur en

VARRON (TERENTIUS). Sa fuite honteuse, 134. quittant la Perse : son inquiétude par rapport à ses femmes,

VARUS. Pourquoi son tribunal parut insupportable aux Ger

mains, 337.

Vassaux. Leur devoir était de combattre et de juger, 457. dant la vertu, 200. — Etait la seule force, pour soutenir un

Pourquoi n'avaient pas toujours, dans leurs justices, la mème Etat, que les politiques grecs compusseni, ibid. - Effets
jurisprudence que ans les justices royales, ou même dans que produit son absence dans une république, ibid. - Aban-
celles de leurs seigneurs suzerains, 160, 161. – Les chartres donnée par les Carthaginois, entraina leur chute, ibid.
des vassaux de la couronne sont une des sources de nos coutu Est moins nécessaire pour le peuple, dans une aristocratie,
mes de France, 169. – Il y en avait chez les Germains, quoi que dans une démocratie, ibid. - Est nécessaire, dans une
qu'il n'y eut point de tiefs : comment cela, 480). – Dillerents aristocratie, pour maintenir les nobles qui gouvernent, 200
noms sous lesquels ils sont designés dans les anciens inonu 201. - N'est point le principe du gouvernement monarchi-
ments, 489. — Leur origine, ibid. - N'étaient pas comptes que, 201 et suiv. – Les vertus heroiques des anciens, in-
au nombre des hommes libres dans les commencements de connues parmi nous, inutiles dans une mouarchie, 201. -
la monarchie, 490. - Menaient autrefois leurs arriere-vas Peut se trouver dans une monarchie; mais elle n'en est pas
saux a la guerre, ibid. et suiv. - On en distinguait de trois le ressort, ibid. – Comment ou y supplée dans le gouver-
sortes par qui ils etaient menés à la guerre, ibid. - Ceux nement monarchique, 201, 202. -- N'est point nécessaire dans
du roi etaient soumis a la correction du comte, 491. - un Elat despotique, 202. Quelles sont les vertus en usage
Etaient obliges, dans les commencements de la monarchie, dans une monarchie, 204 et suiv. L'amour de soi-même
à un double service, et c'est dans ce double service que l'au est la base des Vertus en usage dans une monarchie, ibid.
teur trouve l'origine des juslices seigneuriales, ibid. et suiv. Les vertus ne sont, dans une monarchie, que ce que

Pourquoi ceux des évoques et des abbes n'étaient pas l'honneur veut qu'elles soient, 205. - 11 n'y en a aucune qui
menės a la guerre par le coule, ibid. - Les prerogatives de soit propre aux esclaves, et par conséquent aux sujets d'un
ceux du roi ont fait changer presque tous les aleux en liefs : despote, 206. — Etait le principe de la plupart des gouver-
quelles étaient ces prerogatives, 510.- Quand ceux qui te nements anciens, ibid. Combien la pratique en est difficile,
naient immediatement du roi commencerent a en lenir mé ibid. Ce que c'est dans l'État politique, 210. – Ce que
diatement, 524.

c'est dans un gouvernement aristocratique, 215. — Quelle
l'asselage. Son origine, 479 et suiv.

est celle d'un cilvyen dans une république, 224. - Quand
Veies (siege de), 127.

un peuple est vertueux, il faut peu de peines : exemples ti-
l'élites. Ce que c'était que cette sorte de troupe, 120, 131. rés des lois romaines , 232. — Les femmes perdent tout en la
Vénalité des charges. Est-elle utile? 225.

perdant, 241. – Elle se perd dans les républiques avec l'es-
VENDOME. N'a jamais rien eu à lui que sa gloire, 624.

prit d'égalité, ou par l'esprit d'égalité extreme, 245. -

-- Ne
Vengeance. Elait punie , chez les Germains, quand celui qui se trouve qu'avec la liberté bien entendue, 246. — - Réponse
l'exerçait avait reçu la composition, 193, 491.

