ページの画像
PDF
ePub

However, he got off by this evading,

Or else the people would perhaps have shot him; And thus at Venice landed to reclaim His wife, religion, house, and Christian name.

XCVIII.

His wife received, the patriarch re-baptized him,

(He made the church a present, by the way); He then threw off the garments which disguised him,

And borrow'd the Count's small-clothes for a day: His friends the more for his long absence prized him,

Finding he 'd wherewithal to make them gay, With dinners, where he oft became the laugh of them, For stories — but I do n't believe the half of them.

XCIX.

Whate'er his youth had suffer'd, his old age

With wealth and talking made him some amends; Though Laura sometimes put him in a rage,

I've heard the Count and he were always friends. My pen is at the bottom of a page,

Which being finish’d, here the story ends ; 'T is to be wish'd it had been sooner done, But stories somehow lengthen when begun.

ΔΙ Α Ζ Ε ΡΡ Α.

ADVERTISEMENT.

[ocr errors]

Celui qui remplissait alors cette place était un gentilhomme Polonais, nommé Mazeppa, né dans le palatinat de Padolie : il avait été élevé page de Jean Casimir, et avait pris à sa cour quelque teinture des belles-lettres. Une intrigue qu'il eut dans sa jeunesse avec la femme d'un gentilhomme Polonais ayant été découverte, le mari le fit lier tout nu sur un cheval farouche, et le laissa aller en cet état. Le cheval, qui était du pays

de l'Ukraine, y retourna, et y porta Mazeppa, demi-mort de fatigue et de faim. Quelques paysans le secoururent: il resta longtems parmi eux, et se signala dans plusieurs courses contre les Tartares. La supériorité de ses lumières lui donna une grande considération parmi les Cosaques : sa réputation s'augmentant de jour en jour, obligea le Czar à le faire Prince de l'Ukraine." VOLTAIRE, Hist. de Charles XII. p. 196

“ Le roi fuyant, et poursuivi, eut son cheval tué sous lui ; le Colonel Gieta, blessé, et perdant tout son sang, lui donna le sien. Ainsi on remit deux fois à cheval, dans la fuite, ce conquérant qui n'avait pu y monter pendant la bataille.”

-p. 216.

« Le roi alla par un autre chemin avec quelques cavaliers. Le carrosse, où il était, rompit dans la marche ; on le remit à cheval. Pour comble de disgrace, il s'égara pendant la nuit dans un bois ; là, son courage ne pouvant plus suppléer à ses forces épuisees, les douleurs de sa blessure devenues plus insupportables par la fatigue, son cheval étant tombé de lassitude, i se coucha quelques heures au pied d'un arbre, en danger d'être surpris à tout moment par les vainqueurs qui le cherchaient de tous côtés." — p. 218.

« 前へ次へ »