ページの画像
PDF
ePub

Ils mirent tous nuds en chemises La plus grand part de nos soldats, Qui reuinrent les chausses bas,

Ce fut au cul de la semaine ... Que nos Deputez vers la Reine . . Au Parlement sont reuenus, ma solo Où deuant sénateurs chenus , Et tous nos chefs à l'audience.. Ayant pris chacun leur scéance, Là de leur Députation error Ils firent exposition, Et rapportèrent que la Reine Auoit dit : « Je n'ay point de haine; Et si i’osois boire du vin, Nous beurions ensemble demain. Cependant nommez commissaires Qui soient plénipotentiaires Tant pour la générale paix,.. Que pour décharger de son faix Le pauure peuple de la France; . Et pendant nostre conférence Ceux qui vous portent à manger, Pourront passer sans nul danger, » Ce que la cour treuua très iuste ; Et nostre Parlement auguste Conclut qu'en vn certain endroit Des Députez on enuoyroit , india Et mesme qu'auant leur sortie La Reine en seroit aduertie. Pour cet effet les gens du Roy

27 février

· Voyez dans le premier volume, l'extrait de la Lettre du Père Michel... à Monseigneur le duc d'Angoulesme ; Prise de la ville et du chasteau de BrieComte-Robert (2873). .

* Arrée de la Cour de parlement pour l'ounerture de la conférence, etc.

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

S'y firent trainer par charroy.

Le Dimanche, quelque canaille
Dont le feu fut vn feu de paille, i
Fit manière d'émotion.'
Qui tendoit à sédition.
Elle en vouloit à ļa soutanne,
Et prit, ie crois, pour yne canne
Monsieur le Président Thoré,
Qui fut à peine retiré
Des griffes de nostre fruictière
Qui le traisnoit à la rivière.

Le Lundy premier iour de Mars,
Ie fus courre de toutes parts
Sans apprendre aucune nouuelle.

Le Mardy, nous reçeusmes celle
Qu'escriuoit le Duc d'Orléans,
Laquelle ouuerte, on lut dedans
Que c'estoit chose très certaine
Que la volonté de la Reine
Estoit de fournir tous les iours
Que la conférence auroit cours,
De bleds yne quantité fixe
Ny plus courte, ny plus prolixe;
Tant par iour seulement. Sur quoy
La Cour voulut qu'aux gens du Roy
On eust à porter cette lettre,
Veu qu'ils estoient venu promettre
A leur retour de Sainct Germain
Bien plus de beurre que de pain,
Et des passages l'ouuerture,
Ce qui n'estoit qu'vne imposture;
Et qu'ils priroient leurs Maiestez'
De faire iour de tous costez, ;

Adonc qu'ils prieront Reyne et Roy
De vouloir mieux tenir leur foy.

mars.

Et de nous ouurir les passages,
Veu qu'ils sont de Dieu les images
Qui ne nous les boucha iamais,
Et qui se dit Dieu de la paix;
Bref, qu'ils rompent la conférence
Sur cet article, auec deffence
D'entrer en aucun pourparler;
Ains commandement d'enroller
Par les prouinces et les villes
Des soldats tant que tous les mille.

Ils reuinrent, le trois de Mars,
Moins gais que deuant des trois quarts,
N'ayant pu tirer de la Reine.
Rien qu'vne mesure certaine
De muids de bled réduits à cent
Par chaque iour, pour nostre argent,
Dont seroit faite déliurance,
Moyennant que la conférence
Commencast dès le lendemain;
Sur quoy Messieurs amis du pain
Conclurent qu'vne paix de verre
Valloit mieux qu'vne forte guerre,
Qu'vn soupir valoit moins qu'vn rot,
Qu'vn casque valoit moins qu'vn pot,
Vne brette qu'vne lardoire,
Coup à donner que coup à boire,
Et que le corps d'vn trépassé
Valoit bien moins qu'vn pot cassé,
Vn cabaret mieux qu'vne garde,
Vne plume qu'vne hallebarde,
Mourir saoul que mourir de faim,
Voulans que dès le lendemain
Nos Députez fussent en voye.

Ce iour, nous eusmes de la ioye
D'apprendre qu'à la fin du temps

Nos soldats faisoient battre aux champs,
Eux que pour leur long domicile
On nommoit les soldats de ville.
Voyons où s'addressa leur pas.
Ce fut où vous ne fustes pas.
Ils campèrent près de la Seine
En toute bourgade prochaine',
Et se rasseurèrent vn peu ,
Ayant de l'eau contre le feu,
Auec vn pont sur la riuière
Pour par deuant et par derrière,
De tous costez, à gauche à droit
S'enfuir quand l'ennemy viendroit;
Pont que pour garantir d'embusche,
Et d'estre bruslé comme busche,
Bref pour le sauuer de tout tort,
Aux deux bouts ils firent vn fort.

Le Ieudy, se bottifièrent
Et pour faire accord s'en allerent
Le premier Président Molé
Dont ie vous ay déià parlé,
Monsieur le Président de Mesme,
Dont ie vous ay parlé de mesme,
Les Nemonds et les Le Cogneux
Présidens au Mortier tous deux;
Deux Conseillers de la grand'Chambre
Dont la vertu sent meilleur qu'ambre :
Messieurs Longueil et Menardeau
Pour qui ie veux faire vn rondeau;
Des Enquestes Monsieur La Nauue ,
Homme de bien, ou Dieu me sauue,
Monsieur Le Coq, Monsieur Biteau,

4 mars.

"A Villejuif. Passe temps de Villejuif, etc. [2731); Promenade des bourgeois de Paris au camp de Villejuif, etc. (2900); Soldats sortis de Villejuille sans congé, etc. (3679].

5 mars.

Monsieur Violle et Palluau; :o
Monsieur Le Febure, des Enquestes ;
Briconnet, maistre des Requestes ;
Ensuite vn homme très prudent
Des Comptes premier Président;
Paris et l'Escuyer, personnes
Très vertueuses et très bonnes;
Des Aydes, Monsieur Amelot,
Premier Président fort déuot;
Messieurs Bragelonne et Quatre-hommes
Qui pourtant ne font pas deux hommes ;
Pour nostre ville et le dernier
Vn escheuin nommé Fournier à; o.
Qui tous à Ruel s'arrestèrent.

Où le lendemain arrivèrent
Monseigneur le Duc d'Orléans,
Et vous qui n'estiez pas céans;
C'est vous Prince, que i'apostrophe,
Vous qui faisiez le Philosophe
Et l'homme d'Estat dans Ruel,
Vous qui traittiez de criminel
Vn corps qui sera vostre iuge,
(Disons plustost vostre refuge).
Prince, avouez vous à présent,
Ce qui vous sembla malplaisant
Auant vostre métamorphose,
Que c'est vne agréable chose
De n'estre point pris sans décret, a
Et que c'estoit là le secret
Qui pouuoit sauuer Vostre Altesse
D'une captivité traîtraisse
Dont on ne se peut garantir,

Et qui vient sans vous aduertir?
Discours prononcé en présence du Roi par le sieur Fournier , etc.
(1139).

M. le Prince contesta contre l'article qui portoit que tout prisonnier sera interrogé dans les vingt-quatre heures.

« 前へ次へ »