à une objection tirée de ce que l'auteur a dit qu'il ne faut
Venise. Situation singulière de cette ville : pourquoi elle est en point de vertu dans une monarchie, 519 et suiv.

horreur aur musulmans, 22. - Na de ressource que dans VESPASIEN (l'empereur). Travaille pendant son règne a rétablir
son économie, 93. Cominent maintient son aristocratie l'empire, 163.
contre les nobles, 196. – Utilité de ses inquisiteurs d'Etat, l'estales. Pourquoi on leur avait accordé le droit d'enfants,
ibid. --- En quoi ils different des dictateurs romains, ibid. - 401.
Sagesse d'un jugement qui y fut reodu entre un noble vé Vicaires. Étaient, dans les commencements de la monarchie,
nitien et un simple gentilhomme, 215, not. I. --Le commerce des officiers militaires subordonnés aux comtes, 490.
y est défendu aux nobles, ibid. -- Il n'y a que les courtisa l'ices. Les vices politiques et les vices moraux ne sont pas les
nes qui puissent y tirer de l'argent des nobles, 239. – On

memes; c'est ce que duiveut savoir les législateurs, 339. —
y a connu et corrigé par les lois les inconvénients d'une aris-

Il y en a autant qui viennent de ce qu'on ne s'estime pas
tocratie heréditaire, 247, not. I. – Pourquoi il y a des inqui assez que de ce que l'on s'estime trop , 628.
siteurs d'Etat : différents tribunaux dans cette république,

Victoire (la). Quel en est l'objet, 192. - C'est le christianisme
205. Pourrait plus aisément ètre subjuguée par ses pro qui empêche qu'on n'en abuse, 407.
pres troupes que la Hollande, 269. - Quel était son com-

VICTOR-AMÉDÉE, roi de Sardaigne. Contradiction dans sa con-
merce, 330. - Dut son commerce a la violence et à la vexa-

duite, 224.
tion, 351. Pourquoi les vaisseaux n'y sont pas si bons Vie. L'honneur défend, dans une monarchie , d'en faire aucun
qu'ailleurs, 360. — - Son commerce fut ruiné par la décou-

cas, 205.
verte du cap de Bonne-Espérance, 374. — Loi de cette ré-

Vie future. Le bien de l'État exige qu'une religion qui n'en
publique, contraire à la nature des choses, 133.

promet pas soit suppléée par des lois sévères et sévèrement
Vents alisés. Elaient une espèce de boussole pour les anciens, exécutées, 410. – Les religions qui ne l'admettent pas peu-
365.

vent tirer de ce faux principe des consequences admirables :
VÉNUS. Comment certains peuples la représentent, 40. celles qui l'admettent en peuvent tirer des conséquences fu-
VENUTI (l'abbe). Leltres a, 636, 637, 653, 657, 658.

Destes , 412.
Vérité. Dans quel sens on en fait cas dans une monarchie, 204, l'ie des saints. Si elles ne sont pas véridiques sur les miracles,

205. C'est par la persuasion, et non par les supplices, elles fournissent les plus grands éclaircissements sur l'ori-
qu'on la doit faire recevoir, 421.

gine des servitudes de la glebe et des fieso, 481. -- Les men-
Vérites morales. Elles dependent des circonstances, 52.

songes qui y sont peuvent apprendre les maurs et les lois
VERNET. Lettre à , 631.
VERRĖS. Blåmé par Cicéron de ce qu'il avait suivi l'esprit plu-

du temps, parce qu'ils sont relatifs à ces moeurs et a ces

lois, 497
tot que la lettre de la loi Voconienne, 436.

l'ieillards. Combien il importe, dans une démocratie , que les
Versuilles. L'auteur le hait, parce que tout le monde y est pe jeunes gens leur soient subordonnés, 216.-Leurs privileges,

tit, 627.
Veris et bleus. Factions qui divisaient l'empire d'Orient, 177

a Roine, furent communiqués aux gens maries qui avaient

des enfants , 399, 400. — Comment un État bien police pour
et suiv. – Justinien se declare contre les verts, 178.

voit à leur subsistance, 405.
Vertu. Sa pratique seule rend les hommes heureux : histoire Vieillesse. Elle juge de tout suivant son état actuel : histoire

