Les deux testaments de Villon: suivis du Bancquet du boys : nouveaux textes, publiés d'après un manuscrit inconnu jusqu'à ce jour, et précédés d'une notice critique

前表紙
Académie des Bibliophiles, 1866 - 118 ページ
 

レビュー - レビューを書く

レビューが見つかりませんでした。

ページのサンプル

他の版 - すべて表示

多く使われている語句

人気のある引用

7 ページ - Si me souvient bien, Dieu mercis, Que je feis a mon partement Certains laiz, l'an cinquante six, Qu'aucuns, sans mon consentement, Voulurent nommer Testament; Leur plaisir fut et non le mien. Mais quoy? on dit communement Qu'ung chascun n'est maistre du sien.
28 ページ - Foy ne luy doy n'hommage avecque, Je ne suis son serf ne sa biche. Peu m'a d'une petite miche Et de froide eau tout ung esté ; Large ou estroit, moult me fut chiche : Tel luy soit Dieu qu'il m'a esté...
29 ページ - Salmon l'onneur et gloire ; Quant de proesse, il en a trop, De force aussi, par m'ame ! voire ; En ce monde cy transitoire, Tant qu'il a de long et de lé, Affin que de luy soit memoire...
86 ページ - Qu'on n'en meure a honte et diffame; Et qui gaigne n'a pas a femme Dido la royne de Cartage.
2 ページ - Villon en meilleure et plus entière forme qu'on ne l'a veu de noz aages, et ce sans avoir touché à l'antiquité de son parler, à sa façon de rimer, à ses meslées et longues parenthèses, à la quantité de ses...
38 ページ - Si ne suis, bien le considere, Filz d'ange portant dyademe D'estoille ne d'autre sidere. Mon pere est mort, Dieu en ait l'ame! Quant est du corps, il gist soubz lame.
4 ページ - Le reste des œuvres de nostre Villon (hors cela) est de tel artifice, tant plain de bonne doctrine, et tellement painct de mille belles couleurs, que le temps, qui tout efface, jusques icy ne l'a sceu effacer, et moins encor l'effacera, ores et d'icy en avant, que les bonnes escriptures françoises sont et seront mieulx congneues et recueillies que jamais.
3 ページ - Je ne suis (certes) en rien son voysin : mais, pour l'amour de son gentil entendement, et en recompense de ce que je puys avoir aprins de luy en lisant ses œuvres, j'ay faict à icelles ce que je vouldroys estre faict aux myennes, si elles estoient tombées en semblable inconvenient.
59 ページ - IESUS regnant qui n'a ne fin ne cesse. Le Tout Puissant, prenant nostre foiblesse, Laissa les cieulx et nous vint secourir, Offrit a mort sa tres chiere jeunesse; Nostre Seigneur tel est, tel le confesse. En ceste foy je vueil vivre et mourir.
3 ページ - Et si quelc'un,d'adventure, veult dire que tout ne soit racoustré ainsi qu'il appartient, je luy respons dès maintenant que s'il estoit autant navré en sa personne comme j'ay trouvé Villon blessé en ses œuvres, il n'ya si expert chirurgien qui le...

書誌情報