Le Lalita vistara, Développement des jeux, contenant l'histoire du Bouddha Çakya-Mouni depuis sa naissance jusqu'à sa prédication, tr. [& ed.] par P.E. Foucaux

前表紙
Philippe Edouard Foucaux
E. Leroux, 1884
 

レビュー - レビューを書く

レビューが見つかりませんでした。

目次

他の版 - すべて表示

多く使われている語句

人気のある引用

227 ページ - C'est avec des sentimens douloureux, qu'il déclara que les quatre degrés de la misère humaine, savoir : les peines de la naissance •, de la vieillesse , de la maladie et de la mort...
168 ページ - ... aux affaires, on l'abandonne comme le bois mort dans la forêt. Mais ce n'est pas la condition particulière de sa famille. En toute créature la jeunesse est vaincue par la vieillesse; votre père, votre mère, la foule de vos parents et de vos alliés finiront par la vieillesse aussi; il n'ya pas d'autre issue pour les créatures.
143 ページ - Les femmes qui, maîtrisant leurs pensées et domptant leurs sens, sa«tisfaites de leur mari, ne pensent jamais à un autre, peuvent paraître « sans voile , comme le soleil et la lune. Le suprême et magnanime Risuhi, ainsi que la foule des autres dieux, connaissent ma pensée, mes «mœurs, mes qualités, ma retenue et ma modestie. Pourquoi donc «me voilerais-je le visage?
276 ページ - Mnscrit tchéchtd. du désir, toutes ensemble, envoyées par le démon se sont hâtées de venir en se jouant. Comme les tiges flexibles de jeunes arbres agités parle vent avec leurs feuilles, elles dansent et cherchent à séduire le fils du roi assis auprès de l'arbre : C'est maintenant la plus belle, la plus charmante des saisons, la saison du printemps. Hommes et femmes se livrent au plaisir, chassant la tristesse et les soucis. Les Kôkilas, les cygnes et les paons font entendre leurs chants;...
73 ページ - ... imprégnées de parfums suaves, se mirent à couler3; des flancs du mont Himavat, les petits des lions étant venus joyeux à Kapila la meilleure des villes, et ayant tourné autour, s'arrêtèrent aux portes sans faire de mal à aucun être. Cinq cents jeunes éléphants blancs étant venus, touchèrent les pieds du roi Çouddhôdana avec leurs trompes, et demeurèrent; les enfants des dieux, parés de ceintures, apparurent dans l'appartement des femmes du roi Çouddhôdana, allant et ' Cette...
169 ページ - Seigneur, cet homme est attaqué d'une maladie grave, la frayeur du mal l'obsède, et il approche de la mort. Il n'a plus ni santé, ni lustre, et sa force l'a abandonné. Sans protection, sans pays, sans asile, il n'a plus d'amis. Le Bôdhisattva dit : La santé est donc comme le jeu d'un rêve , et la crainte du mal a donc cette forme insupportable ? Quel est l'homme sage qui ayant vu ce qu'elle est, pourra avoir l'idée de la joie et du plaisir?
27 ページ - La paume de ses mains et (la plante) de ses pieds ressemblent au suc de la laque rose. Elle plaît à l'œil des créatures. Le sens de sa vue n'est pas affaibli; elle ravit le cœur et les yeux; c'est la perle des femmes que distingue la supériorité de sa beauté.
169 ページ - Une autre fois encore, le Bôdhisattva, accompagné d'une grande suite, se rendait par la porte de l'ouest de la ville à la terre du jardin de plaisance. Sur la route il vit un homme qui était mort, placé dans une bière et recouvert d'un poêle de toile, entouré de la foule de ses parents tous en pleurs, se lamentant et poussant des gémissements, s'arrachant les cheveux, couvrant leur tète de poussière et se frappant la poitrine en jetant des cris.
16 ページ - Loi, possédant les sept choses précieuses, qui sont: le trésor de la roue4, le trésor de l'éléphant, le trésor du cheval, le trésor de la femme, le trésor de la perle, le trésor du maître de maison, et le trésor du conseiller, qui est le septième8.

書誌情報