à ce sujet, 8 et suiv. – Elle fait sans cesse ses efforts pour à ce sujet, 40.
se cacher, 33, 34. – Ce que l'auteur entend par ce mot, 201. l'ignes. Pourquoi furent arrachées dans les Gaules par Domi-
et suiv. - Les grandes vertus se cachent ou se perdent or tien, el replanlees par Probus et Julien, 370.
dinairement dans la servitude, 177. – Est nécessaire dans l'ignobles. Sont beaucoup plus peuples que les pâturages et
un Etat populaire : elle en est le principe, 199. --- Est moins les terres à blé : pourquoi, 396, 396.
nécessaire dans une monarchie que dans une republique, Vilains. Comment punis autrefois en France, 232. - Comment
ibid. – Exemples célebres qui prouvent que la democratie se battaient, 451. – Ne pouvaient fausser la cour de leurs
ne peut ni s'elablir ni se maintenir sans vertu ; l'Angleterre seigneurs, ou appeler de leurs jugements : quand commen
el Rome, 199, 200. - On perdit la liberte, a Rome, en per cerent a avoir cette faculte, 461.

Villes. Pourquoi les voyageurs cherchent les grandes villes,
16. — Depuis quand la garde n'en est plus confiée aux bour-
geois, 71.— Leurs associations sont aujourd'hui moins né-
cessaires qu'autrefois, 253. - Il y faut moins de fêtes qu'à
la campagne, 4I3
Vin Les impôts le rendent fort cher à Paris, 22, 23. — Fu-
nestes effets de cette liqueur, 23. — Pourquoi défendu chez
les musulmans, 38. — C'est par raison de climat que Maho-
met l'a défendu : à quels pays il convient, 303.
VINDEx. Esclave qui découvrit la conjuration faite en faveur
de Tarquin : quel rôle il joua dans la procédure, et quelle
fut sa récompense, 288.
Viol. Quelle est la nature de ce crime, 282. .
Violence. Est un moyen de rescision pour les particuliers; ce
n'en est pas un pour les princes, 431.
VIRGINIE. Révolution que causèrent à Rome son déshonneur
et sa mort, 275.—Son malheur affermit la liberté de Rome,
290
J'irginité. Se vend en France plusieurs fois, 39. — Il n'y en a
point de preuves, 5I
Visapour. Il y a dans ce royaume des femmes jaunes qui ser-
vent à orner les sérails de l'Asie, 65.
Visigoths. Voyez JWisigoths.
VITELLIUs. Ne tient l'empire que peu de temps, I63.
VITRI (le P.) A fait des médailles antiques, et des articles de
foi, 67I.
Vizir. Son établissement est une loi fondamentale dans un
État despotique, 198.
Vœux en religion. C'est s'éloigner des principes des lois ci-
viles que de les regarder comme une juste cause de divorce,
426.
Vol. Comment puni à la Chine, quand il est accompagné d'as-
sassinat, 235. — Ne devrait pas être puni de mort : pour-
quoi il l'est, 282.—Comment était puni à Rome : les lois sur
cette matière n'avaient nul rapport avec les autres lois civi-
les, 474 et suiv. — Comment Clotaire et Childebert avaient
imaginé de prévenir ce crime,494 et suiv.—Celui qui avait
été volé ne pouvait pas, du temps de nos pères, recevoir sa
composition en secret, et sans l'ordonnance du juge, 494.
Manifeste. Voyez Voleur manifeste.
Voleur. Est-il plus coupable que le recéleur ? 474. — Il était
permis à Rome de tuer celui qui se mettait en défense : cor-
rectif que la loi avait apporté à une disposition qui pouvait
avoir de si funestes conséquences, 478. — Ses parents n'a-
vaient point de composition quand il était tué dans le vol
même, 494.
Voleur manifeste, et voleur non manifeste. Ce que c'était à
Rome : cette distinction était pleine d'inconséquence, 474.
Volonté. La réunion des volontés de tous les habitants est né-
cessaire pour former un État civil, 192.— Celle du souverain
est le souverain lui-même, 193. — Celle d'un despote doit
avoir un effet toujours infaillible, 203, 223, 226.
Volsiniens. Loi abominable que le trop grand nombre d'es-
claves les força d'adopter, 314.
Volsques. Peuple belliqueux, 127.
VoLTAIRE. Ses ouvrages comparés aux visages mal proportion-
nés : n'écrira jamais une bonne histoire : opinion sur la Hen-
#o, 623. - A trop d'esprit pour entendre Montesquieu,
Komitif, 102.— Plus pvissant, Io3.
Voyages. Sont plus embarrassants pour les femmes que pour
les hommes, 31

Voyageurs. Il y a beaucoup de gens qui payent les chevaux
de poste, mais il y a peu de voyageurs, 61o.

W

WARBURTON. Lettre à, 672.

WARNACHAIRE. Établit, sous Clotaire, la perpétuité des maires
du palais, 504.

Wisigoths. Singularité de leurs lois sur la pudeur : elles ve-
naient du climat, 306. — Les filles étaient capables, cher
eux, de succéder aux terres et à la couronne, 333, a34. -
Pourquoi leurs rois portaient une longue chevelure, 324 -
Motifs des lois de ceux d'Espagne, au sujet des donations a
cause des noces, 344. - Loi de ces barbares, qui detruisait
le commerce, 372. - Autre loi, favorable au commercr.
ibid. Loi terrible de ces peuples, touchant les femnes

*adultères, 43I. — Quand et pourquoi firent écrire le r,

lois, 438.— Pourquoi leurs lois perdirent de leur caractère,
439. - Le clergé refondit leurs lois, et y introduisit les
peines corporelles, qui furent toujours inconnues dans les
lois barbares auxquelles il ne toucha point, ibid. Cet
de leurs lois qu'ont été tirées toutes celles de rinquisitica.
les moines n'ont fait que les copier, ibid. Leurs lois s.-t
idiotes, et n'atteignent point le but; frivoles dans le fond
et gigantesques dans le style, ibid. Différence essentielle
entre leurs lois et les lois saliques, 440 et suiv. Leurs
coutumes furent rédigées par ordre d'Euric, 441.— Poor-
quoi le droit romain s'étendit et eut une si grande autorite
chez eux, tandis qu'il se perdait peu à peu chez les Frans,
ibid. — Leur loi ne leur donnait, dans leur patrimoine, au-
cun avantage civil sur les Romains, ibid. Leur loi triom-
pha en Espagne, et le droit romain s'y perdit, 443.— Lri
cruelle de ces peuples, 477. — S'établirent dans la Ganle
narbonnaise : ils y portèrent les mœurs germaines, et de la
les fiefs dans ces contrées, 480, 481.

Wolgusky. Peuples de la Sibérie : n'ont point de prètres, et
sont barbares, 4I7.

[blocks in formation]

ZACHARIE. Faut-il en croire le P. le Cointe, qui nie que ce
pape ait favorisé l'avénement des Carlovingiens a la ceu-
ronne ? 5I5.
Zama (bataille de), gagnée par les Romains contre les Cartha-
ginois, 133.
ZÉNoN. Niait l'immortalité de l'âme, et de ce faux principe
il tirait des conséquences admirables pour la société, 4 12.
ZÉNoN (l'empereur). Persuade à Théodoric d'attaquer l'Italie,
175.
ZoRoAsTRE. Avait fait un précepteaux Perses d'épouser leur
mère préférablement, 428.— Législateur des Guèbres, cu
mages : a fait leurs livres sacrés, 47.
Zufagar, épée d'Hali, 12.
ZosIME. A quel motif il attribuait la conversion de Constan-
tin, 410.

FIN DE LA TABLE ANALYTIQUE.

CONTENUS DANS CETTE ÉDITION.

II.

39

Pages. LETTRES.

PAGES

V XXXVIII. Rica à Ibben, à Smyrne.

26

AVERTISSEMENT de l'Éditeur.

ix XXXIX. Hagi-Ibbi au juif Ben Josué , prosélyte

Notice sur la vie de Montesquieu.

mahometan , à Smyme.

26

LETTRES PERSANES.

XL.

Usbek à Ibben, á Smyrne.

27

XLI. Le premier eunuque noir , à Usbek. ibid.

Quelques résexions sur les Lellres persanes.

XLII. Pharan à Usbek, son souverain sei.

Introduction.

ibid.

gneur.

28

I.

2

Usbek à son ami Rustan , à Ispahan.

XLIII. Usbek à Pharan, aux jardins de Falmé. ibid.

Usbek au premier eunuque noir, à son

XLIV. Usbek à Rhédi, à Venise.

ibid.

sérail d'Ispahan.

ibid.

XLV. Rica à Usbek, à ***.

29

III. Zachi à Usbek, à Tauris.

3

XLVI. Usbek à Rhédi , à Venise.

ibid.

IV. Zéphis à Usbek, à Erzeron.

4

XLVII. Zachi à l'sbek, à Paris.

30

V.

Rustan à Usbek, à Erzeron.

ibid.

XLVIII. Usbek à Rhédi , à Venise.

31

VI. Usbek à son ami Nessir, à Ispahan. ibid.

XLIX. Rica à Usbek, à *** .

33

VII. Fatmé à Usbek, à Erzeron.

5

L.

Rica à ***.

ibid.

VINI. Usbek à son ami Rustan, à Ispahan.

ibid.

LI.

Nargum , envoyé de Perse en Moscovie ,

6

IX.

Le premier eunuque à Ibbi, à Erzeron.

à C'sbek, à Paris.

34

X.

Mirza à son ami Usbek, à Erzeron. 7

Lettre d'une dame russe à sa mère. ibid.

XI.

Usbek à Mirza, à Ispahan.

8

LII. Rica à Usbek, à ***

35

XII. Usbek au même, à Ispahan.

9

LIII. Zélis à l'shek , à Paris.

36

XIII. Usbek au même, à Ispahan.

10 LIV. Rica à Usbek, à ***.

ibid.

XIV. l'sbek au même, à Ispahan.

LV. Rica à Ibben , à Smyrne.

37

XV. Le premier eunuque à Jaron, eunuque LVI. Usbek à lbben, à Smyrne.

38

noir, à Erzeron.

12

LVII. Usbek à Rhedi , à Venise.

ibid.

XVI. Usbek au mollah Méhémet-Ali, gardien

LVIII. Rica à Rhédi , à Venise,

des trois tombeaux, à Com.

ibid.

LIX. Rica à Usbek , à ***.

40

XVII. Ushek au même.

ibid.

LX. Usbek à Ibhen , à Smyrne.

ibid.

XVIII. Méhémet-Ali, serviteur des prophètes, LXI. Usbek à Rhédi, à Venise.

41

à l'sbek, à Erzeron.

13

LXII. Zélis à Usbek , à Paris.

42

XIX. Usbek à son ami Rustan, à Ispahan.

LXIII. Rica à Csbek, à ***.

ibid.

XX. Usbek à Zachi, sa femme, au sérail LXIV. Le chef des eunuques noirs à Usbek, à

d'Ispahan.

ibid.

Paris.

43

XXI. l'sbek au premier eunuque blanc.

15

LXV. Usbek à ses femmes, au sérail d'Ispa-

XXII. Jaron au premier eunuque.

16

han.

44

XXIIJ. Usbek à son ami Ibben, á Smyrne. ibid.

LXVI. Rica à ***

ibid.

XXIV. Rica à Jbben, á Smyrne.

ibid. LXVII. Ibben á Usbek, à Paris.

45

XXV. Usbek à Ibben, á Smyrne.

18

Histoire d'Aphéridon et d'Astarté. ibid.

XXVI. Usbek à Roxane, au sérail d'Ispahan. ibid. LXVIII. Rica à l'sbek, à ***.

49

XXVII. Usbek á Nessir, à Ispahan.

19 LXIX. Usbek à Rhédi, à Venise.

ibid.

XXVIII. Rica à ***

ibid.

LXX. Zélis à Usbek, à Paris.

50

Lettre d'une actrice de l'opéra.

20 LXXI. Usbek à Zélis.

51

XXIX. Rica à Ibben, á Smyrne.

ibid. LXXII. Rica à Usbek, à ***

ibid.

XXX Rica au même, à Smyrne.

21 LXXIII. Rica à ***.

ibid.

XXXI. Rhedi à L'sbek, à Paris.

22 LXXIV. L'sbek à Rica.

52

XXXII. Rica à ***.

ibid. LXXV. Usbek à Rhédi , à Venise.

ibid.

XXXIII. Usbek à Rhédi, à Venise.

ibid.

LXXVI. Usbek à son ami Ibben, á Smyrne. 53

XXXIV. Usbek à Jbben, à Smyrne.

23 LXXVII. Ibben à Usbek, à Paris.

ibid.

XXXV. Usbek à Gemchid, son cousin, dervis du LXXVIII. Rica à Usbek , à ***

54

brillant monastère de Tauris.

24 LXXIX. Usbek à Rhédi, à Venise.

55

XXXVI. Usbek à Rhedi, à Venise.

ibid. LXXX. Le grand eunuque noir à Usbek, à Paris. 56

XXXVII. L'sbek à Ibben, á Smyrne.

25 LXXXI. Usbek à Rhédi, à Venise.

ibid.

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

LETTRES.

PAGES.

LXXXII. Nargum, envové de Perse en Moscovie,

á Usbek, à Paris.

57

LXXXIII. Rica à Ibben, à Smyrne.

ibid.

LXXXIV. Usbek à Rhédi, à Venise.

58

LXXXV. Rica à ***

ibid.

LXXXVI. Usbek à Mirza , à Ispahan.

59

LXXXVII. Rica à ***.

60

LXXXVIII. Rica à ***.

ibid

LXXXIX. Usbek à Rhédi , à Venise.

61

XC. Usbek à Ibben, á Smyre.

ibid.

XCI. Usbek au même, à Smyrne.

62

XCII. Usbek à Rustan, à Ispahan.

ibid.

XCIII.

. Usbek à Rhédi, à Venise.

63

XCIV. Usbek à son frère, santon au monastère

de Casbin.

ibid.

XCV. Usbek à Rhédi, à Venise.

64

XCVI.

. Usbek au même.

ibid.

XCVII. Le premier eunuque à Usbek, à Paris. 65

XCVIII. Usbek à Hassein, dervis de la montagne

de Jaron.

66

XCIX. Usbek à lbben , à Smyrne.

67

C.

Rica à Rhédi , à Venise.

ibid.

CI.

Rica au même.

68

CII. Usbek à ***.

69

CIII. Usbek à Ibben, á Smyrne.

ibid.

CIV., Usbek au même.

70

CV.

Usbek au même.

ibid.

CVI. Rhédi à Usbek, à Paris.

71

CVII. Usbek à Rhédi, à Venise.

72

CVIII. Rica à Ibben , à Smyrne.

73

CIX.

Usbek à ***

74

СХ. .

Rica à ***

ibid.

CXI.

ibid.

CXII.

Usbek à ***

75

CXIII.

. Rhédi à Usbek, à Paris.

ibid.

CXIV. Usbek à Rhédi, à Venise.

76

CXV. Usbek au même.

77

CXVI.

Usbek au même.

78

CXVII. Usbek au même.

79

CXVIII. . Usbek au même.

ibid.

CXIX. Usbek au même.

80

CXX. Usbek áu même.

81

CXXI. Usbek au même.

ibid.

CXXI. Usbek au même.

82

CXXIII. Usbek au même.

83

CXXIV. Usbek au mollah Méhémet-Ali, gardien

des trois tombeaux, à Com.

84

CXXV. Usbek à Rhédi, à Venise.

ibid.

CXXVI. Rica à ***

85

CXXVII. Rica à Usbek, à ***.

ibid.

CXXVIII. Rica à Ibben, á Smyrne.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

86

CXXIX. Rica à Usbek, à ***.

ibid.

CXXX. Rica à ***.

87

Lettres d'un nouvelliste.

88

CXXXI. Rhédi à Rica, à Paris.

89

CXXXII.

Rica à ***

90

CXXXIII. Rica à ***.

91

CXXXIV. Rica au même.

ibid.

CONSIDÉRATIONS

SUR LES CAUSES DE LA GRANDEUR DES ROMAINS.

ET DE LEUR DÉCADENCE.

CHAPITRES.

I.

Commencements de Rome. - Ses
guerres.

125
II.

De l'art de la guerre chez les Romains. 128
III. Comment les Romains parent s'agrandir. 130
IV. Des Gaulois. - De Pyrrhus. — Paral-

lèle de Carthage etde Rome. — Guerre
d'Annibal.

131
V.

De l'état de la Grèce, de la Macédoine,

1

« 前へ次へ »